Archives mensuelles : avril 2016

simple histoire chance

LIVRE : « UNE SIMPLE HISTOIRE DE CHANCE » de Laure ALLARD-D’ADESKY

« UNE SIMPLE HISTOIRE DE CHANCE » 

de Laure ALLARD – D’ADESKY

Résumé :

Anaïs Cerf est un chat noir. Elle ne peut pas sortir de chez elle sans déclencher des catastrophes. Le sort s’acharne tellement sur elle qu’elle s’y est habituée et, toujours célibataire, elle travaille de chez elle pour s’exposer le moins possible aux coups du destin. Heureusement, elle peut compter sur ses amies pour lui remonter le moral et affronter les tracas du quotidien. Et pourtant, un jour de Saint-Valentin, sa chance va tourner.

Mon avis :

Ce livre retrace l’histoire d’une bande de copines, aux parcours de vies différents, mais qui apportent beaucoup d’importance au mot « amitié » de par leur solidarité et soutien sans faille les unes pour les autres.

C’est un livre joyeux, rempli de bonne humeur, et qui nous fait sourire. Un bon moment de détente.

Extraits :

« Nous avions donc décidé, ma joyeuse bande et moi, de nous rebeller contre le système qui nous force à penser – dès le bac à sable – que nous avons besoin dans notre vie d’un preux chevalier monté sur son fidèle destrier. Que celui-ci nous sauvera d’une mort certaine, empoisonnée par une belle-mère jalouse ou enfermée dans une tour sinistre par un père trop possessif. (…) Nous avions ainsi passé une soirée mémorable et, un peu éméchées, nous avions toutes signé une feuille de papier toilette avec un stylo sentant le chewing-gum, jurant et crachant que, jusqu’à la fin des temps, nous passerions ensemble la soirée du 14 février. C’était il y a quatre ans et j’ai encore cette feuille de papier toilette, encadrée, au-dessus de mon lit. »

En plus il cuisine

LIVRE : « ET EN PLUS, IL CUISINE ! » de Angela MORELLI

« ET EN PLUS, IL CUISINE ! »

de Angela MORELLI

Résumé :

Garden party, champagne et beau gosse ! Dans la vie, il y a des catastrophes inévitables. Des cataclysmes que l’on voit venir de loin mais que l’on sait inéluctables. Pour Agathe, l’anniversaire de mariage de ses parents appartient définitivement à cette catégorie. Car si la perspective de se noyer dans le champagne et les petits fours sous le soleil midi pyrénéen, le tout entouré de rubans roses cuisse-de-nymphe-émue, peut être réjouissante, le fait de devoir annoncer à ses parents que le bien aimé, le terriblement adulé ex-futur-gendre Gregory ne sera pas là (et ne sera plus jamais là, sous peine de décapitation immédiate) dépasse le plus cauchemardesque des cauchemars. Une agréable distraction ne serait pas de refus, surtout si elle a de grands yeux bleus et une ressemblance frappante avec Channing Tatum..

Mon avis :

L’auteure nous conte une comédie romantique, amusante, douce bien que parfois grinçante, dans un univers familial composé de diverses personnalités, dont certaines avec un caractère bien trempé, le tout dans un style très agréable à lire, avec beaucoup de pointes d’humour.

Entre les deux soeurs, la tante, la mère, le traiteur, les dialogues sont parfois croustillants.

Un bon mais trop court moment de lecture pour ce petit livre où j’aurais bien poursuivi quelques aventures supplémentaires en compagnie des personnages.

Extraits :

1 – « Agathe jeta un coup d’oeil découragé en direction de sa soeur. Zoé était aussi tenace qu’un pitbull, même si elle était beaucoup plus jolie. Elle ne cesserait pas de lui poser des questions tant qu’elle ne serait pas satisfaite de la qualité des réponses de sa soeur. C’était là une de leurs grandes différences : Agathe se contentait de ce que le monde lui donnait. Elle avait toujours peur de déranger les autres et de les mettre dans l’embarras. Zoé, elle, estimait normal que les autres satisfassent sa curiosité, qui, dans certains domaines, était sans limites. La vie privée de sa soeur faisait manifestement partie de ses sujets préférés. »

2 – Oui ? Que puis-je pour toi ?

- Euh, co…, comment tu savais que j’étais là ?

- J’ai un sixième sens, comme Spiderman. Et j’ai vu ton reflet dans le réfrigérateur. 

Agathe leva les yeux vers la monstruosité en acier chromé qui occupait effectivement une place de choix… juste en face de la porte. 

- Euh, je passais juste en coup de vent, improvisa-t-elle en entrant dans la pièce. Je suis venue chercher un verre d’eau, poursuivit-elle en se dirigeant… vers le four. 

- Sans vouloir trop m’avancer, je pense que tu as plus de chance de trouver de l’eau à l’évier que dans le four. Ou éventuellement dans le frigo. 

- C’est que ma mère range parfois la bouteille d’eau dans le four, rétorqua Agathe sans se démonter. Alzheimer, tout ça, dit-elle en faisant tourner son index sur sa tempe pour appuyer ses propos.

- Je pense que ta mère serait ravie d’apprendre que tu la crois folle, répondit Artème dont le coin des lèvres frémissait légèrement, comme s’il retenait un sourire.’

3 – « Tant mieux, répondit sa tante. Cet homme aurait dû être une note de bas de page, et non un chapitre entier. Le traiteur, en revanche, a le potentiel pour tenir tout un bouquin ». 

début haricots

LIVRE : « LE DEBUT DES HARICOTS » de Fanny NODET-GAYRAL

« LE DEBUT DES HARICOTS »

de Fanny NODET-GAYRAL

Résumé :

Anna, trentenaire au régime alimentaire aléatoire et à la vie sentimentale en dents de scie, exerce brillamment le métier de médecin urgentiste dans un hôpital parisien. Comme chaque année, son père, cardiologue autoritaire et réputé mais phobique de l’avion, envoie sa fille à San Francisco afin de présenter ses derniers travaux dans un congrès prestigieux. Au lendemain d’une garde particulièrement mouvementée, Anna s’envole sans grande conviction vers les États-Unis, par crainte des foudres paternelles plus que par réelle motivation scientifique. 
Alors lorsqu’elle remarque à l’aéroport le panneau indicatif d’un stage de thérapie sur le thème du courage, elle se dit qu’il est peut-être temps de faire quelque chose… 

Mon avis :

L’histoire de ce roman est originale et m’a tout de suite plu lorsque je l’ai lu le résumé parce que, somme toute, nous avons tous pensé, à un moment donné de notre vie, à vouloir s’éloigner, faire autre chose, voir d’autres gens, pour mieux se retrouver et se connaître soi-même. Et découvrir des sensations et émotions que nous ne soupçonnions même pas l’existence.

Ce livre est drôle, tendre, mêlant énergie et poésie, avec des personnages imprégnés de leur passé que nous accompagnons dans leurs séances de méditation avec bonheur. Le tout écrit dans un style fluide, rythmé avec beaucoup d’humour, tout comme le premier roman que j’avais lu de cette même auteure « La génération spontanée des grumeaux ».

Un bon moment de détente… »le début des haricots » c’est possible pour nous tous et tellement mieux que « la fin des haricots !! »

Extraits :

 1 – « Et toi Anna, qu’est-ce que tu fais dans la vie ?

Et mince. Je suis soudainement déstabilisée, la question est arrivée trop vite, mon cerveau tourne à vide comme ces vélos à la chaîne déraillée dont les pédales sont anormalement souples sous les pieds, je ne sens plus l’épaisseur ni la consistance d’aucune pensée sensée dans ma tête et j’entends ma bouche articuler et bien, euh, je suis secrétaire médicale. 

Non mais n’importe quoi, secrétaire médicale, pourquoi pas cosmonaute tant qu’on y est. Pour l’absence de mensonge excessif, c’est déjà râpé.

« Il va falloir être futée cependant. Surveiller mes propos, bannir le vocabulaire médical devenu sous-cortical dans mon langage quotidien, bien qu’une petite marge d’erreur soit tolérée du fait de la facette médicale de la secrétaire, sans abus afin de ne pas éveiller les soupçons. Je tente une revue rapide des données. Pas de postprandial, pas d’otalgie, pas de terme anatomique, rester floue dans les descriptions. Dire le ventre au lieu de l’abdomen. Ah oui, ça c’est très drôle, je vais parler de ventre. Haha. Le ventre. De morve au lieu de rhinorrhée. De raclement de gorge plutôt que d’hemmage. De maux de tête et non de céphalées. »

2 – Bonjour. Je suis Alex. C’est toi la française perdue et désespérée qui s’est inscrite à la dernière minute ?

Visiblement la prise de contact est son point fort. La française perdue et désespérée, et puis quoi encore. Celui-là, s’il fait une hyperventilation sous le coup d’une émotion forte, qu’il ne compte pas sur moi pour les premiers secours, je le laisserai mariner dans son jus jusqu’à ce que malaise s’ensuive. »

 

Petite brune prairie

LIVRE : « LA PETITE BRUNE DANS LA PRAIRIE » de Eve BORELLI

« LA PETITE BRUNE DANS LA PRAIRIE »

de Eve BORELLI

Résumé :

Participer à une émission de télé-réalité pour trouver l’amour auprès d’un charmant homme des campagnes ? Même pas en rêve. Sauf que ma mère a un penchant naturel pour s’immiscer dans ma vie. Et une irrépressible envie de me caser, histoire d’avoir des petits enfants à pouponner. Résultat, me voilà inscrite pour tenter de séduire Romuald, grand brun ténébreux et très sympathique vigneron-oenologue au regard qui sent bon le fut de chêne. Bon, j’avoue : c’est plus la perspective de faire un peu de pub à mon entreprise de colliers pour chiens Ouaf-ouaf que celle de rencontrer l’homme de ma vie qui m’a convaincue d’effectuer la grande transhumance jusqu’à Issy-l’Évêque. Mais on ne sait jamais, il paraît que l’amour pousse parfois dans les champs !

Mon avis :

Un livre drôle, avec beaucoup de réparties, des situations cocasses et hilarantes (lettre de sa mère pour l’inscription au jeu, le dîner entre amis, la visite au musée de cire, l’accouchement de son amie, etc…), des personnages prêts à tout pour arriver à leurs fins, entre mensonges et mauvaise foi, le tout écrit d’une façon très dynamique, avec beaucoup d’humour, pour nous dévoiler une histoire attachante.

Pour l’anecdote, sans le savoir par avance, deux livres lus récemment ont fait référence à la transplantation d’organes.

Un premier livre où un adolescent en insuffisance rénale terminale devait recevoir le don du rein de son grand-père. J’avais d’ailleurs à cette occasion écrit à l’auteure pour lui préciser qu’un grand-père de 75 ans ne pouvait donner un rein à son petit-fils de 17 ans, de par l’écart d’âge … mais que l’histoire était humainement forte ! Elle m’avait surprise en me répondant et appréciant mon avis le trouvant somme toute logique.

Et dans ce dernier livre, il est fait référence à un homme en attente d’une greffe de coeur qui n’arrive pas assez vite…

Et encore, hier j’ai commencé un livre où la dialyse est prise comme exemple pour expliquer une erreur à un interne.

Le don d’organes passe par tous les supports, c’est bien.

Extraits :

1 – « … me voilà devant les écuries. J’ai pourtant prié intérieurement pour qu’il ne m’y emmène pas… Le problème se résume en deux mots : les chevaux. Leurs gros naseaux, leur dents monstrueuses, leur crinière affreusement rêche : tout me hérisse chez eux. A l’idée que le bâtiment en contient au moins cinq, je défaille. Romuald entre et les cameramen lui emboîtent le pas. Courage, courage : je ne vais pas me laisser abattre. Tout le monde a l’air d’apprécier les canassons, ici, et moi, pas question que je me donne en spectacle encore une fois. Je les suis, tremblante, et pénètre dans l’antre du cauchemar. J’esquisse un sourire crispé et m’écrie : 

- C’est merveilleux, Romuald : J’adooooore les chevaux : Je n’ai malheureusement jamais pu pratiquer l’équitation étant jeune, car je me suis consacrée au violon, au piano et au banjo, mais j’aurais tellement aimé monter ! Sentir le vent contre sa peau sur un cheval au galop, quel bonheur ce doit être !

Mais qu’est-ce que je raconte ? Je n’ai jamais touché un instrument de musique de ma vie , à part une trompette en plastique quand j’avais 5 ans. Ce doit être un effet de l’angoisse…

- Qu’à cela ne tienne ! Ton rêve va se réaliser ! Tu vas faire un petit tour sur Star Brune.’.

20160424_114439

« ON DIT, ON FAIT… ! »

Telle est notre devise avec Daniel :

« ON DIT, ON FAIT… ! »

Alors, hier, après ma journée un peu statique, voire très statique au stand de France ADOT 95, mais cependant journée utile (seulement 3,270 km de marche pour la journée), j’avais dit qu’aujourd’hui je ferai du VTT.

Pour ne pas déroger à notre devise, j’ai fait du VTT. Il fait frisquet, il y a du vent, il menace de pleuvoir, mais « j’ai dit, je fais !!! »

Un aller et retour à mon boulot, et oui même le dimanche, mais là je ne m’arrête pas  Pas de pluie, elle a eu la bonne idée d’attendre et une bonne averse a lieu au moment où j’écris cet article.

18.708 km en 1 h 8… 

18.708 240416

1 h 08 VTT 240416

Bon, en ville, il y a pas mal de feu rouge, ce n’est pas pour me justifier sur le temps mais je ne peux quand même pas tous les griller !

Les experts diront « pfff…. ridicule », et les non-initiés diront « c’est mieux que rien ! ».

Et moi je me dis à 17 mois de 2ème greffe rénale demain, JE M’ECLATE !

Bonne semaine à tous, à bientôt !

VIVE LE DON D’ORGANES, VIVE LA GREFFE

VIVE LE SPORT, VIVE LA VIE !

MERCI A MES DONNEURS

 

 

 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

23/04/2016 : STAND FRANCE ADOT 95 INTERMARCHE BEZONS

Pour ma 4ème mission avec France ADOT 95, c’est au supermarché « INTERMARCHE » de BEZONS, que nous tenons un stand d’information et de sensibilisation au don d’organes, et ce, toute la journée, avec Marie, puis secondées l’après-midi de Jessica.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Volontairement, nous avons choisi de nous placer à l’extérieur, juste à l’entrée du magasin, mais à l’abri de la pluie éventuelle, mais il n’y en a même pas eu, mais pas à l’abri du vent ! Mais à l’intérieur, nous aurions été placés dans un coin de caisses non actives, et peu de personnes aurait fait la démarche de venir nous voir ! Pas toujours facile d’avoir de bons emplacements stratégiques, alors il faut négocier !

Bilan : des gens encore réticents avec des réponses « ça ne m’intéresse pas », « non merci pas maintenant » !! mais aussi des gens à l’écoute et désireux de prendre leur carte (15 cartes signées sur place et de la documentation distribuée pour faire les démarches par internet), des « illuminés », enfin un en l’occurrence aujourd’hui, qui était persuadé que dès qu’il serait hospitalisé pour quelque motif que ce soit, on lui injecterait un produit pour l’euthanasier et lui prendre ses organes !! Oups, après une bonne demi-heure de discussion à 4, il a fini par signer sa carte ! La persévérance paie mais les nerfs en prennent un coup quand même ! Et des gens touchants, comme cette mamy de 74 ans, qui a combattu trois cancers, qui a une sclérose en plaques depuis 30 ans et qui souhaitait de tout coeur prendre sa carte pour, si c’est possible, sauver des vies ! Elle avait un moral d’acier… Et un groupe d’enfants d’une douzaine d’années à qui Marie a appris ce qu’était le don d’organes et leur réponse a été spontanée « Mais c’est génial ça !! ».

Voilà, mission accomplie, vive la prochaine !

VIVE LE DON D’ORGANES, VIVE LA GREFFE

 

 

génération des grumeaux

LIVRE : « LA GENERATION SPONTANEE DES GRUMEAUX » de Fanny NODET-GAYRAL

« LA GENERATION SPONTANEE DES GRUMEAUX »

de Fanny NODET-GAYRAL

Résumé :

Jessie Gardens a bientôt vingt et un ans, une meilleure amie survoltée, une mère psychanalyste un peu farfelue, un père, Arnold, qui lui a incorporé dans le cerveau depuis sa naissance l’équivalent de dix encyclopédies pratiques de bricolage, et une légère propension à s’emmêler les pieds lorsqu’elle est en public.

Le jour de son anniversaire, elle décide de poser enfin à son père les questions qui la préoccupent au sujet de sa famille paternelle, dont personne ne parle jamais. Arnold refuse catégoriquement d’évoquer le sujet. Mais quelque temps plus tard, Jessie reçoit un signe inattendu… 

Mon avis :

C’est un roman d’où ressort une affection familiale et amicale chaleureuse tout au long du livre, avec beaucoup de fraîcheur. Les personnages ont des caractères très différents avec entre autres, Jessie, passionnée de bricolage grâce à son père, et sa mère, imprégnée par son métier de psychanalyste.

Pour expliquer certains points du passé, l’auteure va nous capter par une espèce de chasse au trésor avec des énigmes et des voyages, qui tiendra lieu de fil rouge tout au long du roman jusqu’à une fin surprenante.

Un bon moment de lecture !

Extraits :

1 – « Au terme de vingt-et-un ans de vie aux côtés de ma mère, et bien que j’aie dépassé depuis fort longtemps le stade de la pensée magique, il m’arrive encore d’avoir des doutes sur la possibilité qu’elle puisse lire le psychisme au travers de la boîte crânienne aussi facilement que le tout un chacun peut accéder au contenu d’un ravioli. Elle ne fait d’ailleurs rien pour nous détromper. Je crois bien qu’elle s’en amuse. Après le déjeuner, elle a prétexté l’absolue nécessité d’initier la préparation du dîner et s’est enfermée dans la cuisine un rouleau à pâtisserie dans une main, un coquetier dans l’autre. Nous avons feint de ne pas savoir qu’il y avait au frigo une pâte à tarte industrielle prête à dérouler et qu’elle avait dissimulé le dernier numéro de la Revue Psychanalytique dans la poche de son tablier. »

2 – « Deux parents biologistes, ce n’était pas une tare d’après elle. Je persistais cependant à croire qu’un enfant de six ans possédant dans son vocabulaire les mots acacia et arthropode ne pouvait décemment pas être qualifié de normal ». 

20160417_112430

WEEK-END…retour vers le passé chargé d’émotions…

VENDREDI :

Retour vers le passé avec le souvenir de bons moments partagés lors de réunions qui unissaient nos deux familles, qui, il y a quelques années ne se connaissaient pas, mais par le biais d’un mariage, ont su s’apprécier. Et lorsque l’un des membres de la « nouvelle famille » nous quitte pour un autre voyage, c’est un proche que nous perdons et le soutien et l’accompagnement en sa dernière demeure n’en sont que naturels. Pensées affectueuses à ceux qui se reconnaîtront….

SAMEDI :

Retour vers le passé avec Claire, greffée rénale depuis 25 ans, ancienne compétitrice à Trans-Forme, et avec qui nous avons beaucoup d’amis en commun depuis une vingtaine d’années. Strasbourgeoise mais de passage à Paris, ce fut l’occasion de retrouvailles émouvantes. Pour l’anecdote, nous avons déjeuné, en compagnie de ses deux enfants et de Daniel, dans une Pizzéria que nous avions appréciée lors de nos balades parisiennes avec Daniel, mais hier, ce fut « bourdes sur bourdes », lors du déjeuner, avec une table réservée pour 5, et dressée pour 6, un vin italien très connu absent de la carte, deux desserts commandés sur cinq qu’il n’y avait plus et pour finir en beauté, une fuite provenant de la verrière au-dessus de notre table après avoir essuyé de belles averses !

Je me suis à ce moment-là sentie très mal à l’aise d’avoir recommandé cet endroit comme un « bon petit coin pour déjeuner »… Oups ! Promis je ne recommencerai pas !

Mais je sais que lorsque nous irons à Strasbourg, Claire, elle, a une bonne adresse pour nous emmener manger une bonne « Flammenkuche » !

DIMANCHE :

Retour vers le passé avec notre pèlerinage normand bi-annuel pour me recueillir sur les tombes de mes parents et grands-parents et les fleurir. Des moments dont j’ai besoin même si je sais qu’ils continuent tous de veiller sur nous et notre famille. La Normandie,c’est toute une tranche de mon enfance et adolescence par des vacances joyeuses passées chez mes grands-parents….et ce retour aux sources est toujours émouvant mais bienfaiteur !

20160417_091640-1

 

Comme à l’accoutumée, la première étape est la station thermale de Forges les Eaux avec le tour du Lac face au Casino, pour détendre nos jambes et dégourdir les pattes de Dalton…

20160417_080754

Après le passage au cimetière, c’est direction Pourville sur Mer avec la balade sur la jetée, de long en large, voir les bateaux de pêche délivrés leurs poissons tout frais pêchés, et apprécier le paysage fabuleux qu’offre cette mer avec ses différents dégradés de bleu, tellement reposant ! Je ne me lasse pas de cette mer si vivante et odorante !

20160417_095816

20160417_112430

Ensuite, direction Dieppe pour déjeuner sur le Port et quand nous déjeunons à « La moule qui chante », un plat s »impose…. « Moules/frites » bien sûr ! Bon le Café gourmand ne s’imposait pas vous me direz, mais il m’a quand même bien fait plaisir ! Et cerise sur le gâteau, déjeuner en terrasse par une météo plus que clémente !

20160417_121526

20160417_123335

Après le déjeuner, balade sur la jetée dieppoise de long en large…. Ne vous étonnez pas, vous savez que j’aime marcher et voilà comment obtenir plus de 11 000 pas, là où 10 000 sont recommandés quotidiennement !

SHealth_17_45_42_375

Avec une journée hier à 13,980 km, cela fait une bonne moyenne pour le week-end !

Je finirai par une citation de LAO-TSEU ;

« Apprends à écrire tes blessures dans le sable et à graver tes joies dans la pierre« .

Bonne semaine à tous…Ah au fait j’ai une nouvelle corde à mon arc, ou plutôt à mes pieds, avec une nouvelle acquisition pour compléter mon cardio : après le vélo, la marche, le tennis de table, voilà la petite dernière … la corde à sauter !

20160417_052647

Et je vous fais partager en prime la réflexion de mon mari : « Tu crois que tu as encore 8 ans avec tes couettes ! » Et oui, il a raison, je me comporte comme si j’avais, alors pas 8 ans, il ne faut pas exagérer, mais 25 ans c’est sûr ! en tout cas pas l’âge biologique que j’ai !

Je m’en fous, tellement je m’en fous… je me sens bien et je vis mes passions comme j’ai envie !

A bientôt !

VIVE LE DON D’ORGANES, VIVE LA GREFFE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tout va bien

RESULTATS PRISE DE SANG 11/04/2016

MADAME TOUT VA BIENle retour ou plutôt la continuation !!

Voilà comme annoncé précédemment, les résultats de ma prise de sang faite en ville le 11 avril dernier.

Ce greffon, âgé de 16 mois 1/2,  me remplit de joie par ses capacités, à me supporter dans un premier temps ! et à fonctionner à merveille pour me permettre d’avoir une super forme physique et morale !!

Preuve à l’appui avec une créatinine à 83 et une hémoglobine à 13,8 ! Comment ne pas « péter » la forme !

Quant au taux de l’anti-rejet CERTICAN, comme à chaque fois que l’on en change, le dosage n’est pas satisfaisant. Donc modification du traitement avec 1 mg le matin et 0.75 mg le soir, et dans 10 jours, rebelote, prise de sang en ville pour s’assurer que cette fois-ci le taux sera dans les normes.

Mais, rien de grave, la greffe est une mécanique de précision qu’il faut régler pour en apprécier tous les bienfaits !

A très bientôt

pre_affiche_jntd_2016

Du 12 au 16/05/2016 : 24ème JEUX NATIONAUX DES TRANSPLANTES ET DIALYSES à SAINT PRIEST (69)

J – 30

Les 24èmes JEUX NATIONAUX DES TRANSPLANTES ET DIALYSES, organisés par TRANS-FORME, auront lieu à SAINT PRIEST (69) du jeudi 12 au lundi 16 mai 2016

Une nouvelle fois, de nombreux compétiteurs (200) se retrouveront pour 4 jours d’activités physiques et sportives, de fête et de convivialité pour sensibiliser à la réussite de la transplantation et à la nécessité des dons d’organes et de tissus.

Réservez votre week-end de la Pentecôte 2016 !

Moi c’est fait, c’est réservé et pour activités, je vais m’attaquer à la marche de 3 km, le tennis de table en simple et double mixte, le cyclisme 10 km contre la montre et cyclisme 20 km. Et je vais m’initier aux boules lyonnaises et à l’aviron virtuel.

20160331_070110

20160401_062742

20160403_093332

Voilà j’innove, exit le tennis, le bowling, la pétanque, le tir !

Pour l’anecdote, je vais faire le double mixte en tennis de table avec Eric, greffé rénal depuis 35 ans (yes !), que je connais depuis 25 ans et qui avait organisé l’expédition du Mont-Blanc en 1992 à laquelle j’avais participé ! Belles retrouvailles sur ces jeux après en avoir partagé tant, nationaux et mondiaux, mais ça c’était avant !! enfin, quand nous étions plus jeunes !

26.05.1990-Libourne 3

Ci-dessus podium aux Jeux Nationaux de LIBOURNE en 1990 avec Eric.

Tous vos encouragements, que j’espère nombreux, seront les bienvenus, sous toutes les formes que vous souhaitez, et ils me donneront la pêche pour aller encore plus loin dans mes défis !

Donc, vous avez compris, si la récolte de médailles n’est pas bonne, ce sera de votre faute…et non de la mienne !! Je n’aurai pas reçu assez d’ondes positives !

De toute manière, je vous tiendrai au courant du palmarès, bon ou moins bon, mais le principal n’étant pas là bien sûr mais dans le plaisir et la sensibilisation au don d’organes.

A très bientôt !

11393289_10205680240677546_6476297171386087010_o