Archives mensuelles : avril 2014

Week-end… d’avant reprise

Pour ce week-end d’avant reprise, j’ai décidé d’aller le passer à la campagne, dans mon petit coin de paradis, dans la vallée du Cher. Le temps était de la partie avec un soleil digne de journées d’été.

La pelouse était envahie de petites pâquerettes blanches, les tulipes et le lilas étaient en fleur. A cette époque de l’année, le jardin est bien agréable mais la tondeuse ne chôme pas !

SAMSUNG CAMERA PICTURES

 

SAMSUNG CAMERA PICTURES

 

 

 

 

 

Sur la route, l’Eure et Loir et l’Orléanais ont endossé leurs plus beaux habits de lumière avec les champs de colza que l’on traverse à perte de vue.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Ce week-end c’était « la fête au village », vide-grenier, marché artisanal, l’occasion de faire des rencontres et des affaires !

Et Dalton, que fait-il ? Il s’éclate bien dans le jardin, mais ses périodes de sieste sont perturbées par la perceuse, les tondeuses, ou autres travaux. Alors quand une accalmie s’annonce, c’est gros dodo assuré !

20140411_195443-1

Donc, demain reprise du travail, avec la forme revenue. Et mardi, de nouveau à l’hôpital, avec journée cochinienne, pour une scintigraphie myocardique.

Bonne semaine à tous…

 

Cette entrée a été publiée dans Non classé le par .

10/04/14 : après-midi neckerien

Cet après-midi, trois rendez-vous étaient prévus à Necker : 14 h 20, consultation avec mon néphrologue, 15 h, échographie cardiaque et 15 h 50, échographie abdomino-pelvienne.

Ma consultation néphro va commencer avec une bonne demi-heure dans la vue, pas cool pour les rendez-vous qui suivent mais tant pis je prends mon temps avec mon néphro, lui pose toutes les questions que j’avais préparées et lui faire remplir pas mal de papiers administratifs (certificats médicaux pour les jeux de Biarritz en juin, bons de transport pour aller à Cochin mardi en taxi, prescription médicale de la scintigraphie…).

Résumé de la consultation : tension 117/72 (il y a bien longtemps que je n’ai pas eu une tension comme cela), créatinine 271 (élevée mais stable, 264 il y a deux mois),triglycérides élevées (et là j’ai droit « arrêtes le rosé »), poids stable (à son grand désespoir !! et oui, je n’arrive pas à perdre et là ce n’est pas avec 15 jours d’arrêt que mon cas va s’arranger), rajout du Zyloric 200 pour pallier à mes sacrées crises de goutte. Ce qui fait 11 médicaments pour 21 gélules quotidiennes.

Et je vous révèle mon nouveau surnom, dixit mon néphro : « la chieuse » ! Je vous explique, le 27 mars il me passait un mail pour m’annoncer ma créatinine et me donner le feu vert pour partir à la course du coeur et le lendemain j’étais aux urgences pour une crise de goutte. Mais venant de lui, j’en rigole !!

Je sors donc de ma consultation, direction l’échographie cardiaque avec ma bonne demi-heure de retard avec moi. Et la secrétaire me dit calmement que je ne figure pas sur son planning, que je ne suis pas prévue, qu’elle a du monde et qu’elle ne pourra pas me prendre. Bizarrement je suis zen, ça ne me dérange pas plus que cela !

Je poursuis donc mon périple pour une échographie abdomino-pelvienne. Et là on me répond, ah non, ce n’est pas une écho, c’est un scanner. Allons pour un scanner, sans injection, à part les bras en l’air qu’il faut tenir assez longtemps, le reste n’a rien de désagréable.

Bilan de l’après-midi : bonne consultation, avec un prochain contrôle le 27 mai et consultation le 5 juin. Scanner fait mais pas de résultat immédiat.

Pour achever mon bilan pré-greffe, il me reste donc l’échographie cardiaque et la consultation anesthésiste qu’ils vont essayer de programmer le même après-midi. Espérons que ce sera possible… parce que s’il y a quelque chose à l’échographie cardiaque, la consultation anesthésiste n’aura pas lieu. Bref positivons, et procédons étape par étape, c’est la meilleure façon d’avancer.

Bonne santé à tous !

Cette entrée a été publiée dans Non classé le par .

7 organes greffés sur une enfant

MÉDECINE – En 2010, une petite Allemande de 4 ans reçoit sept organes différents lors d’une seule greffe. Quatre ans après cette opération extraordinaire, Erika va bien.

L’INFO. On l’apprend aujourd’hui dans les pages du Figaro : une équipe de médecins de l’hôpital Necker a transplanté sept organes en une seule opération à une fillette allemande de quatre ans. Erika a aujourd’hui huit ans et se porte bien.

Atteinte de la maladie de Hirschsprung. La fillette souffre depuis sa naissance d’une maladie congénitale, la maladie de Hirschsprung, qui empêche son système digestif de fonctionner. Une grande partie de ses organes digestifs sont atteints, de l’estomac au rectum. Pendant un moment, elle se nourrit par intraveineuse mais au fil du temps, les veines d’Erika se bouchent et ses reins fonctionnent de moins en moins bien. La dialyse est inéluctable.

La seule solution pour éviter le dépérissement des organes de la petite fille est de remplacer tous les organes malades. Les chirurgiens Christophe Chardot, Sabine Irtan et Yves Aigrain assureront cette opération de la dernière chance.

Mais pour la tenter, il faut attendre un donneur. « Fort heureusement, les décès d’enfants sont rares, et donc les petits greffons sont rares », rappelle le Pr Chardot dans Le Figaro.

Sept organes implantés en même temps. Quand les équipes médicales trouvent enfin un donneur, en 2010, le compte à rebours est lancé pour cette opération de grande envergure. Il ne peut se passer que six heures entre le prélèvement du greffon et la réimplantation. Pendant que le Dr. Sabine Irtan part chercher les organes en province, l’équipe médicale restée à l’hôpital prépare Erika, 4 ans alors.

A l’arrivée du greffon, les chirurgiens vident littéralement le ventre de la petite fille. « C’est très impressionnant de voir un abdomen entièrement vide. Cette situation rappelle l’autopsie », se rappelle Yves Aigrain. « C’est à ce moment que le chirurgien doute », raconte son confrère Yann Révillon, qui a fait la première greffe d’intestin à l’hôpital Necker en 1987.

Au total, sept organes sont implantés au même moment : estomac, duodéno-pancrés, intestin grêle, colon droit, foie et deux reins. L’opération d’Erika est un succès.

« Le cadeau d’une autre petite fille ». Après plusieurs semaines de soins, qui nécessitent l’intervention d’au moins huit spécialités médicales, la petite Erika rentre chez elle, en Allemagne. Aujourd’hui, elle revient trois à quatre fois par an à l’hôpital Necker pour vérifier son état.

Il y a quatre ans, l’Allemagne n’était qu’aux prémices des greffes pédiatriques de l’intestin, ce qui explique que la petite fille ait été opérée par les équipes de l’hôpital Necker, en pointe sur le domaine. « Cela nécessite l’expertise de tellement de spécialités différentes qu’on ne les trouve réunies que dans quelques structures comme l’Assistance publique des hôpitaux de Paris », explique le Dr Aigrain.

Quand on demande à Erika ce qu’elle pense de sa greffe, elle répond aujourd’hui : « Je sais que j’ai eu un cadeau d’une autre petite fille : mon ventre. Nous nous entendons bien et je parle souvent avec ma sœur dans mon ventre. »

Cette entrée a été publiée dans Non classé le par .

CINE : « De toutes nos forces »

« DE TOUTES NOS FORCES »

Film français de Nils TAVERNIER avec Alexandra LAMY, Jacques GAMBLIN et Faien HERAUD.

Résumé :

Comme tous les adolescents, Julien, 17 ans, rêve d’aventures et de sensations fortes. Mais lorsque l’on vit dans un fauteuil roulant, ces rêves là paraissent difficilement réalisables. Il va alors mettre au défi son père, un homme distant, de concourir avec lui au triathlon « Ironman », de Nice, une des épreuves sportives les plus difficiles qu’il soit. L’amour du père pour son fils va se révéler.

Mon avis :

C’est un film très émouvant, poignant par moments, dépasse le cadre du handicap, avec des interprétations très justes et une implication physique énorme. Ce défi va créer des relations fortes entre le père et le fils, jusqu’alors inexistantes. Ce film démontre qu’il faut croire en ses rêves, se donner les moyens de les réaliser, et aller jusqu’au bout de ses ambitions.

Vous verserez votre petite larme mais vous allez aussi sourire dans certaines situations.

Cette entrée a été publiée dans Non classé le par .

Week-end… de convalescence

A mi-chemin de mon arrêt de travail de 15 jours après le diagnostic d’une crise de goutte à la cheville gauche, mon état tant moral que physique est bien meilleur.

Concernant le physique, la douleur a disparu, mais la cheville est toujours un petit peu enflée et manque de souplesse ce qui me provoque encore une gêne à la marche. Mais je sais qu’avec le temps, tout cela va rentrer dans l’ordre.

Quant au moral, il est par voie de conséquence bien meilleur.Et je remercie mon mari, mon frère, ma nièce, mes neveux d’être là quand j’en ai besoin, d’être aux petits soins avec moi, de me soutenir, de m’encourager pour garder un esprit positif. Je leur partage mes moments de doutes et ils sont toujours de bons conseils.

Je remercie aussi mes ami(e)s qui prennent de mes nouvelles parce que beaucoup vivent ou ont vécu ces moments de découragements où l’on se sent un peu moins bien. L’amitié, même virtuelle, fait chaud au coeur.

Jeudi prochain, consultation néphrologue, puis poursuite du bilan pré-greffe avec l’échographie abdomino-pelvienne et l’échographie cardiaque.

Bonne semaine à tous !

 

Cette entrée a été publiée dans Non classé le par .

CINE : « Avis de Mistral »

« AVIS DE MISTRAL »

Film français avec Jean RENO, et des jeunes acteurs, dont le fils de Michel LEEB (Tom), la fille d’Alexandra LAMY (Chloé), et un garçon malentendant, et la participation de Charlotte de TURCKHEIM et Hugues AUFRAY en bikers.

Résumé :

Jean Réno incarne un grand-père qui vit dans les Alpilles et doit recevoir ses trois petits-enfants qu’il n’a pas vu depuis 17 ans à la suite de conflits familiaux avec sa fille.  C’est un homme devenu solitaire, aigri, bourru, ayant un problème avec l’alcool. Un conflit de génération va se créer mais chacun va essayer de découvrir le monde de l’autre, et les bons sentiments vont sortir vainqueurs de cette histoire.

Mon avis :

Jean Réno a un rôle qui lui va à ravir, qui change radicalement de ses rôles de « méchants » où il élimine les gens froidement. C’est un film générationnel, mais où l’humain ressort gagnant. Les jeunes acteurs jouent de façon naturelle, et sont très touchants. Le décor de la camargue nous offre de belles vues aériennes avec les chevaux sauvages et les taureaux.

 

 

 

Cette entrée a été publiée dans Non classé le par .