Archives mensuelles : novembre 2013

Le Don de Soi de Marie BERRY

 

Résumé :

Marie BERRY, atteinte d’une maladie génétique qui condamne ses fonctions rénales à s’arrêter un jour, résiste, en effet. A une enfance douloureuse, à l’épuisement, aux dialyses. Mais ses parents veillent sur elle. Elle a dix-sept ans quand sa mère lui offre un de ses reins. Et quand ce rein va se mettre en rejet, trente-trois ans plus tard, c’est Richard, le frère aîné, qui à son tour va la sauver (Richard BERRY, célèbre acteur).

Entre-temps, la jeune femme, fragilisée, a refusé de n’être qu’une malade au long cours. Elle a travaillé, mis au monde un enfant, adopté une petite fille parce qu’à tant recevoir des autres, elle a voulu donner à son tour. Aujourd’hui, Richard et Marie se sont engagés à encourager le don d’organes.

 

Mon avis :

Ce livre autobiographique est le témoignage, débordant de courage et d’amour, d’une vie deux fois offerte, et vaillamment reconstruite. C’est une situation exceptionnelle que d’avoir, à deux reprises, pu bénéficier d’un don de vivant.

Un message d’espoir pour tous les malades, une invitation au partage pour tous les biens portants.

Ce livre me touche particulièrement de par la similitude des symptômes de l’insuffisance rénale chronique, des dialyses, des effets secondaires dus à la cortisone et de par l’équipe médicale qui les a suivis puisque c’est la mienne également, et je mets un visage sur tous les noms cités de l’hôpital Necker.

Une belle leçon de vie…

 

Le Secret du Dr Guillard de Thierry ARNAUD

 

Résumé :

Responsable d’un service de chirurgie pédiatrique, Anne Guillard se bat en faveur de l’enfance martyre. Elle souffre d’un handicap : suite à un mystérieux accident survenu dans son enfance, elle boîte. En témoignant, lors d’un procès, contre une femme accusée d’avoir provoqué la mort de son enfant, elle compromet sa carrière et voit se dresser contre elle un homme aussi séduisant que malfaisant. Le pire sera pour elle de découvrir le sinistre rôle qu’il a joué lorsqu’elle était petite.

 

Mon avis :

Ce roman, sur fond médical, puisque l’auteur a suivi des études de médecine, m’a tenu en haleine de par son suspens, la particularité des personnages et l’originalité du scénario. Un roman, à l’écriture simple, mais bien ficelé avec un dénouement final inattendu.

 

Mes lectures

 

Aujourd’hui, j’ouvre une nouvelle catégorie sur mon blog « Mes lectures », tout en vous précisant que je ne suis pas une « dévoreuse » de livres, loin de là mais j’espère que cela va me motiver à lire plus pour vous relater quelques livres et mes réflexions sur ceux-ci.

Le premier : « Le secret du Docteur Guillard » de Thierry ARNAUD.

En cours : « Le don de soi » de Marie BERRY (livre autobiographique de la sœur de Richard Berry relatant entre autres ses deux greffes rénales)

En cours : « Le voyage d’Anton » de  Mariana LOUPAN, tiré d’une histoire vraie relatant l’histoire d’un enfant atteint d’une maladie neurologique et le combat de ses parents pour son intégration.

A venir : « De cœur inconnu » de Charlotte VALANDREY, relatant sa greffe cardiaque et ses suites.

 

Comme vous le constaterez, je suis très attirée, d’une part par tout ce qui touche au médical, et d’autre part par les livres inspirés d’histoires vraies.

 

Bonne lecture à tous…

 

Greffe de rein par coelioscopie

  • Greffe de rein par coelioscopie robot assistée : une 1ère française
CHU Tours
, jeudi 07 novembre 2013.182 vu(s)


Salle de robot chirurgie – CHU de Tours ©Yves Brault

L’équipe tourangelle d’urologie coordonnée par le Professeur Bruyère, en lien étroit avec le responsable de l’unité de transplantation rénale, le Professeur Büchler, a greffé un rein sur une femme de 49 ans par coelioscopie robot assistée, une 1ère en France. L’intervention s’est déroulée le 24 octobre 2013. Aujourd’hui la patiente se porte bien et son rein fonctionne parfaitement.

La double expertise du CHRU de Tours en néphrologie et en chirurgie robot assitée
Cette première nationale témoigne de la formidable coopération entre équipes hospitalo-universitaires expertes en néphrologie avec plus de 1 800 transplantations rénales réalisées à Tours depuis 1985  et  en chirurgie robot-assistée. Depuis 2007, date d’acquisition de l’équipement, près de 1 000 interventions ont été effectuées à l’aide du robot -dont une majorité d’ablation de la prostate pour cancer.
La préparation et la réussite d’un tel challenge nécessite une coopération étroite entre les chirurgiens spécialisés en robotique et en transplantation, les aides habitués, les infirmières de bloc spécialisées en robotique, l’équipe d’anesthésie habituée à la greffe et à la chirurgie robotique, mais aussi avec l’équipe de néphrologie rigoureuse et vigilante pour le suivi post greffe.

La patiente est en bonne santé. Elle a repris un transit très rapidement et n’a pas eu de douleur importante dans les suites. Cependant, il est prématuré de dire à partir de ce cas unique si les risques potentiels de la transplantation sont diminués mais l’équipe de néphrologie et notamment les infirmières de suivi post greffe confirment l’excellent état de la patiente et des suites plus simples.

Les bénéfices de la greffe rénale par coelioscopie robot assistée
Traditionnellement les greffes rénales sont réalisées par une incision d’une quinzaine de centimètres dans la partie basse et latérale du ventre. Les complications que l’on peut observer après cette intervention sont le préjudice esthétique lié à la cicatrice, des infections ou des éventrations de la paroi, des problèmes sur la suture des vaisseaux (sténose de l’artère ou thrombose de la veine), des problèmes sur la suture de l’uretère à la vessie (sténose de l’anastomose urétéro vésicale) et enfin quelques formations de lymphocèle qui ressemble à des kystes plein de lymphe qui peuvent comprimer le rein. Ces complications peuvent nécessiter de nouvelles interventions, voire à la perte du greffon.

De longue date, les chirurgiens tourangeaux tentent de trouver les moyens de réduire ces complications.
Réaliser cette opération à l’aide du robot permet potentiellement de réduire ces risques. Néanmoins l’acte est plus difficile et nécessite des équipes d’opérateurs chevronnés. C’est la raison pour laquelle cela n’a pas été réalisé jusqu’à présent en France. Quelques cas ont été répertoriés aux Etats unis et en Inde et vraisemblablement en Italie.

Tous les malades peuvent-ils bénéficier de cette chirurgie ?
Les malades les plus compliqués seront principalement opérés par voie robot assistée.  A terme, le service d’Urologie du CHRU de Tours figurant parmi les équipes les plus expérimentées en prélèvements de reins pour dons vivants, il est possible d’envisager que le prélèvement et la transplantation se fassent par voie robot assistée. Cependant, l’utilisation importante du robot au CHU de Tours ne le rend pas disponible tout le temps ce qui limitera potentiellement les indications.

La première année une vingtaine de malades pourront bénéficier de cette avancée et ce nombre est susceptible d’augmenter si la disponibilité du robot l’autorise.

Catégorie : CHU Tours, Greffe, Urologie

 

Contact : CHU Tours

4 premières séances Tapis + Vélo Novembre

02/11/13 :

10 minutes à 4 km/h, puis 53 minutes à 4,5 km/h / tapis incliné à 10 / 4,680 km parcourus / 623,70 calories perdues

 

03/11/13 :

7 minutes à 5 km/h, puis 53 minutes à 4,5 km/h / tapis incliné à 10 / 4,550 km parcourus / 617,50 calories perdues

 

04/11/13 :

20 minutes de vélo d’appartement / 5 km parcourus / 251 calories perdues

 

06/11/13 :

Programme P2 sur le tapis / 40 minutes / le tapis change de vitesse toutes les minutes de 3 à 7 km/h / 3,260 km parcourus / 205,10 calories perdues

Article Presse CHAMBORD PRESTIGE

Aujourd’hui, je mets à l’honneur mon frère, dont je suis si fière, et qui a eu droit à un bel article de presse dans « LA NOUVELLE REPUBLIQUE », le 24/10/13, pour la reprise de la société « CHAMBORD PRESTIGE » dans le Loir et Cher.

Le nouveau repreneur, Eric Blondeau.

 

“ Le traiteur est un créateur d’événements ” : le nouveau patron de l’entreprise prendra un essor international pour assurer son développement.

La « grande maison » tourne une nouvelle page de son histoire : Chambord Prestige est devenue la Société nouvelle Chambord Prestige après son rachat, entériné la semaine dernière par le tribunal de commerce de Blois, par Éric Blondeau.

Le traiteur emblématique du Blaisois (et du Loir-et-Cher), « œuvre » de Jean Girard il y a quarante ans, traversait depuis quelques mois une zone de turbulences. Et si Michel Varache, son actionnaire principal, s’est battu pour garder le cap, il attendait un autre passionné pour tenir la barre…

«  Chambord Prestige a un savoir-faire et une image  »

Le repreneur est un ingénieur agronome de formation au parcours professionnel atypique : pendant dix ans chez le célèbre traiteur-organisateur parisien Potel et Chabot, il a développé l’activité à l’international et principalement en Europe centrale et orientale. Installé ensuite en Pologne, il a participé à l’implantation de services et de la grande distribution dans les ex-pays du bloc de l’Est.
« J’ai vécu en Pologne et en Russie et pour des raisons personnelles et familiales, je souhaitais revenir », explique Éric Blondeau, 50 ans, qui est depuis le début de la semaine à Blois, ou plutôt à La Chaussée-Saint-Victor où sont installés la société et le laboratoire de l’entreprise de treize salariés (sans compter les vacataires).
« J’avais envie de reprendre une petite entreprise dont l’activité «  croise  » mes expériences professionnelles, à la fois dans le secteur du traiteur-organisateur d’événements et du développement à l’international. Pour moi, Chambord Prestige a une image et un savoir-faire qui peuvent dépasser les frontières. »
Pas de « plan de bataille napoléonien » pour le moment. « La région a un fort potentiel d’attractivité avec une image de luxe et de haut de gamme à exploiter. »
Éric Blondeau va travailler avec Michel Varache. Au moins dans les prochains mois. Pour une transition constructive. « Nous sommes complémentaires et Michel Varache connaît l’entreprise et a commencé à la moderniser. C’est par une connaissance commune que j’ai connu l’entreprise. Dans l’immédiat, nous allons reconstruire à partir des fondamentaux. Chambord Prestige a une âme et je souhaite m’inscrire dans la lignée de son fondateur Avec les salariés qui détiennent une formidable expérience. »
La localisation, l’expérience et la notoriété sont les atouts reconnus de l’entreprise.« Le métier de traiteur est très difficile, dur, mais aussi très beau. Nous gérons la logistique du rêve et nous procurons un peu d’exception, c’est gratifiant. » Et par là que passe l’avenir de Chambord Prestige qui se positionne désormais sur le créneau de la gastronomie et de la création d’événements.

A. I.

Week-end… de la Toussaint

 

La météo de la journée de vendredi 1er novembre était totalement en rapport avec les circonstances… Triste par la pluie et la brume qu’il a fait, et triste par la commémoration de nos défunts.

En petit comité, nous sommes allés en Normandie se recueillir auprès de mes parents, grands-parents et tante. Les chrysanthèmes, de par leurs couleurs vives, fleurissent harmonieusement les cimetières en cette période et font que ces endroits deviennent plus apaisants et moins hostiles.

Samedi, c’est sur la tombe des parents de mon mari, dans le cimetière de notre ville, que nous avons déposé des fleurs.

 

 

 

 

 

Je vous concède qu’il y a des week-ends plus gais mais la mort ne fait-elle pas partie de la vie ?

Deux grosses séances de tapis animeront les journées de samedi et dimanche, somme toute calmes, partagées entre lecture, télé, candy crush, bref un week-end de 3 jours qui fait du bien.

Bonne semaine à tous…