Archives mensuelles : avril 2014

LIVRE : « Que serais-je sans toi » de Guillaume MUSSO

« QUE SERAIS-JE SANS TOI »

de GUILLAUME MUSSO

Résumé :

Gabrielle a deux hommes dans sa vie. L’un est son père, l’autre est son premier amour. L’un est un grand flic, l’autre est un célèbre voleur. Ils ont disparu depuis longtemps, laissant un vide immense dans son coeur. Le même jour, à la même heure, ils surgissent pour bouleverser sa vie. Ils se connaissent, ils se détestent, ils se sont lancés un défi mortel. Gabrielle refuse de choisir entre les deux, elle voudrait les préserver, les rapprocher, les aimer ensemble. Mais il y a des duels dont l’issue inéluctable est la mort.

 

Mon avis :

J »avoue que j’ai lu ce livre parce qu’on parle beaucoup de l’écrivain en ce moment avec la sortie de son dernier livre et je voulais connaître son univers et son style. J’ai été  agréablement surprise, j’ai apprécié son style d’écriture. L’histoire se passe entre Paris et San Francisco et est pleine de suspense et de féerie. C’est un auteur très imaginatif qui nous entraîne dans son monde envoûtant.

Je pense que je vais acquérir d’autres écrits de cet auteur.

J’aimerais de la même manière connaître l’univers de Marc LEVY, autre auteur que j’aimerais connaître. Je vous remercie de me conseiller sur l’un de ses livres qui vous a le plus plu.

Bonne lecture.

Cette entrée a été publiée dans Non classé le par .

Week-end… « pattes en l’air »

J’en vois déjà qui ont traduit et déformé la dénomination du « week-end », mais je ne citerai pas de nom !!

Deux anciennes connaissances ont fait leur retour : les oedèmes aux chevilles et les crampes ! d’où le « week-end pattes en l’air ».

Alors les oedèmes généralisés aux chevilles résultant d’une rétention due au sel ont réapparu depuis jeudi. Je fais pourtant attention au sel dans mon alimentation mais pendant le weed-end de Pâques, j’ai fait des écarts, apéritifs entre amis, pizzas, bref… Je paie comptant mes excès. Alors pas de choix : Lasilix en dose plus forte et jambes en l’air.

Quant aux crampes, je pourrai transposer quelques proverbes célèbres :

« Une journée sans crampe est une journée perdue ! »

ou encore « Une crampe peut en cacher une autre ! »

En effet, non seulement elles sont douloureuses, à des endroits totalement improbables (tibias, péronés, pieds), durent plusieurs minutes, mais en plus elles fonctionnent par paire, dans une sorte de relais, quand elle finit dans une jambe, elle passe à l’autre, sans répit ! un truc de fou !

Mais je ne cherche plus d’explication à mes problèmes, ça me prendrait trop la tête !

Revenons à cette semaine, avec une pensée toute particulière à Maman qui aurait eu 84 ans le 23 avril. Déjà deux anniversaires sans toi. Toi qui aimais tant les fleurs, je t’ai offert de superbes géraniums.

Ah j’ai quand même eu une bonne nouvelle cette semaine : j’ai récupéré mon point perdu sur mon permis de conduire en septembre 2013, ce qui remet mon compteur à « 12″… bonne élève finalement !

Bonne semaine à tous qui pour ma part sera courte, pont du 1er mai oblige !

A bientôt

 

 

Cette entrée a été publiée dans Non classé le par .

Du 27 au 29/06/14 : 1ère TRANSPLANT VOILE

1ère EDTION DE LA TRANSPLANT VOILE 

Du 27 au 29 juin prochain, au Havre, est organisée une rencontre nautique des Transplantés et Dialysés.
Cette manifestation permettra de faire découvrir les sports nautiques à travers les activités telles que le kayak en mer, le paddle et la voile habitable.

Le parrain de l’événement est Jean Pierre DICK, triple vainqueur de la Transat Jacques Vabre et double vainqueur de la Barcelone World Race.

Pour toute inscription et renseignement supplémentaire :
Fabien TOUTLEMONDE – fabien.toutlemonde@ensae.org – 06 78 71 38 54

1ère EDTION DE LA TRANSPLANT VOILE 
Du 27 au 29 juin prochain, au Havre, est organisé une rencontre nautique des Transplantés et Dialysés.
Cette manifestation permettra de faire découvrir les sports nautiques à travers les activités telles que le kayak en mer, le paddle et la voile habitable.

Le parrain de l’événement est Jean Pierre DICK, triple vainqueur de la Transat Jacques Vabre et double vainqueur de la Barcelone World Race.

Pour toute inscription et renseignement supplémentaire : 
Fabien TOUTLEMONDE - fabien.toutlemonde@ensae.org - 06 78 71 38 54
 
Cette entrée a été publiée dans Non classé le par .

Week-end… de Pâques

Tradition oblige, j’ai eu droit à mon sujet de Pâques en chocolat… Auparavant, c’était Maman qui gâtait enfants et petits-enfants avec des sujets en prenant soin d’adapter la friandise suivant le caractère, la personnalité ou la passion de chacun de nous.

20140418_180214

 

Ce week-end a été un week-end sans jardinage, sans tonte, juste profiter du jardin avec des températures printanières, contrairement aux prévisions, avec un bon livre en cours « Guillaume MUSSO », dont je vous reparlerai plus tard, et du repos.

20140417_173103-1

20140416_142714_resized

 

 

 

De belles balades à la campagne, dans les champs de colza avec Dalton et ses amies :

20140420_093838-1

Deux séances de ciné dans des genres totalement différents mais qui m’ont beaucoup plu (« Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu » et « Les yeux jaunes des crocodiles ») (cf. articles sur mon Blog).

Et je vous fais part des tribulations de Dalton : il a un terrain de 1500 m2, trois grands coussins à l’intérieur de la maison. Et bien non, Monsieur trouve le moyen de faire sa sieste dans la voiture. Il est unique ce chien !!

20140417_144040 (1)

Bonne semaine à tous…

Cette entrée a été publiée dans Non classé le par .

CINE : « Les Yeux Jaunes des Crocodiles »

« LES YEUX JAUNES DES CROCODILES »

Film de Cécile Telermann, avec Julies DEPARDIEU, Emmanuelle BEART, Patrick BRUEL, S amuel LE BIHAN et Jacques WEBER

Résumé :

Deux soeurs que tout oppose, Joséphine, 40 ans, brillante historienne, spécialiste du Moyen Âge, mais banlieusarde effacée, confrontée aux difficultés de la vie, et Iris, parisienne bling-bling, menant une vie aisée et futile. Un soir, lors d’un dîner mondain, Iris se vante d’écrire un roman. Prise dans son mensonge, elle persuade sa soeur, couverte de dettes, d’écrire ce roman qu’Iris signera, lui laissant l’argent.Le succès du livre va changer à jamais leur relation et transformer radicalement leurs vies.

 

Mon avis :

Inspiré du best-seller de Katherine Pancol vendu à 2 millions d’exemplaires et traduit dans 31 langues, que j’avoue ne pas avoir lu, ce film présente un casting parfait, où les dialogues fusent, drôles et cinglants, révélant les failles de ces femmes insatisfaites mais formidablement vivantes.

Deux comédiennes (Julie DEPARDIEU et Emmanuelle BEART) que je ne connaissais pas réellement pour leur filmographie, mais que j’ai beaucoup appréciées chacune dans leur rôle merveilleusement interprété. Il en est de même pour Patrick BRUEL où l’on oublie totalement son statut de chanteur.

Deux heures de pur bonheur !

 

Cette entrée a été publiée dans Non classé le par .

CINE : « Qu »est-ce qu’on a fait au bon Dieu »

 

QU’EST-CE QU’ON A FAIT AU BON DIEU

Résumé :

Comédie de Philippe de CHAUVERON avec Christian CLAVIER et Chantal LAUBY.

Claude et Marie VERNEUIL sont des parents plutôt « vieille France ». Mais ils se sont toujours obligés à faire preuve d’ouverture d’esprit. Les pilules furent cependant bien difficiles à avaler quand leur première fille épousa un musulman, leur seconde un juif et leur troisième, un chinois. Leurs espoirs de voir enfin l’une d’elles se marier à l’église se cristallisent donc sur la cadette qui, alléluia, vient de rencontrer un bon catholique.

 

Mon avis :

C’est une comédie très très réussie, sur un sujet délicat qu’est la religion. Les parents, les filles, les gendres et la belle-famille de la fille cadette ont des répliques qui « font mouche ». Réellement on rit de bon coeur et tout au long du film.

Je le conseille vivement pour passer un bon moment et vous ne serez pas déçus.

Bonne séance.

 

Cette entrée a été publiée dans Non classé le par .

30/04/14 : Téléfilm de Richard Berry sur France 2

RICHARD BERRY


L’ESPRIT DE FAMILLE, ÉCRIT PAR RICHARD BERRY ET ÉRIC ASSOUS, D’APRÈS UNE IDÉE ORIGINALE
DE COLINE ET RICHARD BERRY, EST NÉ DE L’EXPÉRIENCE PERSONNELLE DE CES DERNIERS.
EN 2005, L’ACTEUR, QUI JOUE DANS CETTE COMÉDIE LE RÔLE DU DOCTEUR LEGENDRE, A DONNÉ UN REIN
À SA SŒUR MARIE, ALORS EN INSUFFISANCE RÉNALE TERMINALE. L’ESPRIT DE FAMILLE EST UN FILM
SINCÈRE, DRÔLE ET NÉCESSAIRE.

Ce désir de traduire en images ce que vous avez vécu,
le « don de soi », était-il une nécessité ?
C’était lié à l’envie d’encourager les gens, de les informer
sur le don d’organe de façon ludique et drôle, loin de
cette approche dramatique qui finit parfois par devenir
rebutante.

Votre sœur a écrit Le Don de soi, et il y a eu le
documentaire Chronique d’une greffe annoncée de
Minou Azoulai. Peut-on dire qu’avec un certain recul,
une fiction semblait s’imposer ?
Oui, mais je ne suis pas le seul à avoir abordé ce sujet. Il
y a eu, par exemple, le film de Patrick Timsit Quelqu’un de
bien. Je pense que cette approche dans la comédie est
peut-être plus convaincante. Le documentaire d’Azoulai
était grave et triste. Le livre de ma sœur aussi. Seul
quelqu’un comme moi, qui a vécu cette histoire, pouvait le
faire et traiter ainsi le sujet par le biais de la comédie.

Votre don a-t-il modifié votre relation avec votre sœur
Marie ? S’agit-il d’une deuxième vie ?
Oui, complètement. La relation a été totalement
bouleversée. Ma sœur vit normalement, sans ne plus
avoir recours à la dialyse, qui était comme une petite mort
annoncée. En ce qui me concerne, cela m’a libéré d’une
culpabilité que je ressentais fortement. Dans notre fratrie,
je me suis longtemps demandé pourquoi moi, j’étais en
bonne santé alors que ma sœur, ma quasi-jumelle, allait
mal…

Les personnages des deux frères, joués
admirablement par Michaël Youn et Ary Abittan,
semblent osciller entre courage et peur…
Ce qui m’intéressait dans le film était de mettre en
relation deux caractères opposés : d’un côté, Max
(Michaël), insouciant et enthousiaste, prêt à faire le don
de son rein immédiatement ; et de l’autre, Yvan (Ary),
hypocondriaque, angoissé, celui qui a peur de tout…
Michaël et Ary sont deux acteurs merveilleux. Ils forment
une fratrie crédible, c’est pourquoi j’ai fait appel à eux. Ils
sont complémentaires tout en étant très opposés. Ils sont
parfaits pour le film et sont exceptionnels dans leur rôle.
À la fois drôles et bouleversants. Ils correspondent bien
aux deux aspects d’un même personnage puisque, en fait,
Max et Yvan sont les deux parties de moi-même. Les rôles
s’inversent peu à peu car cette expérience, au parcours
drôle et exaspérant à la fois, va les transformer à jamais :
ils ne seront plus les mêmes… Je dois dire que tous les
acteurs du film sont formidables de vérité et d’émotion.
Je voudrais les remercier pour leur investissement sans
faille : Pascale Louange, Marie Denarnaud, Denise
Chalem, Michel Jonasz.

Êtes-vous l’un des deux ?
Dans mon histoire personnelle, mon frère n’est pas
compatible. Il a donc été tout de suite éliminé. D’un point
de vue scénaristique, qu’il y ait deux individus face à
cette décision importante à prendre pouvait donner lieu
à quelque chose de plus drôle, de plus contradictoire et
donc de plus intéressant. Et puis surtout, j’ai vraiment ces
deux aspects en moi : je suis les deux personnages. J’ai
connu ce sentiment paradoxal : une envie de fuir et une
irrésistible envie de donner. Je pense qu’il ne faut pas
occulter la peur qui est inhérente à toute cette démarche,
aussi généreuse soit-elle.

Quel est le but de ce film ?
Distraire en informant les gens. Plus on en parle, mieux
c’est. Le plus grand déficit en matière de don d’organe,
c’est le manque d’informations.

DIFFUSION LE MERCREDI 30 AVRIL 2014 à 20 h 50 sur FRANCE 2

Cette entrée a été publiée dans Non classé le par .

15/04/14 : Scintigraphie myocardique à Cochin

Prescrite dans mon bilan pré-greffe n° 2, la scintigraphie myocardique m’angoissait un peu de par l’injection du produit par intraveineuse pendant que l’on pédale sur un vélo et l’IRM qui dure 20 minutes les bras au-dessus de la tête.

Moi qui n’aime pas pédaler, l’épreuve du vélo commençait pourtant bien, mais s’est compliquée par la suite car les jambes tétanisaient au fur et à mesure que le médecin augmentait la force de pédalage. Le coeur et la tension étaient bons, mais les jambes ne suivaient pas…

Il y a 4 ans, j’avais fait ce même examen à l’Hôpital Pompidou et j’en avais gardé de mauvais souvenirs avec maux de tête et nausées. Cette fois-ci, juste un petit mal à la tête qui s’est vite dissipé.

En plus, cet examen peut durer de 2 à 5 heures, et cette fois-ci deux heures auront suffi en tout et pour tout.

Pour la première fois, je prenais un taxi aller et retour pour aller à un examen et tout s’est passé à merveille. J’espère que je n’aurais pas de surprise avec la CPAM et que tout sera bien pris en charge.

Voilà une bonne chose de faite et je suis contente que ce soit derrière moi !

Un bon plat de pâtes à midi pour finir de me requinquer et en route pour le bureau cet après-midi.

Bonne santé à tous.

Cette entrée a été publiée dans Non classé le par .

15 juin 2014 : CHAMBORD PRESTIGE au château

 

C'est à Chambord que la société a réalisé la plus importante prestation de son histoire. C'est là aussi qu'elle a choisi de se rappeler au bon souvenir des organisateurs d'événements. - C'est à Chambord que la société a réalisé la plus importante prestation de son histoire. C'est là aussi qu'elle a choisi de se rappeler au bon souvenir des organisateurs d'événements.

 

L’emblématique traiteur va se mettre en scène au château… de Chambord pour montrer son savoir-faire et redonner à tous des envies de fête.

Les années qui viennent de s’écouler ont été dures pour Chambord Prestige. La société a connu deux plans de cession dans un contexte de marché déprimé et de difficultés internes. « Notre activité a connu une croissance à deux chiffres jusqu’en 2008. Puis, la crise est arrivée. Aujourd’hui, malgré un léger redressement, nous sommes toujours en deçà de notre régime de croisière » constate Éric Blondeau, qui a repris la société en octobre dernier.

L’événementiel haut de gamme pour clientèle exigeante a toujours été le domaine d’excellence de l’entreprise grâce à son fondateur Jean Girard, décédé voici dix ans.« Aujourd’hui encore, son nom reste une référence » souligne le nouveau patron.« C’est pourquoi j’ai tenu à le faire figurer dans la raison sociale de la maison, et à m’inspirer de ses valeurs pour définir une stratégie de relance. »
Les opérations à gros budget se raréfient ? Il faut donc aller les chercher plus loin, en retrouvant le rayon d’action de la belle époque : de l’Ile-de-France à la côte Atlantique.Avec un laboratoire de près de 1.000 mètres carrés, des véhicules de transport adaptés et un personnel expérimenté, l’entreprise a les moyens de viser haut, et loin. Encore faut-il le faire savoir. Ce sera l’objet d’une grande opération de promotion au château de Chambord la semaine prochaine. Elle s’adresse aux chefs d’entreprises, agences d’événements, exploitants de salles, prospectés sur une très large zone géographique, et même à l’étranger : « Nous sommes déjà allés à Moscou, Bruxelles et bientôt à Londres pour proposer nos services à des professionnels désireux d’organiser des événements en Val de Loire. Nous les invitons dans ce cadre exceptionnel pour leur montrer ce que nous savons faire et les étonner ! Nos quinze salariés vont s’y employer ! »
Pour ce buffet gastronomique, les invités découvriront des décors inédits, mais aussi des recettes renouvelées, inspirées de grands chefs, des préparations chaudes ou froides réalisées en direct, un service attentionné : tout un arsenal professionnel pour moments privilégiés.

Une offre souple

Partant du principe « qui peut le plus peut le moins », et soucieux d’exploiter un autre segment porteur, Éric Blondeau entend développer également le marché de la restauration festive pour repas de familles, associations, collectivités. « Nous relançons la marque cuisiniers-traiteurs, qui avait été créée par Jean Girard. L’idée est de préparer à la demande des repas entiers ou des plats, en utilisant nos matières premières habituelles et nos recettes. Ces préparations pourront être livrées ou emportées ».
L’offre se veut souple : un haricot de mouton pour un repas de famille, un cocktail pour un pot de fin d’année, une paella de 100 personnes : tout est possible à une entreprise qui est entrée dans le Livre des records après avoir servi 10.000 repas en un seul service… à Chambord, justement !

Jean-Louis Boissonneau
Cette entrée a été publiée dans Non classé le par .