Article mis en avant

Autogire, nouvelle passion

Normalement,  je remplis ce blog uniquement sur mon ressenti par rapport à mon handicap auditif, ma greffe (et indirectement mon donneur) et les activités physiques et sportives en lien avec ma maladie.

Mais voilà, en 2015, j’ai réalisé un de mes rêves, une de mes passions : commencer à apprendre « à voler de mes propres ailes », qui est le leitmotiv du site web de Montagnes d’Espoir « Vivez vos passions », où plusieurs blogs sont hébergés pour partager et expliquer la vie de malade et ainsi, montrer la vie d’un(e) greffé(e).

Je pressens que cette nouvelle activité va prendre de plus en plus de place dans mon emploi du temps et aussi, dans mon porte-monnaie… D’où l’importance aussi de continuer à travailler pour s’offrir ce nouveau plaisir. Je souhaite vous faire partager mon ressenti sur cette passion, parfois méconnue et aussi, pour ceux ou celles qui seraient intéressé(e)s.

De quand date cette envie de voler ? Je pense précisément à l’age de 2 ans et demi où, durant la semaine d’examens dans un hôpital à Lyon, séparée de mes parents, j’avais dû voir les avions voler, et cela m’avait aidé à supporter la séparation familiale et la douleur des examens. Et à la sortie de l’hôpital, la 1ère chose que j’avais demandé était un avion….. J’ai aussi toujours aimé la patrouille de France, la série « les têtes brûlées », le salon de l’aéronautique du Bourget, j’ai pris plusieurs fois l’avion pour voyager…. Plusieurs personnes m’avaient déconseillé cette activité en raison du bruit pouvant altérer la seule oreille entendante. Et puis, sur le plan financier, j’avais préféré investir dans l’immobilier. Les années ont passé, j’avais d’autres passions à réaliser comme la trompette, instrument que j’ai appris sur le tard et dont j’éprouve toujours du plaisir à  jouer. Je pense qu’il fallait aussi de la maturité physique et psychologique pour piloter. Il se trouve qu’en 2015 après 8 ans de greffe, je suis au summum de ma forme et bien dans ma tête;  c’est important vu la concentration que cela demande.

Comment le déclic s’est fait ? Sans mentir, ce sont les baptêmes de l’air où on ne touche à rien, d’où l’importance d’en faire pour voir déjà si vous avez peur ou pas. Et après, d’effectuer des vols d’initiation où on commence à toucher les commandes en double commande. Les coûts sont très variables selon les ULM ou les avions, à partir de 50-70 € vous pouvez déjà voler 1/2h et vivre vos premières sensations. Je recommande aussi d’en discuter avec des professionnels/passionnés, de vous renseigner sur internet comme le site de la DGAC et surtout, de préparer votre budget… et enfin, de prendre votre décision. Pour ma part, les passionnés qui m’en ont parlé sont Arnaud, Yann, Fred, Thierry, Pascal, et il y aura tout ceux qui ont essayé de m’en dissuader en me parlant des statistiques d’accidents, de la dangerosité des avions/ULM. Mais la passion l’emporte toujours ! Écoutez votre cœur, votre corps et votre tête !!! Et surtout merci à Hervé, qui me soutient et m’encourage dans ma passion, car elle me met « des étoiles dans les yeux ».

Le 1er baptême de l’air a eu lieu en mai 2015 dans un avion Cessna dans le cadre des Jeux Nationaux des Transplantés et des DIalysés de Montargis en 2015 où j’avais été particulièrement secouée et le vol très long (partie 3h au lieu de 20 min avec un déroutage improvisé sur l’aérodrome d’Auxerre) et cela aurait pu me dégouter, que nenni !

Le 2ème baptême était sur un autogyre avec Azur ULM à Corbeny dans l’Aisne organisé par Reims Handisport en septembre, qui m’a fait ressentir les premières sensations de liberté, d’adrénaline, de sentir le vent (un peu comme sur une moto). L’autogyre  était de type ELA en tandem : pas de cockpit et le passager est assis derrière le pilote. « Des étoiles plein les yeux ». Pourtant, il faisait pas très beau et froid.

IMG_2320IMG_2339

A la suite de ces 2 baptêmes, je me suis renseignée pour faire des vols d’initiation dans les clubs ULM à proximité de Reims et de Rethel, et le premier à répondre fut celui de Reims Champagne ULM à l’aérodrome de Prunay,

J’ai effectué 2 vols avec Thierry szenair109-610x370ur un multiaxe (sorte de petit avion en plus spartiate et plus léger) en septembre et octobre 2015, A la suite de ces 2 vols, et après discussions, il m’a conseillé d’apprendre sur un autogire sur l’aérodrome d’Epernay-Plivot avec Pascal.

Entretemps, j’avais procédé à des vérifications médicales auprès de l’ORL (pour le bruit par rapport à l’audition), de l’audioprothésiste (pour adapter la prothèse au casque audio), du médecin traitant (pour la délivrance du certificat médical obligatoire) et du néphrologue (par rapport à la prise des médicaments anti-rejets suite à la transplantation rénale), le feu vert médical est enfin donné fin octobre.

Alors avion ou ULM ? quand mon cœur balance …. Quand je vois le parcours de combattant pour l’aspect médical ULM (qui je le précise, n’a rien à voir avec la visite médicale annuelle aéronautique qui est plus poussée et plus exigeante). Plus, le fait que le nombre d’heures de vol annuel pour piloter l’ULM ne soit pas imposé comme pour l’avion, qui est de 12h/an. Et aussi, que l’ULM soit plus « simple » à piloter, ce que j’ai pu constater après un autre vol en avion – beaucoup plus tard – avec Yann. Tout cela me fait réaliser que mes problèmes de santé seront toujours un frein pour apprendre à piloter un avion. Et que, l’ULM semble le meilleur compromis pour ceux ayant des problèmes de santé. Attention, il faut quand même toujours être en plein possession de ses moyens intello-physico-psychologiques !!! Car piloter c’est être responsable pour ne pas vous mettre en danger, ni la vie des autres. On n’est pas tout seul là-haut…

IMG_2543autogirexenonepernay-plivot

Et le 7 novembre 2015, je prends mon 1er vol d’initiation aux commandes d’une heure sous les yeux d’Hervé…. J’ai pris place dans un autogire de type Xenon (la forme ressemble beaucoup à un hélicoptère et pourtant cela n’a rien à voir. Il y a un cockpit où on est assis l’un à côté de l’autre). Un vrai régal, une vraie découverte, pleins de sensations et encore plus d’adrénaline. Appareil très maniable, très réactif, très bruyant aussi. A peine le pied posé au sol au retour de ce vol, je me décide à m’inscrire pour me former (140 € de l’heure) avec Pascal, qui devient mon instructeur avec comme objectif d’obtenir mon brevet en 2016.

S’enchaîne ensuite la commande sur internet du Manuel du pilote ULM, le carnet de vol, la licence-assurance ULM et les cours de pilotage 1 à 2 fois par semaine. Dans ces cours, on fait surtout des décollages/atterrissages autour de la piste d’Epernay, des virages à 360° et des simulations de panne moteur; qui peuvent être utiles en cas de panne.

Au 31 décembre 2015, j’ai suivi 10 séances de 35 à 45 min chacune. A chaque fois, je mesure les progrès et surtout, j’apprécie la pédagogie, le sérieux et la disponibilité de Pascal.

IMG_2333IMG_2336Pour la 1ère séance du 2 janvier 2016, Pascal me prend en photo. On voit la piste de l’aérodrome d’Epernay-Plivot en bas à gauche.

Info importante pour les porteurs de prothèses auditives : il existe un accessoire (TEK pour SIEMENS, MDEX pour WIDEX ou autre nom selon les modèles de contours, il faut compter au moins 300 €) qui permet de mettre en place le système suivant : couper le son environnant bruyant et entendre uniquement le pilote et la radio, ce qui protège l’oreille.

Autre info importante pour les greffés ayant des prêts immobiliers en cours : bénéficiaire de la convention AERAS (pour les risques aggravés de santé) j’ai prévenu l’assurance et après devis, cela me coûtera environ 700 € sur les 8-10 ans restant à payer des prêts alors que la FFPULM propose également une garantie accident de la vie à peu près similaire au niveau des montants. Je la prendrai après la fin des crédits immobiliers.

Mes collègues se sont amusés avec l’affiche avec un clin d’œil sur la construction de l’A304, qui reliera Charleville à Rocroi, projet autoroutier sur lequel je travaille depuis plusieurs années.        autogire3

Projets sportifs pour 2017

5-8 avril 2017 : salon aviation à Friedrichshafen en Allemagne à voir (non)
24-28 mai 2017 : Jeux Nationaux des Transplantés et des Dialysés à Aurillac (15) inscription faite
24 juin-2 juillet 2017 : Jeux Mondiaux des Transplantés à Malaga (Espagne) inscription faite
27-31 juillet 2017 : British Transplant Games à North Lanarkshire (Écosse) à voir
Septembre : Loire à Vélo sous réserves de contraintes professionnelles
2017 – challenge EDF Handisport (non prévu en 2017)

2009 et suivant – bilans annuels après la greffe

Cet article traite du suivi médical de la greffe, année par année et plus particulièrement, des bilans mensuels à partir de 2009, deux autres articles traitent l’un de la période avant la greffe et l’autre, de la greffe et de la 1ère année. Je raconte mon vécu, au fil de l’eau, il n’y aura très peu de données médicales, car cela reste assez personnel.

2016 : Changement de directeur de projet sur le plan professionnel d’où une meilleure motivation et réalisation d’un bilan de carrière. Réorganisation de la DREAL avec la fusion des 3 régions pour constituer le GRAND EST. 3e année avec Reims Handisport en natation, 2 crises de migraine dont une très forte et traitée au CHU Reims. 2 accidents de voiture. Constantes stables. Légère prise de poids. Créatinine toujours < 90.

2015 : RAS sur le plan professionnel. Inquiétude par rapport à la fusion des régions. 2e année avec Reims Handisport en natation, TB intégration et motivation pour la natation. seulement 2 crises de migraines. Constantes stables. Légère prise de poids. Créatinine toujours < 90.

2014 : une année accomplie sur le plan professionnel avec un aménagement du poste de travail 2 jours à Reims et 3 jours à Chalons d’où moins de fatigue. Première année avec Reims Handisport en natation, TB intégration et motivation pour la natation. 5 crises de migraines dont une aggravée par un générique. 1 accident de trajet. Constantes stables sauf pour le cholestérol, vitamine D et fer un peu faible. Poids stable. Créatinine toujours < 80.

2013 : une année difficile sur le plan professionnel, une fatigue liée aux trajets quotidiens 120km/jour me fera arrêter presque 1 mois, + de 5 crises de migraines, une baisse de l’audition de -5dB sur toutes les fréquences fera accélérer le changement de la prothèse auditive et une entorse au pouce droit limitera mes activités sportives. Sinon les constantes sont stables, créatinine toujours inférieure à 80, à noter une baisse du cholestérol malgré une reprise du poids +5kg

2012 : un accident de trajet, une mutation professionnelle, reprise de poids +6kg, une opération mammaire. Sinon les constantes sont stables, créatinine toujours < à 80……

2011 :

2010 :

2009 :

2016/12/23 – bilan annuel

Aujourd’hui n’est pas une journée comme les autres, il s’agit du bilan annuel : 9ème bilan pour mes 9 ans de greffe, anniversaire de greffe la semaine suivante.

Cela commence chez soi par le recueil des urines 24h qu’il faut mettre dans une bouteille de 0.50 l (alors que d’habitude c’est juste un petit tube). Après, il faut aller à l’hôpital à jeun, ne pas oublier les médocs et arriver à l’heure. J’arrive juste à l’heure.

Le bilan annuel a pour objectif de vérifier si le greffon va bien et également, le reste du corps c’est pourquoi, il y a beaucoup d’examens ce jour-là.
En arrivant dans ce couloir, la 1ere chose à faire est de mettre un masque en papier car, une bactérie avait contaminée quelques patients il y a quelques années et depuis, par précaution, les praticiens nous demandent de mettre les masques. Et après, qu’est-ce qu’on fait ? eh ben, on attend d’être appelé… Et en attendant, on dit bonjour aux infirmières et aux patients bien patients,. Je vois Florence qui est greffée depuis 18 ans avec son papa. Ils sont très actifs au sein de l’AIRCA, association des insuffisants rénaux depuis de nombreuses années. On discute

Dans les examens, le bilan sanguin avec pas moins d’une quinzaine de tubes, qui vont être prélevés pour permettre les bilans suivants ::
– bilan hématologique pour voir s’il y a assez d’hémoglobine, pas d’anomalie au niveau des globules blancs/rouges, plaquettes….
– bilan hépatologique pour vérifier le bon fonctionnement du foie
– bilan inflammatoire pour vérifier les infections,
– bilan sérologique (analyse sur le sérum du sang) pour évaluer l’immunité à une maladie en mesurant la quantité d’anticorps spécifiques (VIH, toxoplasmose, CMV et d’autres noms plus barbares)
– immunologie pour vérifier le système immunitaire
– bilan métabolique pour vérifier le taux de cholestérol, les triglycérides, le calcium, la glycémie….
Rien à signaler du côté des prises de sang si ce n’est un rappel du néphro à mon retour à mon domicile pour refaire une prise de sang en « contrôle » en ville la faute au potassium un peu élevé
et aussi les urines pour s’assurer de la fonction rénale et s’il n’y a pas d’infection urinaire. Les patients font eux-mêmes les analyses avec une bandelette d’urines et un appareil prévu. Alors, on s’entraide car des fois, des personnes n’arrivent pas à le faire.

Après le petit-déjeuner vont s’enchainer les examens, on se balade dans les couloirs du CHU Reims que je commence à bien connaître. Par moment, quand je suis seule; je pense à mon donneur et j’ai un pincement au coeur.

D’abord la radiologie, j’aurais droit à une radio des poumons, une échographie des reins (le greffon et les reins natifs avant la greffe) et un écho doppler pour vérifier le fonctionnement de l’artère rénale.
Pour l’échographie, je tombe sur un « ancien » que j’avais vu lors de la 1ère année de greffe, il me dit que tout va bien.

Après, retour au service néphrologie où on me fera un électrocardiogramme au repos. Alors, petit conseil: ne pensez pas à votre chéri(e) pour cet examen sinon votre cœur va battre la chamade !!!

La journée de bilan se termine, on fait un débriefing avec son chéri car il stresse aussi de savoir comment cela se passe. Pour les résultats, il faudra patienter le 23 janvier 2016, date de la consultation annuelle où un néphrologue fera la synthèse de tous les résultats, plus les examens en ville comme la dermatologue, le gynécologue, le dentiste, l’ophtalmologue, et un ORL et le pneumologue pour moi.

Elle me posera des questions sur l’année 2016 (pour savoir s’il y a eu des incidents médicaux, comment se passe le boulot, la famille, si je fais du sport) bref, c’est le moment de poser toutes vos questions existentielles !

La meilleure nouvelle viendra quelques jours après, en apprenant la greffe de Martine, une connaissance du travail qui était en dialyse depuis presque 2 ans. Une nouvelle page va s’ouvrir aussi pour elle.

2016-4e trimestre-APS

voici les activités physiques et sportives pour le 4e trimestre 2016 :
rando :  308 km dans la moyenne des autres trimestres
natation : 2  séances (total : 2800  m) en nette baisse
autres activités :  17 séances de 1 h (ULM, rangement sous-sol, trompette, bricolage)

un dernier trimestre peu actif

2008 et + : bilan activités sportives après la greffe

2016 : 1 352 km rando (c’est un record !),98 km VTC, 15 km cross, 19 500 m natation (c’est 3 fois moins que l’année précédente: démotivation importante), 16 km ski nordique,  54 séances mini cardio (jardin+voile+ulm+sarbacane)
2015 :
660 km rando, 160 km VTC, 2 km cross, 63 100 m natation, pas de ski, 62 séances mini cardio (jardin+voile+avion+ulm+tir laser+sarbacane+boccia)
2014 :
371 km rando, 30 km VTC, 3 km cross, 50 000 m natation, 29 km ski nordique, 29 séances de cardio (jardin+voile+golf)
2013 :
307 km rando, 180 km VTC, 3 km cross, 50 000 m natation, pas de ski, 62 séances fitness
2012 :
496 km rando, 112 km VTC, 123 km cross,  46 300 m natation, 36 km ski nordique, 20 séances fitness
2011 :
230 km rando, 43 km VTC, 34 km cross, 66 000 m natation, 17 km ski nordique, 13 séances fitness
2010 :
138 km rando, 285 km VTC, 41 km cross, 20 000 m natation, 29 km ski nordique, 17 séances fitness
2009 :
177 km rando, 352 km VTC,  3.1 km cross, 22 800 m natation, 6 séances fitness,  3 km ski nordique, 1 jour ski alpin
2008 :
325 km rando, 28 km vélo, 90 km VTT, 1 000 m natation, 15 séances fitness. On constate que, sur cette première année post-greffe, la reprise est timide pour la natation, le vélo, le ski et le cross….par contre, la rando a été une vraie thérapie !

Le coing, çà en bouche un coin !

coingJ’adore le coing, ce fruit d’origine méditerranéenne, qui rappelle le soleil.
Je souhaite vous faire partager les recettes multiples qu’on peut faire avec ce fruit  : gelée, marmelade, compote, pâte de fruits et même le vin de coings….

Conseils :

– je conseille de commencer la recette de la gelée et utiliser la pulpe des coings pour réaliser la marmelade, compote et pâte de coings. La recette du vin de coings est une recette complète, à part
– dans tous les cas, ne jetez pas le cœur et les pépins, ce sont eux qui développent le parfum si caractéristique du coing => les mettre dans une mousseline ou bande de gaz (éviter le torchon de vaisselle car cela sent le produit ménager…)
– pour savoir si la cuisson est bonne. Pour la gelée ou la marmelade : une goutte sur une assiette doit se figer et ne pas couler et pour la pâte de coings : la pâte doit se détacher de la casserole

La gelée de coings :

gelee

– ingrédients : 2 kg de coings + 1,2 kg de sucre + 1 sachet de gélifiant (vitpris ou autre, gélifiant à base de pectine de fruits, on peut prendre aussi de l’agar agar)
– bien essuyer les coings pour enlever le duvet
– enlever les cœurs et les pépins et les mettre dans une mousseline
– couper les coings en morceaux sans les peler
– mettre 2 l d’eau, mijoter 15 min à couvert
– récupérer le jus en mettant les fruits dans une passoire, surtout garder la pulpe pour d’autres usages !!!
– ajouter gélifiant et faire bouillir pendant 3 min tout en remuant
– ajouter le sucre et faire bouillir de nouveau pendant 3 min tout en remuant

gelee-jaune

– remplir les pots, fermer les couvercles et retourner les couvercles encore chauds pour faire du vide ; cela évite la paraffine ou le plastique sur le pot mais pour cela il faut ébouillanter les pots avant ….
– la gelée est prise après plusieurs jours et se conserve plusieurs années

– couleur : du jaune limpide clair à un rose clair

La marmelade de coings :marmelade

– on prend la pulpe déjà cuite, issue de la gelée ou 1Kg de fruits + 50cl eau + jus de citron et faire cuire pendant 20 min pour obtenir la pulpe
– ingrédients : 1 kg de pulpe de coings + 0.8 kg de sucre et on peut ajouter 1 jus de citron ou 1 cuillère de cannelle
– mixer la pulpe et ajouter le sucre
– faire cuire doucement pendant 15 min
– mettre dans des barquettes en alu ou boites plastique      rectangulaire
– se conserve plusieurs années
– aspect : pâte un peu épaisse de couleur marron foncé

La compote de coings :compote

– on prend la pulpe déjà cuite, issue de la gelée
– ingrédients : 1 kg de pulpe de coings + sucre selon votre goût (perso je n’en mets pas) on peut aussi mélanger avec de la compote de pommes ou compote d’autres fruits
– mixer la pulpe
– consommer rapidement ou mettre en pot et congeler
– aspect : pâte un peu épaisse de couleur jaune clair

La pâte de coings :pate-de-coing

– ingrédients : 2 kg de coings (ou de pulpe de coings) + 2,6 kg sucre + 3 sachets de gélifiant
– bien essuyer les coings pour enlever le duvet
– enlever les cœurs et les pépins et les mettre dans une mousseline
– couper les coings en morceaux et faire cuire avec un peu d’eau mijoter 15 min à couvert ou utiliser la pulpe issue de la gelée
– mixer la pulpe
– ajouter gélifiant et faire bouillir le jus + gélifiant pendant 3 min tout en remuant
– ajouter le sucre faire bouillir de nouveau jusqu’à ce que la pâte se détache des parois de la casserole. Attention aux projections !!!
– mettre du papier sulfurisé sur une plaque rectangulaire
– étaler la pâte sur 2 cm d’épaisseur, laisser refroidir 24h
– mettre dans une boîte carrée ou rectangulaire en alternant une feuille de papier sulfurisée et de la pâte de coing car cela colle
– se conserve plusieurs années au frigo dans une boîte fermée
– astuce : découper des plaques de la taille de la boîte en récupérant le papier sulfurisé et découper la pâte de fruit selon les besoins. cela évite de les enrober de sucre car la pâte de coing est déjà bien sucrée….
– couleur marron foncé
– la pâte de coing agrémente très bien le fromage tel que fromage de brebis, comté… ou à manger simplement comme une confiserie « maison ».

Le vin de coings :vin-de-coing

– ingrédients (pour 7 bouteilles) : 2,5 kg de coings + 5 litres de vin blanc (Merlot ou Sauvignon) + 1 litre d’eau de vie (ou alcool pour fruits à 40°) + 1 kg de sucre
– bien essuyer les coings pour enlever le duvet
– sans les peler et sans enlever le cœur, coupez les coings en petits morceaux.
– laissez macérer coings + sucre dans une grosse bassine pendant 3 jours
– verser l’eau de vie et le vin, recouvrez d’un couvercle pendant 1 mois maximum.
– filtrez et mettre en bouteille
– couleur ambrée
– servez bien frais en apéritif

2016 – actions associatives

Dans l’organisation d’événements : aucun

Présence à des stands pour le don d’organes :
– 28/05/16 : la Champenoise à Reuil (51)

Autres actions :
– 23/04/16 : Assemblée générale de l’AIRCA (Association des Insuffisants Rénaux de Champagne Ardenne) et élue pour être membre du conseil d’administration
– 03/09/16 : 1er conseil d’administration de l’AIRCA

2016-3e trimestre-APS

voici les activités physiques et sportives pour le 3e trimestre 2016 :
rando :   336 km
natation :  5  séances (total :   5 500 m)
VTC :   0 km
course à pied : 0 km….
autres activités :  14  séances de 1 h (ULM et nettoyage sous sol)

un 3e trimestre peu actif marqué par la participation aux British Transplant Games à Liverpool

continuer d’être en forme pour les projets sportifs 2016 !!!

2016/08/30-suivi trimestriel

Suivi trimestriel à A8M8 (lire 8e année et 8e mois de greffe) avec prise de sang à 7h30 puis, les urines.

Je passe avec Dr PETRACHE qui me demande comment se sont passer les Bristish Transplant Games et me pose aussi des questions sur les jeux nationaux, européens et mondiaux !

RAS et les résultats médicaux sont normaux : créatinine toujours inférieure à 90,  tension 12/6.

 

Résultats aux Jeux Internationaux des Transplantés

British Transplant Games (BTG)

2016 : Liverpool (UK)
1 Bronze : Natation 50 m dos 1’18
1 Argent : Natation 50 m papillon 2’48
4e place : Natation 50 m NL 1’07
4e place : Natation 100 m NL 2’48

2015 : NEWCASTLE (UK)
1 Bronze : Bowling
1 Argent : Natation 50 m dos 1’13
1 Argent : Natation 50 m NL 1’02
1 Bronze : Natation 100 m NL 2’20

Jeux Européens des Transplantés et des Dialysés (JETD)

(seulement l’été, tous les 2 ans)

2014 : CRACOVIE (Pologne)
1 Bronze : Summer Biathlon (400m – tir – 400m – tir – 400m)
5e place : Natation 50 m dos 1’20
5e place : Natation 50 m NL 1’05
5e place : Natation 100 m NL 2’34
7e place : Natation 400 m NL 12’41

2012 : ZAGHREB (Croatie)
1 Or : Natation 100 m NL 2’44
1 Argent : Darts
1 Bronze : Natation 100 m Dos 3’01
5e place : Natation 4X50 m 1’07

Jeux Mondiaux des Transplantés d’été (JMT)

(non ouvert aux dialysés, tous les 2 ans)

2011 : GÖTEBORG (Suède)
1 Bronze : Natation 100 m 3’23
7e place : Natation 50 m Dos 1’21
7e place : Natation relais 4X50 m 1’07
7e place : Lancer poids 4.23 m
7e place : Lancer balle 17.43 m

Jeux Mondiaux des Transplantés Hiver (JMTH)

(non ouvert aux dialysés, tous les 2 ans)

2014 : LA CHAPELLE D’ABONDANCE (France)
1 Or : Ski de fond 5 km 49 min
1 Or : Biathlon 42’27 (5km)
1 Or : Ski de fond 1h 4km
1 Bronze : Raquettes 2 km : 46′
7e place : Ski de fond 3*3km par équipe

2012 : ANZERE (Suisse)
4e place : Ski de fond 3 km 26 min
5e place : Biathlon 35’27
5e place : Ski de fond 1h 6 km

2010 : SAINTE-FOY-TARENTAISE (France)
1 Argent : Ski de fond par équipe 34’52
1 Bronze : Ski de fond 5 km 59’23
4e place : Ski de fond 1h 4 km
4e place : Biathlon 46’18

Total médailles internationales : 17 dont 4 Or, 5 Argent, 8 Bronze