Archives mensuelles : août 2015

UN ATHLETE EN FINALE DU 110 M HAIES AUX JEUX MONDIAUX DE PEKIN ET GREFFE D’UN REIN 4 JOURS APRES

PEKIN

L’Américain, grand favori de la finale du 110 m haies vendredi, subira une transplantation rénale quatre jours après la course…

Mondiaux d’athlétisme: Meritt, la médaille d’or avant la greffe de reins?

Aries Merritt, ici à droite, vise l’or à Pékin. – Kin Cheung/AP/SIPA

J.L. avec AFP

Une finale mondiale du 110 m haies vendredi puis, quatre jours plus tard, une transplantation du rein: c’est -littéralement- la course d’obstacles incroyable que va vivre l’Américain Aries Merritt, recordman du monde de la discipline depuis 2012. L’athlète de 30 ans souffre d’une maladie génétique rare et ses reins ne fonctionnent qu’à 20% de leur capacité. C’est pourquoi il va être transplanté le 1er septembre et recevoir un rein de sa soeur, LaToya Hubbard.

 

Recordman du monde de la discipline

«Je suis ici à Pékin pour ma santé mentale plus que pour autre chose», a-t-il assuré après les séries des Mondiaux mercredi. «Je ne veux pas rester assis chez moi à attendre l’opération». En 2012, l’Américain aux dreadlocks finement ciselées sur le crâne réussit la saison parfaite: champion olympique à Londres, record du monde en septembre à Bruxelles (12.80). Merritt rayonne et transporte son sourire généreux sur toutes les pistes du monde. Mais l’année suivante sera un cauchemar.

«Lors des Mondiaux 2013 de Moscou, j’ai senti que quelque chose n’allait pas», se souvient-il, cité par la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF). «Après Moscou, j’ai commencé à être très malade. J’avais un manque extrême d’énergie, une respiration courte et des difficultés à récupérer».

Des reins qui ne fonctionnent qu’à 15%

Le diagnostic, terrible, tombe deux mois après les Mondiaux: Merritt souffre d’un problème de rein, causé par une maladie génétique rare, qui touche en majorité les Afros-américains. La situation est d’autant plus grave que le sportif est porteur d’un virus qui attaque ses reins, sa moelle osseuse et détruit son organisme. «Je me suis effondré. J’ai fait du déni et pendant un moment j’ai été dans un état très dépressif. J’étais content qu’ils aient trouvé le problème, mais je ne comprenais pas comment ça pouvait m’arriver après une saison 2012 aussi formidable.»

Le sportif va alors passer plus de six mois à l’hôpital, d’octobre 2013 à fin avril 2014.S’entraîner n’est évidemment plus à l’ordre du jour. A son entrée à l’hôpital, ses reins ne fonctionnent plus qu’à 15%: marcher et effectuer les tâches quotidiennes les plus anodines est un combat. Merritt ne peut plus manger correctement, incapable d’assimiler les protéïnes, et perd du poids.

«Peut-être ma dernière compétition si la greffe se passe mal»

Progressivement, la situation s’améliore néanmoins. Et Merritt reprend la compétition en mai 2014, après quelques semaines d’entraînement.«Quand j’ai recommencé le sport, je n’étais pas aussi frustré qu’on pourrait le penser. Après m’être entendu dire que je ne serais plus capable de courir, j’étais simplement heureux de faire ce que j’aime», explique Merritt.

 

Une saison d’entraînements et de meetings plus tard, il a déjà fait beaucoup en arrachant sa place pour les Mondiaux et un meilleur chrono cette saison de 13 sec 08/100e, réalisé en demi-finale jeudi à Pékin. «Ce pourrait être ma dernière compétition si ça se passe mal avec la greffe», reconnaît-il. «Mais je suis optimiste sur le fait de pouvoir revenir et de m’entraîner en vue des jeux Olympiques de Rio. J’aime me battre, j’aime la compétition. C’est ma vie et me voilà.»

Observation :

VENDREDI 28 AOÜT 2015 à 15 h: FINALE DU 110 M HAIES AUX JEUX MONDIAUX DE PEKIN. MERITT termine 3ème, médaille de bronze, en 13’04. Féliciations

20150822_075131

25/11/2014 – 25/08/2015 : 9 MOIS 2ème GREFFE RENALE

9 MOIS, le temps d’une gestation… Mon greffon, lui, ne grossit pas, mais il s’épanouit avec moi pour former un super binôme !!

Vous remarquerez que je n’ai pas donné de « surnom » à mon greffon, comme le font d’autres personnes en le nommant par exemple du nom du saint du jour de la greffe.

Bon, le 25 novembre, c’est la Sainte Catherine !!! Veuillez m’excuser toutes les « Catherine » que je connais, mais je ne me voyais pas appeler mon greffon « Catherine » et pour ma première greffe, un 13 décembre, c’est la Sainte Lucie ! A la rigueur un prénom peu commun et original, comme le jour de mon anniversaire, un 11 octobre, qui est la Saint Firmin, m’aurait davantage plu… Mais en fait je n’en vois pas l’utilité et je préfère garder l’image du « greffon » qui parle d’elle-même et nous ramène tout de suite à cette belle expérience humaine.

Que ce mariage « organique » puisse nous procurer encore de belles surprises, nous aider à la concrétisation de nouveaux et beaux projets et que nous vivions pleinement cet épanouissement ensemble malgré les embûches qui pourraient entraver notre chemin. C’est mon souhait le plus sincère.

Comme projets à venir, entre autres, en octobre, le concert de CALOGERO, un petit séjour à Londres, plus précisément Coventry, rendre visite à ma nièce partie depuis le mois de juin pour un stage. « I don’t speak English » !! mais on va se débrouiller ! et en novembre, fêter les noces de coton avec mon nouveau greffon !

D’un point de vue sportif, les Jeux Mondiaux des Transplantés se déroulant en ce moment en ARGENTINE à MAR DEL PLATA, cela m’a réveillé d’anciens souvenirs, lointains, très lointains, en 1989 et 1991, à SINGAPOUR et BUDAPEST (j’avais 2 ans de greffe de ma 1ère greffe rénale). Dans deux ans, cela se passera en ESPAGNE, à MALAGA, et l’envie de participer a refait surface.

il ne me reste plus qu’à trouver des disciplines, car pour moi le tennis c’est terminé, ma discipline qui m’a offerte mes deux médailles d’OR à l’époque. Je me testerai auparavant aux Jeux Nationaux de Saint Priest pour savoir ce qui me convient. Marche, vélo, tennis de table ??

Revenant d’un mois de vacances, je suis encore la tête dans la nature solognote et je vous fais donc partager une citation sur le bonheur très poétique que l’on doit à Robert LALONDE :

« Le bonheur est comme un papillon :

il vole sans jamais regarder en arrière. »

Et pour conclure, quelques créations de greffées sur des plages et la mienne en forêt pour transmettre le message cher à notre coeur « DITES OUI AU DON D’ORGANES » :

11144470_10207677789368591_6910368230521238917_n

11894542_1025632630794582_9088151604051460305_o

 

 

20150822_075131

Le lendemain de la création de mon oeuvre d’art, je pouvais revisiter la célèbre chanson « ALINE » de CHRISTOPHE, que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître… je dirai même les moins de 40 ans et là, oups,  ça ne nous rajeunit pas ! Donc, je vous la propose :

« J’avais dessiné

en forêt

un beau message

qui me comblait.

Mais il a plu

le lendemain

et la belle phrase

a disparu.

Et j’ai crié, crié,

« Message » pour qu’il revienne…

Et j’ai pleuré, pleuré,

oh, j’avais trop de peine ! »

En quelque sorte, c’est ce que l’on appelle « de l’art éphémère » !!

Bon, qu’à cela ne tienne, j’en referai d’autres, à d’autres endroits, sous d’autres formes… et là je vais laisser place à mon imagination débordante et on verra le résultat dans les prochains jours voire semaines… il faut quand même le temps que ça chauffe là haut !!

 

MERCI A MON DONNEUR

VIVE LE DON D’ORGANES, VIVE LA GREFFE,

VIVE LE SPORT, VIVE LA VIE !

1

FILM : « MISSION IMPOSSIBLE – ROGUE NATION » de Christopher McQUARRIE

 

Mission: Impossible - Rogue Nation

« MISSION IMPOSSIBLE – ROGUE NATION »

Film américain d’espionnage de Christopher McQUARRIE avec Tom CRUISE, Jérémy RENNER, Simon PEGG et Rebecca FERGUSON

Anecdote : La mission qui m’a été confiée et que j’ai acceptée est de vous relater le résumé et vous donner mon avis.

Résumé :

L’équipe IMF (impossible Mission Force) est dissoute et Ethan HUNT se retrouve désormais isolé, alors que le groupe doit affronter un réseau d’agents spéciaux particulièrement entraînés, le Syndicat. Cette organisation sans scrupules est déterminée à mettre en place un nouvel ordre mondial à travers des attaques terroristes de plus en plus violentes. Ethan regroupe alors son équipe et fait alliance avec Lisa FAUST, agent britannique révoquée, dont les liens avec le Syndicat restent mystérieux. Ils vont s’attaquer à la plus impossible des missions, éliminer le Syndicat.

Mon avis :

Les scènes d’actions périlleuses à couper le souffle (parfois un peu trop) et l’intriguie palpitante sont toujours au rendez-vous de ce cinquième opus où Ethan HUNT (Tom CRUISE) reste le fil conducteur de la mission impossible, en définitive pas si impossible que cela. Mention spéciale à Rebecca FERGUSON, la HUNT Girl, qui remplit très bien son rôle à en faire parfois de l’ombre au héros.

2 h 15 d’actions, d’humour, de suspens, un scénario qui tient la route, pas trop de morts à la seconde !!! Un bon divertissement de dimanche après-midi !!

 

 

 

 

PREMIERE MONDIALE : GREFFE DE REIN PAR VOIE VAGINALE

Greffe de rein par voie vaginale : première mondiale à Toulouse

Actu Santé

Pour la première fois au monde le prélèvement et la transplantation ont été réalisés avec robot dans une même séquence./Photo CHU Toulouse

Pour la première fois au monde le prélèvement et la transplantation ont été réalisés avec robot dans une même séquence./Photo CHU Toulouse

Une greffe de rein par voie vaginale, entièrement assistée par robot, vient d’être réalisée au CHU deToulouse. Une première mondiale qui a bénéficié à deux sœurs.

Juste cinq petites cicatrices de 8 mm, nécessaires au passage des bras du robot et une sortie rapide de l’hôpital sans douleur. Béatrice Perez, receveuse, et Valérie Perez, donneuse, ont bénéficié de la première transplantation rénale par voie vaginale entièrement robot-assistée avec donneur vivant. La séquence, unique au monde, a été réalisée le 9 juillet dernier à l’hôpital Rangueil de Toulouse par les docteurs Nicolas Doumerc et Federico Sallusto (1). Le 13 mai 2015, la même équipe avait déjà réussi une première greffe rénale avec introduction du rein par voie vaginale par voie coelioscopique robot-assistée exclusive (2).

«Notre objectif est toujours de limiter le nombre d’incisions et d’améliorer les suites post-opératoires. Nicolas Doumerc avait l’expérience du travail avec robot (500 interventions depuis 2010 sur prostate, vessie et rein), moi celle des greffes (600 transplantations de reins depuis 2005). Nous avons tout mis en commun», explique Federico Sallusto.

Cette aventure, les deux chirurgiens y pensaient depuis plus de six mois. Ils ont d’abord étudié les publications des confrères français sur l’utilisation du robot pour des greffes rénales (Créteil en 2001, Tours en 2013), américains (Chicago 2010) ainsi que des vidéos d’intervention réalisées en Inde (mars 2015). Seulement 140 patients dans le monde ont bénéficié d’une transplantation rénale à l’aide d’un robot chirurgical, et 8 femmes ont reçu le greffon par voie vaginale.

«Nous nous sommes aussi appuyés sur des études gynécologiques qui montraient qu’une incision dans le vagin ne provoquait pas plus d’infections ou de complications de la vie sexuelle », complète le docteur Nicolas Doumerc.

«Nous sommes prêts à recommencer et même à lancer un programme à destination des patients obèses pour qui l’incision classique est compliquée », lance Federico Sallusto. «Nous avons le goût du challenge, mais nous savons où nous allons. Il n’y a pas de place pour l’improvisation. Le robot n’est pas un joujou dont on prend les manettes. Quand on pratique une greffe avec donneur vivant, on a encore moins le droit à l’erreur. S’il y avait eu le moindre souci, nous serions passés à l’incision classique pour ne pas compromettre la greffe», complète le chirurgien.

Parmi les petits détails qui ont certainement garanti la réussite des interventions, l’idée de mettre le greffon dans un sac plastique entouré de gel pour le faire glisser, ou encore l’irrigation froide avec utilisation d’une sonde thermique pour que le greffon soit à bonne température au moment de la transplantation.

(1) Interventions réalisées grâce à la présence des chirurgiens assistants Jean-Baptiste Beauval et Mathieu Roumiguié, CHU Toulouse

(2) Publication dans le journal European Urology de l’association européenne d’urologie. La publication de la séquence du 9 juillet vient d’être soumise à l’American Journal of Transplantation


Don, greffe : ce que permet la loi de bioéthique

En France, le rein est l’organe le plus greffé : 3 232 en 2014, pour plus de 12 000 personnes en attente. Sur ces 3 232 greffes, 514 ont été réalisées à partir de donneurs vivants.

Comme il est possible de vivre avec un seul rein, une personne vivante, volontaire et en bonne santé, peut donner un rein à un de ses proches dans les conditions définies par la loi.

En 2004, la transplantation rénale à partir d’un donneur vivant n’est plus seulement réservée aux parents proches (père, mère, fratrie), elle est élargie aux grands-parents, oncle, tante s’il y a compatibilité de groupe sanguin.

En 2010, le don s’élargit au conjoint et amis (s’ils se connaissent depuis au moins deux ans) et autorise la greffe même avec une incompatibilité de groupe sanguin entre donneur et receveur. Enfin, en 2011, la loi de bioéthique autorise le don croisé, solution qui peut être envisagée lorsque le proche qui souhaite donner n’est pas compatible avec le patient.

Le don croisé reste anonyme.

Informations sur le site www.dondorganes.fr ainsi que sur le site de l’agence de biomédecine.


Le chiffre : 195

greffes >Reins. En 2014, l’hôpital Rangueil a réalisé 195 greffes rénales dont 63 avec donneurs vivants. Un chiffre qui place le CHU de Toulouse au premier rang français.


Pour Béatrice, «une renaissance»

C’est sous le soleil de Saleilles, dans les Pyrénées Orientales, que Béatrice Perez, 43 ans, se remet -très bien- de ce qu’elle appelle une «formidable aventure». Un peu plus d’un mois après sa greffe rénale, la jeune femme profite de tous les instants avec son jeune fils. Sans douleur, sans dialyse.

A plusieurs centaines de kilomètres de là, en région parisienne, sa sœur Valérie, 44 ans, se repose. Elle a donné un rein à Béatrice, en bénéficiant également de la technique robot assistée par voie vaginale. C’est même elle qui a, la première, accepté le challenge. Béatrice ne voulait pas. «Je n’avais pas envie d’être un cobaye et j’avais trop peur que cette technique abîme le rein de ma sœur, ça aurait été insupportable », se souvient cette dernière. Échanges de mail, discussion téléphonique puis rencontre avec le docteur Nicolas Doumerc au CHU Rangueil, la jeune femme se laisse finalement convaincre. Victime d’une maladie auto-immune à 18 ans, Béatrice a vécu l’insuffisance rénale, les dialyses et une première greffe qui lui a permis de mener une vie normale pendant 15 ans. Les traitements pour combattre deux pneumopathies contractées en 2014 ont eu raison de son greffon. Béatrice ne voulait pas prendre de risque avec le rein de sa sœur.

«J’ai été complètement rassurée par les médecins, et, contrairement à ma première greffe, j’ai eu le temps de me préparer. Le court temps d’hospitalisation a été un argument primordial : mon fils n’a que cinq ans, il a besoin de moi et il a besoin de voir que je vais bien ».

Sans douleur

Une fois la décision prise, les deux sœurs organisent leur été 2015. L’opération a lieu le 9 juillet, quand les enfants sont chez leurs pères respectifs. «Valérie est partie au bloc à 7 heures, moi à 10 heures. Entre-temps, le médecin était venu me dire que ma sœur allait bien et que son rein était magnifique. Je suis remontée en chambre à 20 h 30. Le lendemain matin, Valérie est venue me voir, à pied ! Et moi, je n’avais pas mal. Rien à voir avec ma première greffe, très douloureuse où j’avais l’impression d’avoir une enclume sur le ventre », rapporte Béatrice.

«J’aimerais que mon expérience serve à d’autres personnes. Avant d’être greffé, il est important de savoir où on va. Cette technique est révolutionnaire».

L’émotion dans la voix, Béatrice Pérez parle aujourd’hui de cette greffe comme d’une «renaissance ». «La première avait été une résurrection mais là c’est doublement significatif, ce don précieux de ma sœur s’est fait par le vagin. Elle a ‘‘accouché » de ce rein et moi je renais par mon vagin qui a donné une fois la vie ».

«Tout s’est vraiment bien passé », confirme Valérie au téléphone. «La technique ? Je n’avais pas peur, de toute façon, je dormais ! Au final, quand j’en parle je dis que j’ai eu mal en accouchant de ma fille, pas là », raconte la sœur aînée, heureuse d’avoir pu aider sa sœur. «Je n’attends pas qu’elle me remercie même si elle l’a fait. Si quelque chose arrive au rein, ce ne sera pas de sa faute. Et puis, donner c’est donner ».

SAMSUNG CAMERA PICTURES

ETE 2015 – 8 – LA SANTE

Même en vacances, on parle santé…. avec des choses prévues comme la prise de sang à 8 mois de ma 2ème greffe rénale pour contrôler la créatinine et le dosage du CERTICAN, le début de la cure de la levure de bière (et non pas de bière !!! je suis sûre qu’il y en a qui avait déjà traduit de la sorte !!) contre la chute des cheveux, et des choses beaucoup moins prévues, comme les réactions explosives à l’application d’une crème dermatologique nommée « PICATO »  ayant pour but de regénérer une zone cutanée et espacer les visites chez le dermatologue pour brûler les kératoses provoquées par le traitement post-greffe, et une chute à vélo à l’arrêt en montant sur mon vélo ! No comment !

Ce qui est rassurant, c’est que, même en vacances, j’ai la possibilité d’avoir contact avec mes médecins, même si eux aussi sont en congés, ce qui a été le cas de mon dermatologue qui me suit en ville.

- « PICATO » : définition : crème dermatologique ayant des résultats miraculeux sur le papier, et des effets secondaires explosifs dans la réalité pour obtenir lesdits résultats.

Après une seule application de la crème (au lieu des deux prévues initialement) et étant donné la réaction immédiate ressentie, j’ai passé un mail à mon dermatologue avec photos à l’appui des deux premiers jours de traitement car, même si je connaissais les effets secondaires qui en découleraient, je m’inquiétais des brûlures importantes. Mon médecin m’a répondu le jour même par mail en me donnant des conseils pour supporter cela. Et trois jours après, il m’appelait sur mon téléphone portable pour savoir comment j’allais, et en concluant qu’il allait quand même faire un dossier avec mes photos prises chaque jour (jusqu’à J13) au laboratoire pour qu’ils prennent conscience des effets secondaires (ci-dessous photos J1, J2 et J13). Je vous épargne les étapes de J2 à J13 !

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

- PRISE DE SANG :

Dès les résultats de ma prise de sang connus, je les ai également transmis par mail à ma néphrologue, et la réponse fut immédiate et très positive puisque ma créatinine était à « 93″ et mon dosage de CERTICAN n’appelait aucun changement de traitement.

- LEVURE DE BIERE :

Début d’une cure pour essayer de freiner la perte de cheveux due également au traitement post-greffe…. bon je pense que la cure va devoir durer un peu plus d’un mois inititalement prévu

SAMSUNG CAMERA PICTURES

- CHUTE DE VELO :

Je ne comprends pas encore très bien comment j’ai pu me faire aussi mal en montant sur mon vélo mais le fait est là, le vélo s’est couché et je suis tombée dessus m’enfonçant la pédale sur le tibia. Une bosse énorme apparut immédiatement avec deux écorchures marquées, et les jours qui ont suivi ont vu apparaître un hématome qui s’est étalé jusqu’aux deux côtés de la cheville et du pied (cf. photos JOUR J, J3 et J5).

SAMSUNG CAMERA PICTURES

 

 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Bon, rien de douloureux dans les jours qui ont suivi et qui ne m’ont pas empêché de vaquer à mes activités comme entre autres la marche et le vélo…

Bref des vacances ben remplies mais c’est fait pour cela aussi…surtout quand on a la forme comme je l’ai grâce à ce nouveau don que je remercie chaque jour qui passe…

 

 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

ETE 2015 – 2 – LES ACTIVITES

Les vacances, c’est fait pour se détendre, mais aussi pour faire des activités.

Donc, outre la balade matinale quotidienne avec Dalton (entre 5 et 7 km), soit dans les champs, soit au bord du Canal du Berry, (cf. article séparé pour les vacances de Dalton) les activités étaient réparties entre balades à vélo (3 circuits sur « La Loire à Vélo », 3 circuits en vélo électrique à Romorantin), concours de fléchettes, parties de ping-pong, séances de stepper, parties de bowling ou tennis sur WII, cuisine, brocantes et jardinage, bien que la sécheresse nous ait bien aidés quant à la tonte de la pelouse mais il y a toujours des haies à tailler, des arbustes et arbres à élaguer, du désherbage à effectuer. Et la nouveauté de cette année, espace détente avec spa !

Accessoirement, un peu de travail…

En visites spéciales : le ZOO de BEAUVAL et le PARC ALMERIA (spectacle équestre) feront l’objet d’articles séparés.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

 

 

 

 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

20150426_181514

 

 

 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

 

 

 

 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

EN MODE CUISINE :

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

 

 

 

 

 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

VIVE LES PROCHAINES VACANCES !!!

 

 

 

 

 

 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

ETE 2015 – 5 – LA LOIRE A VELO

Avec Daniel, nous avons testé trois circuits figurant sur le parcours de « LA LOIRE A VELO », avec nos vrais vélos et non électriques. ça aussi c’était la nouveauté de ces vacances, se remettre au vélo qui fonctionne avec les jambes…. et ça roule pour nous !!

Nous avons intitulé cela « LE TOUR DE LOIRE DE CHRISTEL ET DANIEL » en attendant de faire nous aussi « LE TOUR DE FRANCE » !

PREMIERE ETAPE DU TOUR DE LOIRE : SAINT-DYE-SUR-LOIRE / BLOIS / SAINT-DYE-SUR-LOIRE = 30,065 km

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

DEUXIEME ETAPE DU TOUR DE LOIRE : SAINT-DYE-SUR-LOIRE / MUIDES-SUR-LOIRE / COUR-SUR-LOIRE / BLOIS / SAINT-DYE-SUR-LOIRE = 42,473 km

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Ces deux dernières photos représentent un salon de jardin entièrement fait avec des palettes de bois. Beau recyclage !

Anecdote : c’est lors de cette étape que je me suis blessée au tiba en remontant sur mon vélo après la pause déjeuner. Mais, si, c’est possible !

SAMSUNG CAMERA PICTURES

TROISIEME ETAPE DU TOUR DE LOIRE : CHATEAU DE BEAUREGARD / BLOIS / CANDE-SUR-BEUVRON – BLOIS – CHATEAU DE BEAUREGARD = 43,446 km

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURESDéjeuner en terrasse à Blois sur le chemin du retour… pâtes + café gourmand !

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Après avoir créé « LE TOUR DE LOIRE » avec Daniel pendant nos vacances, nous allons inaugurer « LE TOUR DE SEINE » de retour sur la région parisienne… A suivre !

20150805_063141

ETE 2015 – 6 – LA NATURE SOLOGNOTE

Entre notre jardin avec les fleurs et les arbres, le Cher, le canal du Berry, le ciel avec ses couleurs magnifiques du matin, les animaux rencontrés au cours de nos balades daltoniennes, (oies, chevreuils, vaches, lièvres) les champs avec leurs cultures et les moissons, nous en avons pris plein les yeux pour affronter la vie parisienne, sans parler du repos que cela procure !!

Hâte d’y vivre à l’année…

Savourez ce petit florilège !!

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

20150714_090425

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

20150725_064615

20150805_063141

20150806_064521

20150807_070310

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

20150724_073747-1-1

SAMSUNG CAMERA PICTURES

20150805_070850-1

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Et le chat d’une voisine… CARAMEL

20150723_164316-1

SAMSUNG CAMERA PICTURES

ETE 2015 – 3 – LES VACANCES DE DALTON

La vie de DALTON, pourrait, comme un livre des  « MARTINE », faire l’objet de plusieurs titres : Dalton dans les champs, Dalton au bord du Canal,  Dalton et ses jouets, Dalton au soleil, Dalton et l’eau, les rêves de Dalton…. Bref, je pense quand même « La belle vie » !!! Pendant les vacances, une balade TOUS LES MATINS entre 5 et 7 km…

Voici en quelques photos les vacances de Dalton…

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

20150730_105925-1

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

ETE 2015 – 1 – VISITE ROMORANTIN EN VELO ELECTRIQUE

L’Office de tourisme de ROMORANTIN (41) organisait trois circuits pour visiter la ville avec un guide et des vélos électriques qu’il mettait à notre disposition pour les balades de 2 heures chacune.

Une excellente façon de connaître un peu mieux une ville dans sa globalité sans faire d’effort donc adapté à tous publics.

Nous avons pu ainsi reconstituer la vie au 16ème siècle à ROMORANTIN, avec les quartiers des gens du peuple et des bourgeois séparés par la Sauldre qui traverse la ville  (il reste d’ailleurs quelques maisons du 16ème siècle faites de torchis, de chaux et de paille), le château de François 1er, dont il ne reste que deux tours sur quatre (une partie ayant été démolie dans les années 1970 pour y construire un bâtiment où est actuellement la sous-préfecture), lequel François 1er habita à ROMORANTIN avant de partir pour CHAMBORD, épousa sa cousine, Claude de FRANCE, fille de Louis XII, lui fit 8 enfants en 10 ans avant que son épouse décède à l’âge de 25 ans, la maison où se passa l’incident du tisonnier de François 1er avec l’un de ses amis qui l’obligera par la suite à porter la barbe pour camoufler certaines cicatrices au visage, ses projets d’agrandissement sur une longueur de 1 km de sa résidence royale de Romorantin  avec Léonard DE VINCI pour loger sa cour composée de mille personnes mais Léonard DE VINCI décéda avant que son projet ne prenne forme,  le péage redevable pour passer d’une rive à l’autre, excepté les saltimbanques du roi qui disposaient de singes qui représentaient leur monnaie, d’où l’expression « payer en monnaie de singe », les quelques moulins qui restent sur les trente existants de l’époque et qui dévoileront des histoires épouvantables de travail d’enfants âgés de 5 ans pour nettoyer la laine des moutons et qui tournaient dans les roues (un des moulins d’ailleurs s’appelle « Le Moulin des Garçonnets » et la rue qui y mène « La Rue de l’Enfer ») et à une époque plus récente les usines MATRA qui ont fait la gloire de la ville pendant plusieurs années avant de fermer en 2003.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

 

 

 

 

 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

 

 

 

 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

 

 

 

 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

 

 

 

 

 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Pour l’anecdote, cette dernière photo représente des logements à loyers modérés (HLM)… Nous voudrions les mêmes en région parisienne, le style colonial apporterait un certain charme aux banlieues parfois très tristes !