Archives mensuelles : janvier 2016

20160131_142558

31/01/2016 : DIMANCHE AU LUXEMBOURG… AU JARDIN

Continuant nos escapades parisiennes, aujourd’hui, la balade se centrait autour du JARDIN DU LUXEMBOURG,.

Départ de DENFERT ROCHEREAU, traversée du JARDIN DES EXPLORATEURS, vue sur l’UNIVERSITE DE L’ARCHEOLOGIE, pour atteindre le JARDIN DU LUXEMBOURG avec ses ruches et son plan d’eau, pause café au PAVILLON DE LA FONTAINE, vue sur le SENAT, sortie du jardin du Luxembourg par le PANTHEON,  passage devant la MAISON DES OCEANS, direction LES ARENES DE LUTECE, puis retour à DENFERT ROCHEREAU.

Marche = 9 km

20160131_140256

20160131_140330

20160131_141959

20160131_142852

20160131_143212

20160131_144246

20160131_144503

20160131_150456

20160131_150722

20160131_151523

20160131_153820

20160131_154135

20160131_153853

Un bon week-end de marche avec 11,5 km hier samedi et 18,120 km aujourd’hui, ce qui gonfle bien mon compteur de marche pour faire le bilan du mois de janvier (cf. demain sur mon blog pour le bilan de l’activité physique avec un record à la clé).

SHealth_17_36_54_489

Rendez vous la semaine prochaine sur le blog avec le bilan de l’activité physique de janvier entre la marché, le vélo et le ski, et jeudi soir une pièce de théâtre « REPARER LES VIVANTS », sur le thème du don d’organes et de la transplantation.

Bonne semaine à tous !

338-451-large[1]

28/01/2016 : REVISION VOITURE POUR SES 2 ANS…

Ce n’est que la révision de ma voiture pour ses deux ans mais cela a été deux jours épiques que je voulais vous relater…

C’est toujours un peu compliqué de déposer sa voiture dans un garage à 4 km de chez soi et à
8 km de son travail, lorsque l’on a des horaires de bureau, du lundi au vendredi, et sans trop solliciter Daniel, d’autant qu’il a des horaires décalés avec des plannings changeants ce qui est très difficile de programmer des choses à l’avance.

L’année dernière c’était plus simple dans la mesure où j’étais en convalescence ayant pu bénéficier deux mois plus tôt de ma deuxième greffe rénale et j’avais donc fait le trajet retour du garage – maison et maison – garage le même jour… oui je marchais déjà pas mal !!

Donc, cette année je décide que ce sera le garage qui me fixera la date de l’intervention et je m’arrangerai pour la logistique ensuite. Je téléphone donc lundi 18 janvier, à 10 h, et le commercial qui me répond me dit « Je suis occupé, je vous rappelle… ». OK pas de problème… A 15 heures, je n’ai toujours pas été rappelée, je réitère mon appel en précisant que j’avais appelé le matin, qu’on devait me rappeler et que je pense qu’on m’avait oubliée. « Euh, non, non ! » me répond-t-il. C’est ça prends moi pour une idiote….

De premier abord, je n’ai pas une très bonne impression de cette usine de grand groupe automobile et au deuxième abord ça se confirmera, comme on le verra plus tard.

Il me propose le jeudi 28 janvier. Le dialogue s’engage :

« D’accord… je vous l’apporterai mercredi 27 au soir. A quelle heure fermez-vous ? »

« 17 h 30, mais il faut l’apporter à 16 h 30″.

« Ah non, pas 16 h 30, impossible, je passerai à 17 h 15″

« Mais je vous préviens vous allez attendre parce que les gens qui viennent rechercher leur voiture sont prioritaires. »

« OK. Et donc comme vous fermez à 17 h 30 et bien je ne la reprendrai que le vendredi matin à l’ouverture »

« Pas de problème mais vous attendrez parce que les gens qui déposent leur voiture sont prioritaires »

Tiens bizarre, j’ai déjà entendu cette phrase il n’y a pas si longtemps, il a avalé un disque ou quoi !! En tout cas pas très arrangeants avec les gens qui travaillent avec des horaires aussi peu extensibles… fermeture d’un garage à 17 h 30, pas top ! Mais on ne pourra pas dire qu’il ne m’avait pas prévenu por l’attente !

Le lundi 25 et mardi 26 je recevais un SMS me confirmant qu’il m’attendait pour le dépôt de ma voiture à 16 h 30. Ah mais c’est qu’il est têtu le bougre !

MERCREDI 27/01

J’arrive au garage pour le dépôt de ma voiture à 17 h 10, et là je m’entends dire « vous aviez rendez-vous ? » « Oui, pour la révision demain des 2 ans ». Et après avoir tapoté sur son ordinateur, il me rétorque « Ah, oui, mais vous deviez venir à 16 h 30″. J’ai prétexté beaucoup de circulation pour arriver jusque chez lui !

Les formalités faites, il me demande comment je rentre chez moi… « A pied » lui dis-je. Il me tend un ticket de bus en me disant « je vous l’offre ! ». Quelle générosité quand même, j’aurais peut-être préféré une voiture de prêt mais manque de chance ce jour-là il n’y en avait pas de disponible !!

« Non merci pour le ticket, j’adore marcher ». Oui, vous, vous le savez que j’adore marcher mais lui pas encore, maintenant c’est fait !

Donc retour à la maison à pied… 3,430 km en 39 minutes.

2016_01_27_18.12.35

JEUDI 28/01

Daniel me dépose au bureau en voiture et dans la précipitation j’oublie mon téléphone portable posé sur le siège de la voiture en descendant. Lorsque je m’en aperçois, coup de fil direct à Daniel « Bibi, j’ai oublié mon téléphone sur le siège ! ». Alors qu’il était déjà sur le chemin du retour, demi-tour pour revenir me le rapporter car il sait très bien que sans téléphone, je suis un peu perdue !!! et surtout ça aurait fossé mon compteur kilométrique de marche car je comptais rentrer à pied du bureau à la maison le soir-même !

Morale de l’histoire : quand on n’a pas de tête, il faut avoir un mari en or !!!

 Donc le soir j’ai décidé de rentrer à pied du bureau à la maison, soit 7,720 km. Je l’ai souvent fait en vélo mais jamais à pied, ce sera une grande première.

2016_01_28_18.41.26

Contente de l’avoir fait et au même rythme que la veille au soir, à savoir 5,1 km de moyenne.

VENDREDI 29/01

Daniel me dépose au garage à l’ouverture, en ne sachant pas vraiment si ma voiture est prête dans la mesure où le commercial m’avait dit qu’il m’appellerait jeudi pour me dire quand la voiture serait prête et que le coup de fil je l’attends encore !!

Bon, mais pas de mauvaise surprise, elle est prête, mais effectivement deux personnes déposant leurs voitures sont passées devant moi, dont une qui était une ancienne salariée du garage donc papotage à droite et à gauche avec tous les collègues, c’est sympa pour ceux qui attendent derrière et qui doivent se rendre ensuite à leur travail ! Et le commercial d’en remettre une couche « Je m’occupe de vous après ». Oui j’ai bien compris, je ne suis pas prioritaire, et le client ici doit s’adapter aux règles de la maison !

Anecdote :

Quand il me fait le débrief de la révision, il me précise qu’ils ont remarqué, en faisant le test de la batterie, que je faisais des petits parcours et me suggère donc de faire rouler, au moins une fois par semaine, ma voiture pendant 1 h 30 pour recharger la batterie.

Je raconte ça à Daniel le soir en lui disant « Ecoute ce week-end il va falloir que j’aille promener ma batterie pendant 1 h 30 !! ».

Daniel m’a suggéré une autre solution « Moi je te la mets en charge et tu économises de l’essence !! ».

Pour finir, le commercial ne doute de rien, il me remet un questionnaire de satisfaction. Je ne l’ai pas encore rempli mais je vais le faire et sans ménagement parce que je pense renouer avec les petits garagistes locaux bien plus avenants envers leur clientèle.

Bon heureusement ce n’est qu’une fois par an !

21/01/2016 : DECES DU 4ème PATIENT AVEC COEUR ARTIFICIEL

Coeur Carmat : le 4e patient greffé est mort

21/01/2016 à 06:47
Le cœur artificiel Carmat. Photo AFP

Le quatrième patient implanté d’une prothèse du coeur artificiel de la société française Carmat, est décédé de complications médicales, liées à son état critique pré et post opératoire, dans la nuit de mercredi à jeudi. Carmat a précisé que la prothèse n’était pas impliquée dans son décès.  Le patient, qui était « en phase terminale de son insuffisance cardiaqueantation », était âgé de 58 ans et avait été opéré le 22 décembre par l’équipe de l’Hôpital Universitaire de La Pitié Salpêtrière, à Paris. La date de sa mort n’est pas précisée.

Le premier patient greffé en décembre 2013 avec le coeur bioprothétique de Carmat était décédé 74 jours après l’opération menée à Paris, à l’âge de 76 ans. Le deuxième, âgé de 69 ans, était mort en mai dernier, 9 mois après avoir été greffé à Nantes (ouest) et 4 mois après être rentré chez lui. Ces deux décès avaient été causés par une « micro-fuite de la zone sang vers le liquide d’actionnement de la prothèse ». Le troisième patient est subitement mort d’un arrêt respiratoire le 18 décembre.

Le coeur Carmat est tapissé à l’intérieur d’un revêtement constitué de bio-matériaux tirés de tissus de bovins, pour éviter la formation de caillots sanguins, ce qui le distingue d’autres modèles de coeur artificiel total, lesquels sont par ailleurs à des stades de développement moins avancés.

Malheureusement, les progrès de la médecine sont toujours passés par des moments difficiles comme ceux-là, mais il faut croire en l’avenir des technologies… Les débuts de la dialyse généraient également beaucoup de décès…

20160117_113508

Week-end… de marche parisienne

Après le week-end dernier dans les Vosges pour un stage de ski de fond, ce week-end c’était marche qui a commencé samedi avec 14,230 km et continué dimanche avec 22,140 km en découvrant de nouveaux quartiers parisiens = 36 km en deux jours, soit 18 km par jour, à 13 mois de 2ème greffe rénale ! Heureuse d’être en forme…

14.230

22.140

 

 

 

 

 

 

 

Samedi et dimanche, balade de 6 km avec Dalton en forêt.

Dimanche, notre désir était de se balader dans le Parc des Buttes Chaumont, d’aller à République à pied voir la plaque commémorative et le chêne planté en hommage aux victimes des attentats, en passant par le Canal Saint Martin pour le voir vidé, chose qui n’arrive que tous les 15-20 ans, déjeuner à République, aller se recueillir au Bataclan, et retour aux Buttes Chaumont en passant par le Cimetière du Père Lachaise où par hasard, en le traversant, nous sommes tombés sur la tombe de « Michel Delpech », récemment décédé et inhumé là-bas.

Quelques photographies de notre après-midi parisienne :

20160117_111636

20160117_112049

20160117_112716

 

 

 

20160117_112907

20160117_113221

 

 

 

20160117_113508

20160117_115211

20160117_124630

20160117_142641

 

20160117_150543

20160117_151442

 

 

 

20160117_152304

20160117_152321

Des week-end parisiens de marche que nous allons reproduire de plus en plus, pour découvrir différents quartiers encore inconnus et mieux se repérer dans cette capitale.

Bonne semaine à tous…

 

 

dermato

13/01/2016 : CONSULTATION DERMATOLOGUE

Dans le cadre du suivi post-greffe, visite obligatoire chez le Dermatologue tous les ans, mais pour moi, c’est tous les quatre mois depuis à peu près 5 ans, depuis que les kératoses ont fait leur apparition dues au traitement post-greffe de ma première greffe qui a duré 27 ans.

Ayant été obligée d’annuler mon rendez-vous prévu en septembre dernier pour cause de cystite et hospitalisation à Necker pour 10 jours, il a donc été reporté pour ce jour, pour apprécier les résultats du traitement avec la crème « PICATO », que j’ai fait durant mes vacances estivales et comme d’habitude, brûler une quinzaine de kératoses.

Le « PICATO » devait me permettre d’espacer mes visites chez le dermatologue en régénérant la peau et ralentir la fabrication de kératoses provoquées par le traitement post-greffe et brûlées régulièrement à l’azote. Et ainsi, éviter peut-être d’autres carcinomes (déjà 3 à mon actif en 27 ans, durée de ma 1ère greffe avec comme traitement l’Imurel et le Néoral !). Pour ma 2ème greffe, ma néphrologue m’a prescrit d’autres molécules, dont le Certican, qui a des vertus anti-cancéreuses en plus d’être anti-rejet et sur lequel nous espérons avoir de meilleurs résultats au niveau dermatologique pour mon cas.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Pour revenir au « PICATO », je ne pensais pas que ce traitement allait provoquer de tels effets explosifs en brûlures, démangeaisons, tiraillements, rougeurs et croûtes. J’avais auparavant déjà fait deux cures d’une crème, nommée « ALDARA », ayant la même mission de nettoyer la peau. Cela s’était bien passé, sans douleur particulière. Je partais donc confiante sachant que les effets provoqués n’étaient pas esthétiques mais en vacances, cela ne me gênait pas.

La première application du « PICATO » a été faite le 13 juillet 2015 à 17 h. A partir du 14 juillet au matin, vu l’ampleur des brûlures, j’ai eu l’idée de faire des photos de ma peau (surface de 15 cm x 8 cm au niveau du décolleté). Le 14 juillet, j’ai bien entendu annulé la deuxième application prévue ne pouvant en supporter davantage.

Le 15 juillet 2015, des cloques énormes apparaissant, j’ai décidé de faire un mail à mon dermatologue avec les photos des deux premiers jours à l’appui de mes dires. Sa réponse fut immédiate, bien qu’en vacances dans le Sud, et ses conseils appréciés. Il me conforte dans l’idée de prendre des photos afin d’en faire part au laboratoire qui commercialise le « PICATO ».

SAMSUNG CAMERA PICTURES

C’est donc une photo par jour que je vais prendre pour apprécier l’évolution de la zone traitée, allant de J1 à J13, jour de la tombée de la dernière croûte.

J’ai donc constitué un dossier de 13 photos, que j’ai remis ce jour à mon Dermatologue avec une copie pour le laboratoire. Une autre copie a été donnée à ma Néphrologue. La réaction de mon Dermatologue en feuilletant les 13 photos « Ah oui quand même !! ». Moi de lui répondre « Oui j’ai dégusté, c’est terminé pour moi, plus jamais ça !! ».

Je préfère aller voir mon Dermato tous les 4 mois, me faire brûler ma quinzaine de kératoses à chaque séance et faire des chirurgies quand il y a besoin. Ce n’est rien à supporter, c’est mon rythme depuis 5 ans maintenant, et je doute personnellement que le Certican change quoi que ce soit dans ces problèmes dermatologiques. L’avenir le dira !

Pour la visite d’aujourd’hui, ma quinzaine de kératoses brûlées à l’azote, deux sur la main, trois au visage, trois sur les jambes et le reste toujours sur le décolleté malgré mon traitement au « PICATO » cet été. Bilan, mon dermatologue a bien compris que je ne voulais plus faire aucun traitement par pommade et par conséquent, deux kératoses brûlées ce soir étant suspectes, la chirurgie est prévue pour le 19 février pour au moins l’une d’entre elles et suivant le résultat qu’aura apporté l’azote, la deuxième est prévue le 4 mars. Le bistouri va chauffer !! Mon décolleté ne va bientôt plus avoir un coin de peau sain, avec deux cicatrices déjà par l’ablation de deux carcinomes, un au niveau de chaque clavicule, et la cicatrice d’un cathéter posé en 1986. Mais je m’en fous, tellement je m’en fous ! Mon Dermatologue m’a en plus dit que j’avais une peau souple et que c’était très bien pour la cicatrisation, à tel point qu’il ne voyait plus la cicatrice de décembre !

20160113_181403-1

Mais en vue de ces interventions, il va falloir que ma Néphroloue modifie mon traitement en remplaçant le Certican, qui ralentit la cicatrisation, par l’Advagraf.

Voilà la petite aventure du soir…

A bientôt pour la suite…

20160108_094625-1

Du 7 au 10/01/2016 : STAGE SKI VOSGES

C’est un stage de ski organisé par l’Association TRANS-FORME, Association qui prône l’activité physique des transplantés et dialysés en organisant différentes manifestations sportives tout au long de l’année pour promouvoir le don d’organes par le biais de conférences ouvertes au grand public et délivrer le message que « la greffe ça marche ».

C’est donc dans les Vosges, à LA BRESSE – HONECK, que ce stage était organisé avec pour activités au choix : ski alpin, ski de fond, biathlon (ski de fond + tir) et raquettes. Parmi ces disciplines, j’avais opté pour le ski de fond, le biathlon et les raquettes (malheureusement la sortie nocturne en raquettes a été supprimée faute de « combattants »), le ski alpin n’ayant plus de secret pour moi !!! Non, je rigole, oui je me débrouille bien sur les pistes, disons que je passe partout, mais j’avais envie d’essayer des activités qui m’étaient moins familières et surtout profiter de ma forme physique actuelle depuis 13 mois, date à laquelle j’ai bénéficié de ma deuxième greffe rénale.

L’inconnue du moment était l’arrivée de la neige ou pas ! car au fur et à mesure que les jours passaient, la neige se faisait toujours attendre dans les stations de sports d’hiver.

La veille du départ, soit mercredi 6 janvier, de bonnes nouvelles arrivaient avec 47 cm de neige fraîche tombés à 1000 m et l’ouverture probable de la station le jeudi 7 janvier.

11225094_893282124100611_2342479566633182179_o

Je suis donc partie jeudi après-midi en direction de Reims, avec une pause aux Portes de la Champagne, où l’on boit… du thé bien sûr, tout le monde le sait, et à Reims Martine (greffée rein depuis 8 ans) me récupérait pour continuer la route ensemble jusqu’à La Bresse.

20160107_143335

20160107_142943

450 km plus tard, nous découvrons la station de LA BRESSE (bon il fait nuit en même temps, on ne voit pas grand chose), notre logement et ce que sera notre aire de jeux pendant 3 jours.

LE CHALET D’ARTIMONT, notre lieu d’hébergement avec vue sur les pistes :

20160108_091042

20160108_084839

20160108_084902

A notre arrivée un peu tardive (20 h 45), un accueil très chaleureux nous est réservé par Bruno, le gérant de l’établissement, et nous faisons connaissance avec le groupe déjà arrivé : Gérald, notre accompagnant et aussi photographe ce qui explique qu’il ne soit pas sur la photo ci-dessous, chargé de prendre soin des trois jeunes filles mineures : Julia, 12 ans, greffée rénale ; Cathy, 14 ans, greffée hépatique ; Fatima, 16 ans, greffée rénale ; puis trois plus âgés, on va dire de plus de 45 ans : Martine, greffée rénale, Jean-Luc, greffé hépatique et moi-même, greffée rénale à deux reprises.

20160108_210308

Le Chalet d’Artimont est un établissement qui reçoit essentiellement des groupes scolaires, mais aussi des groupes de sportifs, d’étudiants, d’instituteurs, ou autres avec des salles de lecture, des salles de classe, des salles de jeux, de télévision, etc… Les chambres sont constituées de lits superposés (6 pour la nôtre avec Martine) avec placards et salles d’eau communes à deux chambres avec deux douches et deux W.C. Comme l’établissement est géré par une association, beaucoup de choses sont à faire par les « hôtes », en l’occurrence les lits sont à faire en arrivant ou encore les tables des repas dans la cuisine sont à débarrasser et à nettoyer suivant des rangements très stricts, mais c’est sympa de mettre aussi la main à la pâte !

20160107_223602

20160107_223627

20160107_213910

20160108_080550

Je dois bien remarquer que cette ambiance m’a ramenée quelques 40 années en arrière à l’époque des cantines et des colonies de vacances… et ce n’est pas désagréable si ce n’est le bruit assourdissant lors des repas quand vous déjeunez avec 50 enfants d’une dizaine d’années !!

VENDREDI MATIN :

2 groupes ont été constitués : le ski alpin, avec Julia, Cathy, Fatima et Jean-Luc, eux-mêmes scindés en deux groupes pour respecter les niveaux de ski de chacun, et le ski de fond / biathlon avec Martine et moi. Chaque groupe est encadré par des moniteurs de l’ESF pour prodiguer leurs bons conseils dans leurs disciplines respectives.

Je vais donc vous relater que ce qui concerne le groupe « ski de fond – biathlon » tout logiquement parce que j’y étais.

Arrivant un peu en avance au rendez-vous, oui nous sommes comme ça avec Martine, toujours prêtes comme des scoutes et hâtes d’y être, nous faisons une petite séance photo avec un selfie et ma photo avec mon T-shirt fétiche, pour compléter ma collection, et mon message qui ne change pas « Le don d’organes, je dis oui ».

20160108_094740

20160108_094625

Notre moniteur de l’ESF de la matinée est LUC, un ancien membre de l’équipe de France de Biathlon, très sympathique, très curieux de notre parcours à chacune, des activités pratiquées durant l’année, patient et avenant avec chacune et lorsque nous lui avons demandé, après les 2 heures de ski de fond, de nous faire une photographie de nous deux en souvenir, c’est avec une grande gentillesse qu’il se prêta au jeu en nous mitraillant littéralement, se mettant même à genoux !! Nous n’en demandions pas tant !!!

20160108_105444

20160108_120113

20160108_120122

Concernant la pratique du ski de fond, j’en avais déjà fait 3 ou 4 fois, avec TRANS-FORME au début des années 90, lors des Jeux Nationaux d’Hiver à Termignon ou encore Orcières Merlette, alors que ma première greffe n’était qu’à ses débuts (1987) et une fois avec Daniel. Ce qui est plaisant dans ce sport, c’est d’être dans la nature, au milieu des sapins, et on peut rapidement se faire plaisir sans avoir beaucoup de technique.

Avec Luc, nous avons fait un tour dans les forêts de 6 km, avec à mon compte 3 chutes, une à l’arrêt (si, si c’est possible, je l’ai déjà fait en vélo aussi en montant sur celui-ci !), une en montée et une en descente après avoir tenté un petit saut pour varier les plaisirs !

20160108_100700

20160108_095403

20160108_105421

20160108_113602

VENDREDI APRES-MIDI :

Notre moniteur est YVON, jeune homme de 60 ans, très sportif, qui, outre le ski de fond, fait ses 3 000 km de VTT par an. Même prévenance envers nous lors de passages jugés un peu difficiles, beaucoup de dialogues, balade faite sous les flocons de neige qui tapissaient les pistes. A part d’être mouillées, voire trempées, ce n’est absolument pas gênant de pratiquer le ski de fond dans ces conditions, en tout cas beaucoup moins qu’au ski alpin pour l’avoir vécu à maintes reprises !

Par un autre parcours, nous avons fait également 6 km, traversant une forêt avec des pentes abruptes, où l’on peut voir parfois des chamois qui ont été réimplantés dans les Vosges mais étant donné la neige fraîche, en ce moment, ils descendent plus bas pour chercher la nourriture.

Nous étions à 1 000 m et la jauge affichait 30 cm de neige. Même si ce n’est pas énorme, ça aurait pu être bien pire 2 jours plus tôt où il n’y avait rien !

20160108_152920

20160108_153121

20160108_152930

Photo ci-dessus Martine en plein effort !

SAMEDI MATIN :

C’est assez courbaturées, l’une et l’autre, que nous entamons cette 2ème journée de stage, après nos 4 heures de ski de fond de la veille et nos 12 km parcourus ! Mais la motivation est toujours là, d’autant plus qu’aujourd’hui nous avons cours d’initiation de « Biathlon » avec une ancienne championne olympique de la discipline en 1992 à Albertville, en la personne de Véronique CLAUDEL. Autant dire que c’est un privilège qu’il faut honorer à sa juste valeur.

1012590_987334861332984_5963005716899012711_n

Véronique, toute championne qu’elle fut, est une personne humble, simple, très à l’écoute, elle aussi, de notre cause sur le don d’organes.

Le biathlon est un combiné de boucles de ski de fond et de tirs en position couchée et debout en alternance. J’en avais également fait une fois avec TRANS-FORME lors des Jeux Nationaux d’Hiver au début des années 90, en initiation et ça m’avait bien plu, d’où mon désir de réessayer.

Véronique, pour commencer notre initiation, nous a fait tirer à la carabine laser sur des cibles placées à 10 m de 2,5 cm de diamètre, en position couchée puis debout. Après plusieurs essais couchés et debout, elle a rétréci les cibles passant de 2,5 cm à 1 cm de diamètre. 1,5 cm c’est rien, mais en tir ça fait toute la différence !! De 5 cibles touchées sur 5 tirs effectués avec une cible de 2,5 cm, je suis passée à 3 cibles sur 5 avec un diamètre de 1 cm, en position couchée, voire un peu moins debout… Bon j’étais quand même assez contente de moi !

Puis nous avons introduit le ski de fond avec une boucle de 250 m à effectuer avant de se placer pour tirer en position, soit couchée, soit debout, en alternance. Je dois dire qu’elle a été très gentille avec nous, la boucle de ski ne nous essoufflant pas trop car la difficulté dans ce sport c’est de gérer sa respiration lorsqu’il faut tirer sur les cibles alors que vous venez de parcourir une distance en ski de fond !

20160109_092648

20160109_101836

 

 

 

 

20160109_100700-1

20160109_110926

 

 

 

 

20160109_110945-1

IMAG0476

Je dois dire que ce qui me coûtait le plus, c’est de me relever lorsque j’étais en position couchée pour tirer, les skis aux pieds en canards. Bah oui, vous connaissez ma souplesse légendaire, et en plus courbaturée de la veille !!

SAMEDI APRES-MIDI

L’après-midi, c’est avec une carabine à air comprimé, de 4 kg, que nous allons tirer sur les cibles toujours placées à 10 m, soit en position couchée, soit en position debout, avec toujours une boucle de 250 m à effectuer en ski de fond.

Pour commencer et pouvoir régler correctement les armes, nous nous entraînons sur des cartons. Et là, bingo, un « 10″ dès le 1er carton, je n’en reviens pas moi-même et les autres tirs sont également groupés. Il faut dire qu’une fois que l’on a compris comment faire l’alignement des visées, le résultat est pratiquement assuré. Après il faudra voir avec le ski de fond au milieu de tout ça, et là, j’ai vu effectivement… 5 cibles sur 5 tirs effectués en couché, mais aucune cible atteinte debout !!! oh pas bien ça !!! Ce n’était pas tant l’essoufflement, même pas du tout, mais le fait de soutenir l’arme avec mon bras gauche, qui est le bras de ma fistule, qui n’était pas assez ferme…

20160109_150003

 20160109_163325

Total de cette journée en ski de fond, 16 boucles de 250 m, soit 4 km de ski de fond et beaucoup de tirs… Merci encore à Véronique pour sa disponibilité et sa gentillesse. Un souvenir inoubliable pour moi d’avoir pu côtoyer une Championne Olympique, n’étant moi-même que Championne du Monde, mais à deux reprises moi, na !! (oui, il fallait bien que je la ramène !!). Humour, humour !

SAMEDI SOIR :

Dernière soirée entre nous, et parties de baby-foot endiablées, en équipes mixtes : Martine – Jean Luc / Gérald – moi. On taira le résultat pour ne pas vexer les perdants… hihihi

20160109_204307

DIMANCHE MATIN :

La pluie tombe assez fortement et nous décidons avec Martine d’annuler nos 2 heures de ski de fond prévues pour préférer prendre la route pas trop tard, sachant qu’il y a 4 heures pour rentrer à REIMS et moi 2 h de plus pour gagner PARIS.

Il aurait fait un soleil franc, la question ne se serait même pas posée, c’était ski de fond à fond !! Mais là pas de regrets…

Au moment de rendre mes skis, j’arrive au magasin de location, présente mes skis, mes chaussures, et là le vendeur me dit « Il n’y avait pas de bâtons ? ». Moi : « Ah bah si il y avait des bâtons, c’est juste que je les ai oubliés !!! ». Le dicton se confirme « Quand on n’a pas de tête, il faut avoir des jambes !!! ».

MEDIA :

Durant ces trois jours de stage, de nombreuses communications sur l’événement ont eu lieu dans les médias : VOSGES TV a filmé le ski alpin vendredi et le reportage est passé dès le soir même ; de mon côté, j’ai été interviewée pour une RADIO locale ; la presse VOSGES MATIN a fait un article sur le groupe en venant prendre une photo au chalet le samedi midi. Belle couverture de l’événement pour faire passer le message du don d’organes et que la greffe ça marche.

BILAN :

BILAN SPORTIF :

Ces stages ont pour but de s’initier ou de se perfectionner dans des disciplines que l’on n’a pas forcément l’occasion de pratiquer régulièrement, et c’est d’autant plus vrai pour les sports d’hiver. Personnellement, j’ai appris le ski alpin très jeune, où, avec mon frère, nous allions trois fois par an aux sports d’hiver. Et j’ai laissé plusieurs années s’écouler sans y aller, pour y retourner 20 ans après mon arrêt et avoir la surprise de ne rien avoir perdu. C’est aussi l’avantage de ce sport qu’est le ski, qu’il soit alpin ou de fond. J’adhère totalement à ce concept de stage qui est très enrichissant, de par l’encadrement de moniteurs d’ESF à disposition pour prodiguer des conseils.

BILAN PHYSIQUE :

Aucune casse osseuse, mais des muscles qui se sont réveillés alors qu’ils sommeillaient depuis un petit moment, malgré le sport quotidien que je fais, à savoir le tapis roulant et le vélo d’appartement, tous mes muscles n’étaient pas sollicités. Je pense entre autres aux biceps et aux quadriceps. Le ski de fond est vraiment un sport physique qui sollicite beaucoup de muscles.

Et ma peau qui a pris des couleurs, non pas par le soleil qui nous a fait défaut ce week-end, mais par les bleus engendrés par les chutes et par la position couchée du tir au biathlon où mes genoux n’ont pas vraiment apprécié !! Mais cela ce n’est rien par rapport au plaisir procuré par le fait de se dépenser et se faire plaisir en faisant des activités hors du commun.

20160110_175803

BILAN HUMAIN :

Encore de belles rencontres entre greffés, rencontre très agréable avec notre accompagnant, Gérald, le gérant de l’établissement d’hébergement, Bruno, et bien sûr nos moniteurs de l’Ecole du Ski Français. Qu’ils soient tous remerciés de m’avoir permis de vivre ces moments de partage.

ANECDOTES :

Pour terminer, je vais vous relater trois histoires qui prouvent que le don d’organes est un sujet qui touche beaucoup plus de personnes que l’on ne peut imaginer.

YVON, notre moniteur de vendredi après-midi, a un cousin, âgé de 62 ans, qui est en dialyse depuis 2 ans et inscrit sur la liste d’attente de greffe.

VERONIQUE, notre monitrice au biathlon de samedi, a perdu un petit cousin, âgé de 20 ans, qui a donné tous ses organes.

Au retour de La Bresse, Martine avait donné rendez-vous à une dame à Epinal pour la ramener à Reims, par le biais d’un site de covoiturage. Et là, au cours de la conversation, elle nous dit que son mari est transplanté du foie à Beaujon !

A l’année prochaine en espérant avoir convaincu d’autres greffés à venir participer à ces stages en hiver qui sont une véritable bouffée d’oxygène !!

 

 

 

 

 

 

 

 

2016

PASSAGE A L’AN 2016

Le passage à l’an 2016 se fut en tête à tête avec Daniel, dans un restaurant indien, à 300 m de la maison, d’où l’avantage de se déplacer à pied en ce jour de fête. Non pas que nous sortions ivres du restaurant mais le peu de boissons alcoolisées dont nous avons profité aurait été de toute manière de trop pour le gendarme et surtout pour son éthylotest. Alors dans ce cas, les jambes remplacent avantageusement la voiture !

Et puis le côté festif du 31 où la coutume veut qu’à minuit pile, tout le monde se fait la bise pour se souhaiter la bonne année, cela n’a jamais été mon « truc », et le sera de moins en moins. D’une part, parce qu’à minuit, je suis déjà dans les bras de Morphée, d’autre part, en évitant les bises, je fuis de ce fait la transmission éventuelle de microbes !

Mais avant de festoyer culinairement, comme le temps est anormalement doux et beau en ce 31 décembre, balade en forêt avec Dalton (5 km) qui se fout royalement du dernier jour de l’année, du passage dans une nouvelle et comme je l’envie !!

20151231_133251

Quelques spécialités indiennes, cuisine que nous apprécions particulièrement :

20151231_202958

20151231_203543

20151231_203650

20151231_210020

20151231_213640

20151231_221229

Pour éliminer ce repas gargantuesque clôturé par un digestif offert par le patron du restaurant, et en l’occurence pour moi un « Get 27″ qui a été une grande découverte et une bonne découverte, belle balade matinale avec Dalton en forêt (6 km), petit tour en VTT au Bois de Boulogne (13,822 km) et 4,780 km à pied autour du lac.

20160101_152618

20160101_155230

20160101_155750

20160101_153611

20160101_153448

20160101_151839

SHealth_16_33_59_617 (1)

Pour commencer l’année avec le sourire, quoi de plus judicieux que d’aller au Théâtre voir une comédie « LE CONSEIL DE FAMILLE » avec Frédéric Bouraly, plus connu dans la série « Scènes de ménage » en tant que José, et Eva Darlan (cf. article séparé sur mon blog pour plus d’informations).

CONSEIL-DE-FAMILLE_3115740689118974031

Je continue ma saga « STAR WARS » avec de nouveaux épisodes « La menace fantôme », « L’attaque des clônes » et « La revanche des Sith ». Je n’oublie pas la recommandation de Daniel, alias Yoda : « Les trois  épisodes suivants, tu regarderas ! ». « Au cinéma, tu iras ! ».

20151226_153454

Donc, « Cinéma je suis allée. Et 7ème épisode de Star Wars, j’ai regardé ». (Cf. article séparé sur mon blog). Donc, voilà, en 10 jours j’ai pallié à mon inculture cinématographique concernant cette série mythique et à mon grand étonnement et au soulagement de Daniel, j’ai apprécié et je ne sais pas pourquoi j’ai attendu si longtemps pour les visionner si ce n’est mon côté « têtu » !

STAR WARS

20160103_155556

C’est chaussés de nos lunettes 3D que nous avons apprécié l’épisode VII…

Daniel a même fait rentrer Maître Yoda dans la maison en le créant en pâte à modeler…

20160103_192436

Je vais pouvoir ainsi continuer ma formation de Jedi !

Comme je me l’étais promis, j’ai mangé une deuxième galette à la frangipane, et non à la pomme comme vendu par erreur par la boulangère la semaine de Noël, Celle-ci était bien bonne, et pour la photo j’ai mis la couronne mais ce n’était pas moi la reine mais le roi m’a choisie et en même temps, quand on est deux, on a beaucoup de chance de l’être !

20151230_183405

Au bureau, pendant les fêtes, j’ai eu l’occasion d’avoir des petits présents de certains de mes clients, dont les cadeaux se font de plus en plus rares et de moins en moins originaux. Dans le temps, je pouvais avoir des coffrets de vins, des paniers Hédiard, du foie gras… est-ce que la crise est passée par là ?

Je ne sais plus qui disait cette phrase : « La personne qui vous offre des chocolats ne vous aime pas !! »

20151231_072736

20151231_064028

Mais que cela était agréable ces 3 jours 1/2 de repos tant pour Noël que pour le Jour de l’An où les activités furent diverses, variées et très plaisantes. Et dire que l’année prochaine Noël et le 1er janvier tomberont un dimanche, tout comme les 1er et 8 mai. Alors dans ce cas-là, on dit que c’est l’année des patrons ! Bon je sens que j’ai plombé un peu  l’ambiance et vous ai mis le cafard !! N’y pensons pas déjà !

L’activité physique a bien commencé en ce début d’année avec 32,110 km en 3 jours, soit une moyenne de 10,670 km par jour, et 13,822 km en VTT.  Quel plaisir de pouvoir faire du sport sans douleur et profiter de la nature avec ses belles couleurs !

20160103_083806

20160103_084443

2016_01_03_19.09.56

 

Je finirai par la carte de voeux de mon patron qui représente un symbole qui peut se décliner dans différents domaines… la main tendue pour atteindre les sommets dans le travail, dans l’amitié, dans l’amour, et comme un geste solidaire pour le don d’organes…

20151228_080621

Une belle année de « renaissance » pour moi avec cette 3ème vie qui s’offre à moi et dont je profite chaque jour en remerciant la famille de mon donneur. Parmi les résolutions de 2016, celle de prendre soin de ce trésor sera ma priorité tout en profitant des petits plaisirs de la vie en famille et entre amis.

Et cela commence dès la semaine prochaine avec 3 jours de stage de ski dans les Vosges à La Bresse organisé par l »association Trans Forme qui prône l’activité physique pour les transplantés et dialysés en organisant tout au long de l’année des manifestations sportives et ainsi promouvoir le don d’organes avec comme message « La greffe ça marche ».

BONNE ANNEE A TOUTES ET TOUS,

QUE CETTE ANNEE SOIT BELLE ET DOUCE ET VOUS APPORTE BONHEUR, ARGENT, LA REALISATION DE TOUS VOS PROJETS ET SURTOUT LA SANTE….

ET QUE LA FORCE SOIT AVEC VOUS !

20160103_141216

STAR WARS

FILM : « STAR WARS – LE REVEIL DE LA FORCE » de J.J. ABRAMS

« STAR WARS – LE REVEIL DE LA FORCE »

de J.J. ABRAMS

Film américain d’aventure, action et science fiction avec Daisy RIDELEY, John BOYEGA, Adam DRIVER et Harisson FORD.

Résumé :

Dans une galaxie lointaine, un nouvel épisode de la saga « Star Wars », 30 ans après les événements du « Retour du Jedi ».

Mon avis :

Après avoir ingurgité les six épisodes précédents en une semaine, alors que j’ai mis 40 ans à voir le premier, je n’en ai même pas fait une indigestion puirsque j’ai enchaîné avec le septième sorti il y a 3 semaines au cinéma. Oui j’ai suivi une formation accélérée en vue de devenir Jedi !

Et l’épisode VII est à l’image des autres, mêmes vaisseaux, mêmes guerriers, mêmes personnages, vieillis certes, mais avec le même humour, et en plus il y a leurs descendances. Maître Yoda m’a manqué tout de même. Mais je ne peux pas en dévoiler plus pour maintenir le secret pour ceux qui ne l’auraient pas encore vu.

Mon dernier mot sera « Vive l’épisode VIII » et que la force soit avec vous !

20160103_141216

20160103_155556

CONSEIL-DE-FAMILLE_3115740689118974031

02/01/2016 : THEATRE « CONSEIL DE FAMILLE » de Amanda STHERS

« CONSEIL DE FAMILLE« 

de Morgan SPILEMAECKER et Amanda STHERS

Avec Frédéric BOURALY et Eva DARLAN

Lieu : Théâtre de la RENAISSANCE – Boulevard Saint Martin – PARIS 10ème

20160102_160955

20160102_161917

 

 

 

20160102_161928

20160102_162420_LLS

 

 

 

20160102_162513_LLS

Résumé

Coincée entre un fils accro à l’argent, une fille mère de famille au bout du rouleau et un cadet artiste fainéant, leur mère a décidé elle de s’éclater. C’est son tour maintenant d’avoir la belle vie. Et tant pis si ca ne plaît vraiment pas à ses enfants. Le dîner de ce soir va être explosif et son mojito risque de ne pas passer. Pourtant dans cette famille chacun peut y reconnaître un peu de la sienne.

Mon avis :

A partir d’un sujet délicat qu’est la vieillesse des parents, qui n’est dans cette pièce qu’un prétexte puisque la cause de ce conseil de famille est plus vénal, la décision que vont prendre les trois frères et soeur est totalement immorale mais les auteures de cette pièce avec le jeu de leurs acteurs arrivent à nous faire rire par des répliques chocs et nous faire passer des moments d’émotion lorsque les enfants se remémorent des souvenirs d’enfance avec leur mère qui assurément n’avait pas l’instinct maternel. Bien sûr beaucoup de rebondissements vont se produire tout au long de la pièce remettant en cause constamment leur plan initital.

Un quatuor d’acteurs très juste, où la fraternité pourrait exister dans beaucoup de familles actuelles. Mention spéciale pour Frédéric BOURALY, plus connu sous le personnage de « José » dans la série « Scènes de ménage », où l’on retrouve bien son jeu et pour Eva DARLAN, la maman, qui a des répliques cinglantes envers chacun de ses enfants !

Un bon moment théâtral mais ce que l’on pourrait reprocher c’est que ces beaux théâtres d’inspiration italienne des années 1872 ne subissent pas plus de rénovation tant en ce qui concerne les fauteuils très très étroits et la sonorisation. Les acteurs s’efforcent de parler fort, mais certaines voix portent moins bien que d’autres, et il suffit qu’ils tournent la tête pour que les spectateurs perçoivent moins bien les dialogues.

 20160102_192643

20160102_161239

,