Archives mensuelles : octobre 2015

IMAGE GREFFE

2014 : NOMBRE DE GREFFES EN HAUSSE MAIS LISTE D’ATTENTE AUSSI !

Le nombre de greffes d’organes a de nouveau augmenté l’an dernier en France, atteignant 5.367, surtout grâce à une augmentation des reins prélevés sur des donneurs vivants, mais la liste d’attente continue elle aussi à croître, selon des chiffres de l’Agence de la biomédecine.

« Les besoins augmentant plus vite que le nombre de greffons disponibles, le nombre de patients en attente au premier janvier s’accroît chaque année », relève l’Agence dans son rapport annuel d’activité, rendu public vendredi.
Malgré une hausse de 67% du nombre de greffes réalisées entre 2000 et 2014, le nombre des patients en attente d’une transplantation d’organes atteignait 13.749 au 1er janvier contre 12.713 au 1er janvier 2014.
Pour augmenter le nombre de greffons disponibles, l’agence encourage depuis quelques années le prélèvement de reins sur donneurs vivants.
Cette pratique est en plein essor, avec 514 donneurs vivants prélevés d’un rein l’an dernier, soit une hausse de 28% par rapport à 2013.
Les greffes avec donneur vivant représentaient 16% de la totalité des 3.232 greffes de reins réalisées l’an dernier en France.
Les donneurs vivants sont pour la plupart des personnes de la famille ou de l’entourage d’un malade en insuffisance rénale terminale.
Mais pour la première fois l’an dernier, six patients ont pu être greffés grâce à des dons croisés d’organes.
Prévue par la loi de bioéthique de 2011, cette technique offre une chance supplémentaire de greffe en cas d’incompatibilité immunologique entre un patient et un proche qui souhaite donner.
Dans ce cas, le patient reçoit l’organe d’un autre donneur, tandis que le proche s’engage à fournir un organe à un membre de la famille du donneur qui en a besoin.
L’Agence de la biomédecine espère quant à elle faire passer la part des dons vivants à 20% des greffes rénales qui seront réalisées en 2016.
Parmi les autres évolutions, l’agence mentionne l’extension des prélèvements sur donneurs en état de mort encéphalique (1.695 cas l’an dernier) à ceux décédés après une décision d’arrêt de traitements les maintenant en vie.
Depuis décembre 2014, une expérience pilote est menée à l’hôpital d’Annecy en ce sens. Elle devrait être progressivement étendue à d’autres hôpitaux selon l’agence qui rappelle que « l’éventualité d’un prélèvement ne doit en rien modifier les soins nécessaires aux malades ».
Elle précise que l’entretien avec les proches aura lieu « selon les mêmes modalités que pour la prise en charge d’un donneur en état de mort encéphalique ».
Lors du décès d’une personne susceptible de donner ses organes, l’équipe médicale doit interroger ce registre puis, si la personne n’est pas inscrite, interroger ses proches pour savoir sa position sur le prélèvement d’organes.
Au 30 avril, 96.637 personnes étaient inscrites sur le registre national des refus dont 57% de femmes et 43% d’hommes, selon des chiffres de l’Agence de la biomédecine.

(Article du PARISIEN du 03/10/2015)

Don-d-organe-en-parler-pour-sauver-des-vies_article_landscape_pm_v8-750x429

be849710cf_adenovirus-microscope-electronique_Center-for-Disease-Control-and-Prevention-wikipedia-DP[1]

ADENO VIRUS, SORS DE MON CORPS !!!

Je l’ai tant souhaité que mon voeu a été exaucé… Ce satané virus a quitté mon corps ! Allez une bataille de gagnée dans cette guerre aux microbes, bactéries, germes et autres virus !!

En effet, je viens de recevoir par mail de la part de ma Néphrologue le résultat de la PCR, faite lundi dernier, 28/09/2015, dans le but de rechercher le virus qui m’habitait depuis le 3 septembre mais découvert le 19/09 lors de mon hospitalisation à Necker.

20150928_072443

PCR NEGATIVE : ADIEU ADENO VIRUS !

Le virus est indétectable, donc absent.

Et oui, on n’avait signé qu’un CDD et non un CDI, et ne t’avise pas de revenir squatter ni chez moi, ni chez un autre greffé, car toi, je ne te souhaiterais même pas à mon pire ennemi !

Plus sérieusement, je vais effectivement beaucoup mieux. J’augmente mes mictions de jour en jour (entre 400 et 500 ml aujourd’hui), ça fait trois nuits que je ne me lève qu’une fois après avoir fait 6 heures de sommeil (c’est Byzance à côté des nuits où je me levais toutes les 1/2 heures, soit 20 fois par nuit !), bref je récupère bien et peux désormais me dire que cet épisode aigu de cystite à adéno virus est derrière moi et qu’il faut vite l’oublier pour avancer et refaire des projets, et surtout concrétiser ceux qui étaient déjà prévus de longue date et qui étaient malgré tout en suspens tant que cette affaire n’était pas totalement réglée.

Donc, la semaine prochaine, concert de CALOGERO retransmis au cinéma, et surtout 3 jours en Angleterre mi-octobre, pour fêter nos anniversaires respectifs à Daniel et moi-même, mais surtout voir ma nièce, installée là-bas depuis le mois de juin, pour un stage de six mois, avec deux jours avant notre départ, quand même, prélèvements et consultation, mais ça sent bon tout ça !

A bientôt avec d’autres nouvelles…

 

1442506682915849126490

SEPTEMBRE 2015 : BILAN MARCHE + VELO

SEPTEMBRE 2015 (10 mois et 5 jours de ma 2ème greffe rénale)

2 NOUVEAUX RECORDS ce mois-ci… mais pas dans le sens où je l’entends habituellement. Ce sont des records dans la phase descendante et ceci du fait de mon épisode aigü de cystite commencé le 3 septembre, suivi de 11 jours d’hospitalisation et depuis le retour à la maison, le 21, je n’ai repris que la marche en extérieur, et pas encore le tapis roulant, et encore moins le vélo d’appartement. Il est vrai qu’il n’est pas facile de faire des kilomètres dans les couloirs des hôpitaux attachée à son pied de perfusion.

MARCHE

67,150 km parcourus

soit une moyenne de 2,238 km / jour

2013-01-27 16.01.27

Meilleure séance :

10,700 km le 27/09

SHealth_16_32_39_314

VELO (vélo d’appartement)

2 séances = 21 km parcourus

soit une moyenne de 10,500 km / séance

2013-08-18 10.57.30

Meilleure séance :

11 km le 01/09

20150602_182534

Conclusion : un mois à oublier très vite et vive octobre !