2016 – Liverpool – British Transplant Games II

British Transplant Games (BTG) à Liverpool du 28 au 31 juillet 2016

Je dédie cette page à mon donneur qui m’accompagne à chaque fois
et aussi, à mon plus fidèle supporter de cœur : Hervé

Je vous livre mon récit pour ma 2e participation aux BTG (après Newcastle) et vous allez voir que ces 4 jours ont été truffés de mésaventures….

1er jour :
Arrivés sous le soleil un peu frais (18°C), on va pour prendre le bus et je donne un billet au chauffeur qui le tourne dans tous les sens et me dit que c’est pas bon car c’est un billet américain !!! Et voilà cela commence bien…. En rentrant de New York, j’avais mis les dollars et les pièces dans une boîte et dans une autre boîte, les livres £ achetées la semaine avant de partir. La veille du départ, j’avais sorti les billets et les pièces et donné à Herve et ni l’un ni l’autre n’avons vérifié. Ah la confiance mutuelle aveugle….
Donc, nous voilà avec des $ et pas de £…. Pas de souci je vais au distributeur et la carte American Express ne marche pas non plus…. Je me dis ça commence bien….

Dans le bus, je revois Deirdre, irlandaise et greffée du foie à Londres (Royal Free) que je connais depuis de nombreuses années. Elle revient des jeux européens de Vantaa et me raconte comment c’était. Dans 2 ans, ce sera en Sardaigne.

On s’arrête à l’hôtel jusque là tout se passe bien et on repart tout de suite pour aller chercher le dossard, le pass transport etc… On arrive à la gare routière de « Liverpool One » et là, pas moyen de trouver quel bus va à Wavertree, Wellington Road pour le Check-in. Heureusement, une mamie nous renseigne et après, Hervé me dit c’est la 13e station. Oui mais la conductrice du bus ne s’arrête pas à tous les arrêts…. et il n’y a pas les noms sur les arrêts de bus… Je lui demande de nous faire signe pour descendre au bon arrêt. C’est ce qui s’est passé. Sauf que j’ai oublié dans le bus un de mes bandeau-foulard…. On traverse le vieux centre de Liverpool avec de très beaux monuments de style victorien, 1900 et plus ancien.On arrive juste avant la fermeture du bureau « registration » et je rencontre Mark O., responsable événementiel des BTG, avec qui j’avais échangé par mail. Et le carton pour la « Team France » est prêt. Oui, pour la 1ere fois je suis à la fois Team Manager et compétitrice. Cela me permet d’avoir toutes les infos. Retour sur Liverpool-centre, cela se corse car on n’a pas trouvé l’arrêt de bus du retour…. Donc, on a fait 7 km à pied. Cela a permis de voir l’Université de Liverpool, son parc, la magnifique cathédrale moderne, de voir aussi les faubourgs, d’entendre les sternes et aussi, de les voir traverser la route,  c’est plutôt original. Et enfin, de dîner dans un restaurant italien excellent, tout fait maison.
FB_IMG_1469951270837FB_IMG_1469951293798  FB_IMG_1469951253995

Au retour à l’hôtel, j’ai un doute concernant les médocs; Effectivement, il me manque l’équivalent de 3 doses de CELLCEPT je vous dis pas la panique même si c’était ok pour le Neoral. J’envoie un message à Colin W. le Team Manager de l’Irlande que je connais depuis plusieurs années.

2e jour :

FB_IMG_1469951504962Le matin : visite du musée maritime dans le centre Albert Dock (quartier très touristique avec beaucoup de musées, de restaurants, de salles de spectacle). Impressionnée par la taille des maquettes et l’histoire du Titanic et du Lutanisia, qui ont été construits ici. En fait, l’histoire de Liverpool est intimement liée aux transports maritime, ferroviaire, commercial et aussi à la musique. Un étage est dédié à l’immigration, sujet très prégnant en raison des multiples modes de transport : air, eau, rail et route.

L’après midi : opening ceremony
Dès que j’ai tenu la pancarte « Team France », un français est venu nous demander ce qu’il se passe car les BTG c’est + 750 participants dont une centaine d’enfants pour le défilé dans la ville. Et aussi, des témoignages de sympathie envers les évènements tragiques dans notre pays.
Je vois Lynne H. qui est la Team Mananger pour le Royaume Uni mais pas de Colin W. Du coup, je lui explique ma mésaventure et son ami me dit qu’il va s’en occuper. Ouf je suis rassurée.
Je vois aussi Liz S. et Clara venant de Suisse. Liz me reparle du « Boots Camp«  semaine de ski à Anzère en Suisse du 4 au 11 mars 2017 ou avaient eu lieu les Jeux Mondiaux d’Hiver des Transplantés en 2012. Très belle station et magnifiques montagnes. Je lui ai promis de faire la pub sur Facebook et sur le blog.
il y a beaucoup de musique, de soleil, accompagné par les sternes, douce cacophonie.
Défilé dans le quartier Albert Dock au bord de la mer et « open ceremony » dans l’Exhibition Centre, sorte de Parc des Expositions. Plus de 30 pancartes défilent (une par hôpital, enfants/adultes, famille de donneurs/donneur vivant). Hervé se prend au jeu, il me tire le bras vers le haut et je tiens aussi la pancarte. On s’éclate. Quelques discours courts, drôles et efficaces. Puis, une démonstration de gymnastique époustouflante. Et pour terminer, un duo à la guitare.
Fin de la cérémonie vers 20h : imaginez plusieurs centaines de personnes voulant manger dans les restos et ben, vous avez du mal… Alors, on a mangé à l’hôtel, pas très original sauf que j’ai quand même pris le traditionnel « Fish and Chip ».

FB_IMG_1469951371060 FB_IMG_1469951496240FB_IMG_1469951485400 FB_IMG_1469951492442

3e jour :
Le matin : visite du très beau musée et richement documenté, sur les Beatles nés à Liverpool.
Le midi : steakhouse
Et visite du musée de Liverpool sur son histoire, les transports….
Le soir : tour sur la Big Wheel et passage au Panam Bar qui est un « adult social event » pour écouter de la musique , boire une bière, regarder l’épreuve des Darts (fléchettes). Et là, je revois l’ami de Lynn au comptoir, qui me donne du CELLCEPT l’équivalent de 1,5 dose. Cela limite la casse au niveau des anti-rejets….. Malgré ce fort stress lié au risque de perdre le greffon, je suis heureuse avec Hervé. On profite.

FB_IMG_1469951477476 FB_IMG_1469951467904 FB_IMG_1469951462833 FB_IMG_1469951210113

4e jour :
Le matin : English breakfast complet avec les haricots blancs à la tomate si si…..
Départ pour les épreuves de natation : superbe piscine Wavertree Aquatic Centre de 50 m, propre, bien agencée.
4 épreuves au programme  : 50 m dos, 50 m papillon, 50 m et 100 m NL. Fatiguée par la péri-ménopause (ben si…) qui s’installe, le manque d’entraînement cette année font que ce ne sont pas mes meilleurs temps. Je suis contente d’avoir revu Deirdre, d’avoir nagé mon premier 50 m papillon même si j’ai beaucoup souffert, d’avoir été encouragée dans mes efforts « allez la France ! . Je me concentre sur le bassin, surmonte mes douleurs (tête et ventre) et une fois dans l’eau, je me sens bien. C’est parti. Tous mes départs ont été excellents grâce à une volontaire Mary.

Bilan : 1 médaille d’argent (50m papillon avec Tracy) et 1 Bronze (50 m dos) et 4e place pour les autres épreuves.
Heureuse de l’ambiance qui règne, de mon parcours, je suis « reboostée » pour me reprendre en main et retour sur le centre de Liverpool, main dans la main, en ayant trouvé l’arrêt de bus c’est plus rapide….

FB_IMG_146995145656720160730_141419 FB_IMG_1470832577975FB_IMG_1469951200693
Tour dans la Matthew Street, avec ses bars et notamment, la Cavern, début des Beatles.

FB_IMG_1469951177101FB_IMG_1469951452172 FB_IMG_1469951446619

Les BTG se terminent, le voyage sera délicat avec Hervé qui a été malade dans la dernière nuir à l’hôtel (problème d’intoxication alimentaire)

Les prochains BTG auront lieu à North Lanarkshire, en Écosse, à côté de Glasgow. A voir, car le même mois, auront lieu les Jeux Mondiaux des Transplantés, à Malaga en Espagne.

2016-2e trimestre-APS

voici les activités physiques et sportives pour le 2e trimestre 2016 :
rando :  425 km (en cumul j’ai dépassé la totalité de l’année 2015….)  il faut dire qu’à New York nous avons marché presque 100 km en 7 jours…..
natation : 5  séances (total : 4 400 m contre 11 100 m en 2015….)
VTC :  20 km
course à pied : 7 km pour se préparer à l’aquathlon
autres activités : 13  séances de 1 h env principalement de l’ULM, du jardin et une fois du tir et de l’athlétisme

un 2e trimestre actif marqué par la participation aux Jeux Nationaux des Transplantés et des Dialysés à Saint-Priest ainsi que par mon 1er aquathlon

continuer d’être en forme pour les projets sportifs 2016 !!!

2016 – Jeux Nationaux – Saint-Priest (69)

dossard

Voici quelques images de ma 7e participation aux Jeux Nationaux des Dialysés et Transplantés d’été après avoir été à Castelnaudary (2009), aux Sables d’Olonne (2010), Epinal (2011 et 2013), Biarritz (2014) et Montargis (2015). Ce sont des jeux marqués par des rencontres, du dépassement de soi, des émotions et des amitiés consolidées.

Je dédie cette page à mon donneur; sans toi, je n’aurais pas pu faire tout cela et aussi, à tous ceux qui se battent contre la maladie.

gerard+pierre+giseleAvec une mention spéciale pour Pierre CHARRETIER qui a porté ces jeux à bout de bras dans sa ville sanpriote où il s’est beaucoup investi depuis plusieurs mois. Cela reste mes meilleurs jeux nationaux d’été, il a vraiment mis la barre très haute pour les prochains jeux ! (au milieu entre Gérard et Gisèle)

Traditionnelle marche du don d’organes à travers la ville nouvelle et le village plus ancien. Le château de Saint-Priest est magnifique. A noter la présence du plus ancien greffé de coeur (+35 ans) à côté du maire, qui déclare les jeux ouverts. Je note aussi la présence du tram qui traverse toute la ville. J’apprécie l’implication de nombreux clubs de sports mais aussi du cirque et des écoles qui ont fait beaucoup de dessins sur le don d’organes. Voir la vidéo.

chateau st priestcortègedessin ecole7maire+greffé coeur +35ans

Pour le dépassement de soi,SAMSUNG CAMERA PICTURES
– athlétisme : avec Iole on s’était mis d’accord pour faire des épreuves ensemble pour « rigoler »: course de 60 m, lancer de balle, lancer de disque, lancer de vortex et aussi saut en longueur coché par mégarde…60m
– tir au pistolet et à la carabine : un club impressionnant par son nombre de pas de tir : 30 et très accueillant. J’ai vu une armurerie avec de vraies arbalètes. Cela m’a fait bizarre de me promener avec des armes entre l’armurerie et les pas de tir. Les résultats sont moins bons que d’habitude (mal au crâne et pas l’habitude d’être au sous sol) ni d’avoir à armer une carabine.
– natation : impasse cette année pour me réserver pour l’aquathlon
– aquathlon : une première et une vraie réussite !!! cf article sur aquathlon
– escalade : forfait car j’étais sur la route du retour…..
– vélo 20 km : forfait également
au total : 8 épreuves

Pour les amitiés consolidées : avec Christelle (ma coloc à l’hôtel), Iole (ma « rivale » dans les épreuves), Gisèle (venue de Suisse pour ces premiers jeux nationaux en France, à 70 ans elle reste pour moi un bel exemple de réussite de la greffe où riment vivacité, sourire et sportivité) et Catherine aussi, nous avons pris le temps de discuter durant ces jeux et j’apprécie leur amitié. Il y a tellement de monde qu’il est parfois difficile d’être avec tout le monde.

SAMSUNG CAMERA PICTURES gisele-velo gisele+cath+christelle

Rendez-vous l’année prochaine à Aurillac du 1er au 5 juin 2017 !

Quelques articles de presse  presse1presse2

 

Mon 1er aquathlon

Lors de l’inscription aux JNTD 2016 (Jeux Nationaux des Transplantés et des Dialysés) j’avais repéré cette épreuve « AQUATHLON » qui consiste à nager 400 m puis, courir ou marcher sur 2 km.
Déjà en 2015, je voulais me lancer le défi de faire un mini triathlon et finalement, j’avais renoncé en raison du transport de vélo.

Une fois inscrite, comment me suis-je préparée ? Plusieurs mois avant.
Pour la natation, je pratique en temps normal 2 séances hebdomadaires. J’ai travaillé l’endurance pour être capable de tenir 400 m sans m’arrêter à une cadence soutenue. Après 100 ou 200 m d’échauffement, je nage 400m sans interruption avec une seule nage ou en combinant crawl et dos crawlé, qui sont mes nages favorites. Mon meilleur temps, aux jeux européens de Zagreb de 2012 est de 12 minutes.
Pour la course à pied, j’ai repris la marche rapide et la course 1 fois par semaine en alternant marche et course. Puis, du vélo d’appartement, pour renforcer le cardio,  également une fois par semaine, séance de 20 min à 45 min.
Je reconnais que l’entraînement n’a pas toujours été régulier pour des raisons professionnelles ou personnelles (week-end où nous étions absents). Mais la motivation était au rendez-vous.
Une question demeurait comment s’habiller pour le jour J ? car je savais que je ne pouvais pas courir en maillot de bain et nager avec un soutif n’est pas quelque chose d’habituel. Il fallait prévoir une tenue où je mettrais le moins de temps possible à me changer. Une chose était sûre je ne nagerai pas avec les baskets aux pieds…. A la maison, j’ai essayé plusieurs vêtements, pris une douche et, couru juste après : on savait où je passais tout était mouillé parterre…. En fait, c’est curieux cette sensation de courir les pieds mouillés.

Matin du jour J : après la 1ère journée des jeux où j’avais marché plus de 10 km et enchainé 5 épreuves d’athlétisme. Je me lève avec un mal de crâne épouvantable et un mal de dos tenace. Je me présente aux 2 épreuves de tir (pistolet et carabine de 9h à 12h), c’est pas la grande forme et je prends sur moi de terminer ces 2 épreuves. Je mange rapidement et fais une sieste réparatrice d’une bonne heure (l’épreuve commence à 16h). Je me prépare en vérifiant 2 fois mon sac de peur d’oublier les lunettes de piscine/soleil, le maillot de bain, les baskets, les obturateurs d’eau….

Épreuve à – 30 minutes : la piscine de Saint Priest est magnifique, propre et très accessible. D’abord, très bel accueil par le club sanpriot de triathlon qui nous explique pour le dernier aller retour dans l’eau (pagaie dans l’eau) et le parcours de 2 boucles de 1km avec les petites bosses. Cela me rassure.
Je vois Jean-Claude, doyen de + 80 ans et transplanté de coeur de + 15 ans qui fait de l’humour en demandant si la piscine serait encore ouverte demain car il va mettre la journée et la nuit pour faire les 400 m.
Je vois aussi Manu, greffé rénal et administrateur de Montagnes d’Espoir, qui héberge ce blog et il me dit être content de pouvoir enfin faire une épreuve avec moi.
Et aussi Ludovic, greffé rénal,du forum de la Montagne d’Espoir dont ce sont ses premiers jeux.
Et Catherine, greffée cardiaque, que je connais depuis plusieurs années sur les épreuves de natation. Très bonne nageuse. Elle me dit s’être inscrite dans un club de triathlon très sympa et me dit d’y réfléchir car c’est bien de faire du sport sur 3 disciplines différentes dans la semaine. Son mari Claude prend des photos, dès qu’elles seront reçues je les mettrais.
Niveau stress je suis bien même si j’ai mal au dos. Le mal au crâne disparait lorsque je fais mon 100 m d’échauffement car les  épreuves de tir du matin ne sont pas vraiment un échauffement pour l’aquathlon…. Les autres n’ont pas nagé mais j’ai repensé après, que certains ont fait la piscine le matin.
Il fait beau. 15°C et un petit vent, je mettrai le TShirt porteur d’espoir pardessus comme coupe vent. On me marque le n°28 sur le bras et la jambe, là on se dit ouh cela ne rigole pas…. on m’explique aussi que j’aurai un bracelet pour dire que c’est ma 2e boucle oui des fois que j’en fasse 3 ou 4 hein….
Moment de panique quand j’apprends qu’il faut sortir du bassin au bout de la piscine et qu’on va me soulever je me dis oh oh. Et là, Catherine me propose qu’on nage dans la même ligne d’eau du côté de l’échelle à bassin, je dis ok sans hésiter.
Et 5 min avant le départ, je vois Pierre et curieusement cela m’a fait chaud au coeur qu’il soit venu. Il me propose de m’aider pour le top départ car il sait que je n’entends rien et que les départs en natation restent problématiques pour moi. Je suis touchée mais je lui dis qu’on est pas à 3 secondes près vu la distance, on rigole.

Enfin l’épreuve arrive !!! Je suis concentrée, je respire calmement et me fixe comme objectif de terminer entre 35 et 45 min. Plouf dans l’eau c’est parti ! Le soleil tape dans l’eau et rend l’eau encore plus transparente. Au bout de 150 m de crawl je suis bien au niveau cardio mais mon dos me tiraille, je fais 50 m de brasse c’est pire. A 200 m, je vois Simon sortir de l’eau je me dis waouw…. Catherine sort peut de temps après, là je dis bravo et je suis contente pour elle. Après, je termine mes longueurs au dos crawlé au moins cela repose le dos mais, je perds du temps. Sortie de l’eau à 17 min, cela me met en coup au moral et en même temps, je vois que je ne suis pas la dernière alors cela me booste.
A la transition, j’ai oublié la casquette au vestiaire cela m’énerve heureusement, j’ai mon masque-tête-foulard que j’essaie tant bien que mal de mettre sur la tête.
J’avais mis le cardio-fréquence-mètre car le cardiologue ne souhaitait pas que je dépasse les 160 pulsations minute. Au moment de démarrer les 2 km : je suis déjà à 130 bpm. Au bout de 500 m, je suis déjà à 160 bpm donc je marche. En fait, durant les 2 km, je vais alterner course et marche pour rester en dessous des 160 bpm.
Sur le parcours, à chaque changement de direction, un membre du club m’encourage, cela me fait du bien.
Je pense à mon donneur, à Hervé, à mon papa, tous fiers de moi.
Quand je vois le bracelet, je me dis : vas y donne du jus, tu as fait les 2/3 de l’épreuve.

Enfin l’arrivée ! Je termine les derniers 300 m en courant, je suis heureuse et surprise par tout ce monde à l’arrivée, qui applaudit. J’ai su après, que tout le monde avait aussi applaudi à ma sortie du bassin mais, je n’ai rien entendu. Je vacille un peu car beaucoup d’émotions ressurgissent en moi en pensant à tout le parcours à notre histoire, la maladie, la greffe, mon handicap.

Et super contente de mon premier aquathlon terminé à 37’27. Je pense avoir de la marge. On se félicite entre les greffés. Je remercie les membres du club pour leur gentillesse. Ils nous ont offert à chacun une tasse « aquathlon ». Touchée de ce geste amical.
Vraiment ce 1er aquathlon restera gravé dans ma mémoire. Cela m’a donné des ailes, je pense revoir mon activité physique à mon retour de vacances… En tout cas, cela a un goût de reviens-y.

Voilà les photos :

img_2600-copie_mg_2624-copieimg_2601-copie

journée à Planet’Air – Chambley (54)

Pascaaffichel, mon instructeur d’autogire me parle des journées de l’Ascension à Chambley Planet-Air, journée portes ouverte de l’aéronautique.
L’affiche semble alléchante et avec Hervé, on se rend  là-bas ce jeudi de l’Ascension pour voir cette rencontre entre les métiers liés à l’aéronautique.
code OACI : LFJY
Récit d’une journée pas comme les autres…. ensoleillée mais très venteuse (plus de 45 km/h sur la manche à air).

Après 2 h  de route, on arrive à Planet-Air, immense site géré par la région Lorraine, regroupant une zone aéronautique (190 ha), une zone d’aviation de loisirs (20 ha), et une zone industrielle liées à l’aéronautique (80 ha). C’est également un site de formation aéronautique européen. le site est mondialement connu pour ses rassemblements de montgolfières.

Sur ce site à proximité de Metz, sont pratiqués avion, ULM, montgolfière, planeur, kite surf, et hélicoptère. Plus de 120 aéronefs basés avec + 250 pilotes.

D’abord, je suis impressionnée par la taille des hangars. Un hangar par type d’aéronefs. Rien que pour les ULM, c’est une exposition de plus de 30 ULM : des paramoteurs, appareil de voltige, 2 axes, 3 axes, pendulaire,  mais pas d’autogire….

Un hangar pour les planeurs, un pour les avions, un pour les montgolfières.

Quelques photos devant le hangar des hélicoptères.

Copie de 20160505_113622Copie de 20160505_113626Copie de 20160505_113618

Visite du hangar de l’aéromodélisme. Les maquettes sont impressionnantes et on sent bien la passion des aéromodélistes, lors de leur démonstration.

Copie de 20160505_114041Copie de 20160505_114049

Des cerfs volants et des montgolfières sont également présents.
Des baptêmes de l’air sont prévus sur tous les aéronefs ainsi que des démonstrations par des pilotes confirmés.
Un petit arrêt sur les voitures anciennes et des anciens tracteurs….

On s’arrête aussi au stand des métiers lycée + marine nationale. Toujours intéressée par les porte-avions, rafale, … Le lieutenant me dit que je peux prendre les affiches correspondantes, cela me donne l’idée de faire des sets pour le moins original….Copie de sets

2016/03/22-suivi trimestriel

Suivi trimestriel à A8M3 (lire 8e année et 3e mois de greffe) avec prise de sang à 7h30 puis, les urines.

Je passe avec Dr PETRACHE, qui me signera tous les certificats médicaux pour les JNTD de Saint-Priest, de Rêves de voile et aussi, des Bristish Transplant Games yes !

Les résultats médicaux sont normaux : créatinine toujours inférieure à 90,  tension 13/7.

Mais une forte migraine en pleine matinée me fera souffrir à un point que j’aurai droit à une perfusion d’un anti-douleur très puissant et repos à forcé à l’hôpital, tant que j’échappe à l’hospitalisation tout va bien…..

2016-1er trimestre-APS

voici les activités physiques et sportives pour le 1er trimestre 2016 :
rando :   293 km (soit l’équivalent de la moitié de l’année 2015…)
natation : 7 séances (total : 6 800  m)
VTC : 77  km
course à pied : 7 km
autres activités :  12 séances de 1 h principalement de l’ULM
ski nordique : 16 km

un premier trimestre peu actif (natation en forte baisse par rapport à 2015, j’étais déjà à 16 000 m) compensé par plus de marche journalière et par le stage de ski de fond / biathlon à la Bresse

continuer d’être en forme pour les projets sportifs 2016 !!!

Les greffés font du ski à La Bresse (Vosges)

En 2011, lors de ma participation aux jeux nationaux des transplantés et des dialysés d’hiver à la Chapelle d’Abondance, une émission était passée sur France 2 sur le thème « les greffés font du ski » (d’où le titre). Excellent souvenir.
Depuis, chaque année, se tient un week end de ski pour les dialysés et les transplantés, jeunes et moins jeunes, organisés par Trans-Forme. Pour ma 2ème participation, après La Chapelle d’Abondance, cela se passe du 7 au 10 janvier 2016 dans la station de La Bresse-Hohneck dans les Vosges.
Nous étions20160108_210308 7 greffés (3 jeunes Julia 10 ans, Cathy 14 ans, Fatima 16 ans et 3 adultes : Christel, Jean-Luc et moi) et le gentil organisateur / accompagnateur : Gérald. Photo prise dans le réfectoire.

J’ai covoituré avec Christel depuis Reims. Le voyage s’est fait sans encombre.Nous avons mangé et dormi au chalet d’Artimont, sorte de colonie de vacances ouverte toute l’année quasiment. On a s’est retrouvé parmi des classes de neige, une équipe de foot (de Sedan cela ne s’invente pas quand on vient des Ardennes….) et des étudiants très sages si si…. Mention spéciale à Bruno le directeur du centre qui nous a accueilli durant le stage et donner les informations nécessaires pour que tout se déroule bien.
Durant le stage, j’ai choisi le ski nordique et le biathlon avec Christel. Car je pratique depuis de nombreuses années ainsi que le ski alpin. Mais j’ai toujours préféré le ski nordique pour son endurance (on se rappelle qu’on a des muscles) et le fait d’être au milieu de la nature. Les autres ont fait du ski alpin en 2 groupes selon leur niveau.

IMG_2554IMG_2555

Le départ du ski de fond se fait à Lispach une autre station un peu plus haute en altitude que La Bresse à côté d’une retenue d’eau à moitié gelée. On a 30 cm de neige à 1000 m d’altitude, c’est suffisant pour le ski de fond. Les moniteurs nous expliquerons que la saison vient juste de commencer et que la neige est acheminée par camions car, les canons à neige ne peuvent pas être mis en route en raison de la douceur actuelle.

Le 1er jour : ski nordique avec 2 moniteurs différents Luc (ancien biathlonien de haut niveau 4e au JO de Sarajevo) et Yvon (sportif). Ils nous rappellent les bases du ski de fond, comment freiner, comment moins se fatiguer. Et surtout que cela doit rester un plaisir. Yvon me fera descendre sans bâton pour que je maîtrise mieux ma peur dans les descentes et sente mieux les sensations.
Tous les 2 sont des passionnés sportifs et très ouverts, ils sont attentifs à notre ressenti, notre parcours de greffées.
Belle journée avec un peu de neige en fin de journée. Mais on aura fait pas loin de 12 km. On a pris des couleurs et des douleurs musculaires, c’est sur… mais le plaisir est là.

IMG_2552IMG_2553

Le 2e jour : biathlon avec Véronique Claudel (championne olympique de la discipline à Albertville). Elle nous donne des explications sur la manière de se tenir, de viser surtout entre le tir couché (rechercher le centre du point noir après avoir aligné les 3 visées) et le tir debout (rechercher le point noir et contrôler la respiration au 3/4) . Le matin avec des carabines laser pour maîtriser la visée et tirer autant que l’on veut; l’avantage est que la carabine est plus légère. Tout au long de la journée, alternance entre les tirs et les tours en ski de fond ben oui le biathlon ce n’est pas que tirer…. A la tête que je fais quand je rate le tir elle a une phrase magnifique ; ce n’est pas grave, l’important est de savoir pourquoi la cible est manquée.

Elle est impressionnée par nos tirs. Je lui explique que j’en fait depuis 2009 lors des jeux d’hiver des transplantés et des dialysés et Christel en a fait aussi mais, il y a plus longtemps. L’après midi, avec des carabines à air comprimé (avec des plombs); elles sont plus lourdes 4 kg quand même et il faut remplir le barillet. Pour la 1ère fois, je fais des tirs de précision pour régler l’arme; elle me montre comment régler selon les 2 axes. Sans mentir j’ai dû tirer plus de 100 fois entre le matin et l’après midi. Elle a fait des photos magnifiques de chacune de nous 2.

IMG_2556IMG_2561IMG_2557

IMG_2563

 

IMG_2562IMG_2564

Le dernier soir, on s’offre un moment de détente entre « jeune » du babyfoot20160109_204307

Le dernier jour : retour à la maison. Sous une pluie battante, au petit déjeuner nous décidons de ne pas faire le ski de fond pour ne pas prendre froid durant le voyage.

Mes collègues ont rajouté une dédicace Martine-biathlon martine.biathlon

article-vosges-matin)Et un article est paru dans Vosges Matin

Très bon week-end de ski que je recommande à tous les greffés / dialysés

A la prochaine pour un autre stage de ski ?

Chouchou est partie

Chouchou est partie le 11 janvier 2016, elle avait 14.5 ans.
En 2002, je voulais un berger allemand pour garder la maison de Briare et Patrice, mon cousin, me dit : « tu verras je t’ai trouvé un p’tit bout de chou, tu devrait bien t’entendre avec elle ».

Que de bonheurs partagés.

En hiver, elle adorait la neige. Elle attendait les premiers flocons. Elle se roulait dedans et jouait avec Stecy.

IMGP1502IMGP0055IMGP0106

Ominiprésente dans notre vie avec StecyIMGP4262Elle partageait aussi ma maladie, ma tristesse et savait me détendre, Toujours fidèle au poste même quand elle était blessée. Je sais qu’elle veillera toujours sur moi, sur nous.

IMGP0156IMGP2648IMGP2654

Elle aimait être mouillée sous la pluie, alors que je lui avais construite une niche…

Par contre, elle avait peur de l’eau, je l’ai sauvé 2 fois de la noyade dans le canal de Briare

IMGP7023IMGP0757

Elle avait des regards : « oups je crois que j’ai fait une bêtise, tu m’en veux pas hein ? » ou « t’as vu je fais des rollmops avec la langue » ou encore « youpi c’est les vacances »

IMGP4431IMGP2702IMGP1776

IMGP4289

 

Elle aimait la nuit, chasser les mulots, rester des heures entières dehors

 

 

Elle va reformer le tandem avec Stecy, elle va nous manquer.

Repose en paix Chouchou.

IMGP0282