Du Beaujolais, par les jeux nationaux, à l’ile de La Réunion

A toi Gérard, qui nous a quitté ce 21 mai ….

Avant de m’envoler vers un département d’Outre mer, j’ai participé pour la 3ème fois consécutive au mini Ultra Beaujolais Village Trail au départ dU Perréon. 3 semaines après ma participation au marathon de Paris, je n’ai aucune envie ni motivation de prendre le départ d’une course. En 3 semaines, j’ai seulement fait du Home trainer, une session de natation et une sortie randonnée mais pas de course à pied. Ainsi je prends le départ sans aucune envie, avec une douleur au genoux, nouvelle tendinite (TFL). Les 2 premiers kilomètres, que de la montée, je suis out puis mon corps s’habitue et je redécouvre les magnifiques paysages entre vignes, vallées, bois, sous un temps lourd … Le parcours est celui d’un vrai trail, des montées de dingue dans la verdure beaujolaise, des descentes sinueuses et des bénévoles au taquet …. Je boucle les 17 km et 850 mètres de dénivelé en 2h23. Ravi d’avoir pris le départet de mettre bien amusé.

Quelques jours de récup’ et arrive les jeux nationaux des transplantés et dialysés (JNTD) qui ont lieu au Nord à Boulogne sur mer, content de revoir les copaons.

La veille des jeux, je me rends à Calais déposer des fleurs sur la tombe de Mémé Denise puis direction la ville de Boulogne où je retrouve les copains. Cette année, je participe seulement aux épreuves d’athlétisme et pour la première fois, à la natation.

Les épreuves d’athlé débutent par la marche rapide, 3 km au cœur des remparts de Boulogne. Le parcours est chaotique car mal indiqué et avec le groupe de tête, on parcours beaucoup plus de kilomètres, ainsi le classement est faussé. Vue avec Olivier, capitaine de l’athlé, je laisse la médaille à un autre participant …Onest là pour s’mauser, fair play.

Les épreuves, rencontres, sourires … s’enchainent. J’ai adoré faire du char à voile sur la grande plage de Boulogne, de nager façe à la mer et de courir dans le stade de La Libération. Comme chaque année, nous sommes réunis pour sensibiliser le grand public au don d’organes, partager nos passions sportives et vaincre les maux. Ce fût de jolis jeux, une belle fête, de magnifiques rencontres et de belles performances sportives.

A la catégorie 20-39 ou 30-39 ans, selon les épreuves et le nombre de participant :

Athlétisme

  • Saut en longeur : bronze (3,15 mètres)

  • 60 mètres : bronze

  • -1500 métres : or

  • -5000 mètres : argent (24’50)

Natation

  • 25 mètres nage libre : argent

  • 50 mètres nage libre : or

  • 100 mètre nage libre : or

A la découverte de l’ile de La Réunion

Direction l’océan indien où se trouve un département d’Outre mer,, cette ile volcanique au sud ouest du continent africain est un endroit magique entre montagnes, océan et nature, tout ce que j’adore. Mon séjour n’a pas été de tout repos, en effet, à chaque voyage, je suis plus fatiqué en revenant qu’en partant, entre visites, randonnées, plage et sport.

Après 11h de vol depuis Orly, me voici sur l’ile de La Réunion où dès la sortie de l’avion, la température et le temps sec nous change de la Métropole. On n’est pas trop décalé, seulement 2 heures de plus que Paris. En amont, j’avais prévu pleins d’activités, de visites, de rando et une course à Saint Denis. Le 1er jour, je me dirige à l’Ouest de l’ile, à Saint Gilles les Bains, une jolie ville avec son port, tout proche du lagon de l’Hermitage. J’ai opté pour un bel hôtel, Le Kerveguen, sur les hauteurs de Saint Gilles avec tout confort, je vous le recommande. L’établissement est doté de petits appartements, une piscine ombragé, un personnel aux petits soins et d’une douce tranquillité, un coin paradisiaque. En cas de besoin, ils mettent a disposition une navette conduite par Eddy, ancien gendarme de Haute montagne. Je l’ai prise une seule fois, le dernier jour pour descendre ma valise au centre ville.

Je retourne à Saint Denis (à 1h de route) y passer le week end et participer au 10 km nocturne. J’en profite pour visiter ce chef lieux, qui est une ville agréable au Nord de l’Ile. Mais malgré quelques atouts tel que Le Jardin de l’Etat, la Cathédrale, le McDo !!! et tant d’autres, ce n’est pas une ville que j’affectionne particulièrement.

A 17h45, le soleil se couche et à 18h, il fait nuit noir. Le départ des 10 km nocturnes de Saint Denis se situe à proximité de la cathédrale, le parcours traverse la ville en 2 bocles, une de 3 km et une de 7. Départ à 20h, il fait chaud, très chaud, je parts assez rapidement en suivant un groupe de coureurs, la ville est peu éclairée, nous passons dans le centre, le long de l’océan … il faut faire attention aux véhicules malgré les barrières de sécurité. Le temps est tellement sec, que 3 ravitos sont au programme et ce n’est pas plat. J’ai trouvé le parcours assez cool et termine en 54:20 sans forcer mais trempé de sueur, une bellr expérience. Si je serai resté plus longtemps, je me serai inscris aussi à des trails.

De retour à Saint Gilles, je me rends au magnifique lagon, palmiers, sable fin et eau bleue tranparente …. la classe !! L’océan est chaud, on apercois des petits poissons, le rêve … j’y suis retourné à 2 reprises pour me tremper mais je n’aime pas rester des heures sur la plage, je préfère le mouvement.

Mes 3 principales randonnées ont été : la montée au Piton des Neiges depuis le Bloc à Cilaos, la montée au Piton de la Fournaise depuis le Pas de Bellecombe et la Boucle de Moulin Kader depuis Villèle et la cascade des Aigrettes à l’ouest.

 

 

Pour se rendre aux volcans, je vais dans le sud au départ de Saint Pierre et monte à environ 1400 mètres d’altitude avant d’entamer les randonnées. Pour la rando Piton des Neiges, je mets mon réveil à 3h35, il fait 22 degrés à Saint Pierre, 10 au pied du volcan et 2 au sommet, point culminant de l’océan indien (3070 mètres). Le début de la montée se passe bien malgré la nuit noire, le sentier se poursuit par des gravillons et des rochers, la végétation disparaît, nous sommes rapidement en haute montagne et je commence rapidement à avoir froid ; et plus les heures passent, plus le temps change. A mi-parcours, il se met à pleuvoir et le brouillard se lève en même temps que le jour. Je continue mais cela devient de plus en plus dangereux, le brouillard est devenu épais et la visibilité réduite … je redescends …

Eddy me dira qu’il est préfèrable de le faire en 2 parties et de passer quelques au gite, de laisser son sac et de partir avant le levée du soleil. Sinon, si on fait la montée en une seule fois, il faut la débuter à 23 heures pour arriver au somment vers 5 heures … de bons conseils à retenir.

La montée au volcan de La Fournaise, j’ai eu plus de chance du côté de la météo, levée à 5h40 pour affronter ce volcan en éruption depuis 1 mois, le paysage est intemporel, vivant et des coullées de laves impressionnantes. Inoubliable !!!

Cette ile est tellement riche et pleine de surprises, il y a tant de choses à visiter, de rando à effectuer et de jeux aquatiques à pratiquer. J’ai eu le privilège de me promener dans différentes villes du nord au sud, de Saint Denis à Saint Pierre, en passant par Saint Paul, Saint Louis … ma terre préfèrée est celle de Saint Gilles même si les Cirques ont des paysages inoubliables, je vous conseille le Cirque de Mafate par La Nouvelle, le Cirque de Cilaos (le plus beau), les cascades, les rivières, la ville de l’Etang-Salé …. mon seul regret est de ne pas avoir eu l’occasion de visiter l’Est de l’ile.

Je retiens tellement de choses de cette ile : la musique omnis présente, le créole, les palmiers, les chiens sauages, les montagnes et l’océan, la nourriture (les samoussas et les bons poisoons, les coktails de fruit frais), les merveilles de la nature et pleins d’images gravées dans ma mémoire …

A la prochaine destination ….

A suivre

Une pensée sur “Du Beaujolais, par les jeux nationaux, à l’ile de La Réunion”

  1. Bravo Ludo. Tu traces ton chemin à travers tous les horizons. Cela t’enrichit et te rend tellement plus fort et plus humain.
    Je suis très fière de tes exploits sportifs. Tu mets parfois ton corps à dure épreuve, mais quelle satisfaction quand tu arrives au bout de tes rêves.
    Continue à nous étonner et à vivre le plus intensément.
    Bises.
    Martine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *