jeanine-et-louis-serin-plus-de-50-ans-de-militantisme-a-la-c_3016855

05/01/2017 : DECES DU DOYEN DES GREFFES RENAUX…PRESQUE 40 ANS AVEC LE MÊME GREFFON

Santé

Un Eurélien était le doyen des greffés porteurs du même greffon

Un Eurélien était le doyen des greffés porteurs du même greffon

Louis Serin, ici accompagné de son épouse Jeannine, avait été greffé en 1977. © agence de Chartres

Il avait 82 ans. Depuis 1977, il était greffé du rein. Décédé ce jeudi 5 janvier 2017, à l’hôpital Louis-Pasteur de Chartres, au Coudray, Louis Serin, un habitant de Lucé, était le doyen français des greffés porteurs du même greffon.

Sa femme, Jeannine Serin, n’oubliera jamais l’appel téléphonique de France Transplant, en 1977 : « Cette greffe, on l’a prise en pleine figure. Nous savions parfaitement les risques que nous prenions. Mais nous devions tenter l’opération. Mon mari ne supportait pas l’hémodialyse. Avant l’opération, le professeur nous avait dit que l’espérance de vie d’un greffon était, au grand maximum, de 15-18 ans. »

Le 19 décembre 2017, cela aurait donc fait quarante ans que Louis Serin vivait grâce au même greffon. Un record national.

Le plus vieux greffé de France est eurélien

« La vie est précieuse, à croquer »

Katy, sa fille, avance : « C’est un héros anonyme du quotidien, tout en discrétion. Une fierté pour toute la famille. Il a montré que l’on pouvait vivre très longtemps avec une greffe. Il avait même signé un protocole d’accord international de recherche médicale avec l’hôpital Necker. Plusieurs équipes, américaines, australiennes, etc. l’ont suivi pour tenter d’expliquer la longévité extraordinaire de sa greffe. Pour cela, il a accepté plusieurs biopsies et examens. Il répétait que c’était sa façon de rendre ce que la médecine lui avait donné. »

Cela malgré des défenses immunitaires mises à mal par un traitement très lourd afin d’éviter un rejet. De cette expérience, Louis Serin tirera une certaine vision de la vie.

A Lucé, le plus vieux greffé de France célèbre ses 70 ans de mariage

Katy appuie : « Il était très friand de tous les petits moments de la vie quotidienne. Selon lui, la vie était précieuse, à croquer. »

Emmanuel Brun

***

Sans parler de record, c’est un bel espoir de longévité d’une greffe rénale avec donneur anonyme que l’exemple de ce monsieur. Mon partenaire de double mixte en tennis de table aux Jeux Nationaux de Saint Priest en mai 2016 a fêté ses 35 ans de greffe de rein en 2016 et beaucoup de mes amis approchent la trentaine, comme je l’ai fait avec mon premier greffon (27 ans).

Gageons que ces chiffres ne soient plus exceptionnels mais dans la norme pour les années à venir !

 

 

Cette entrée a été publiée dans Non classé le par .

A propos Christel

Christel, 50 ans, greffée rénale à deux reprises : une première fois le 13/12/1987 (27 ans de greffe), et une deuxième fois le 25/11/2014, le but de ce blog est de montrer que la "greffe ça marche", et que l'on peut vivre ses passions malgré la maladie. Promouvoir le don d'organes est devenu ma bataille.

5 réflexions au sujet de « 05/01/2017 : DECES DU DOYEN DES GREFFES RENAUX…PRESQUE 40 ANS AVEC LE MÊME GREFFON »

  1. Pesavento Gabriel

    il a été greffé deux ans avant moi ,je vais fêté mes 38 ans de greffe du rein le mois de mai (1979) et toujours mon premier greffon :+ du cœur qui va avoir 25 ans au mois de juillet :

    Répondre
  2. Balland Pierre

    Bravo à Louis. Le 19 novembre de cette année 2018, j’égalerai, si j’y arrive, son record de 14262 jours de greffe. J’en suis aujourd’hui à 14140, ayant été greffé à Lyon le 2 novembre 1979. Je croise les doigts…

    Répondre
    1. Christel Auteur de l’article

      Félicitations et longue vie encore avec votre greffon… En ce qui me concerne, 27 ans avec le premier greffon et bientôt 4 ans avec le second, dans la continuité, sans avoir repris les dialyses entre les deux greffes…

      Répondre
      1. Balland Pierre

        Bravo… On devrait fonder l’amicale des vieux transplantés. La greffe, c’est fabuleux, et ça crée un lien extraordinaire avec un(e) inconnu(e) grâce à qui on jouit tellement plus de la vie que tous les bien portants qui n’ont pas connu la chance d’être greffé. Jsouhaite 9 hi

        Répondre
  3. Pierre-Alain Touge

    J’ai 69 ans et je suis en attente d’une greffe de rein au CHU de Nantes. Votre histoire est plus que réconfortante d’autant plus que d’après mon médecin et ayant mes trois Locus négatif je serais un bon candidat? Merci de votre témoignage.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>