Archives mensuelles : décembre 2012

FILM : POPULAIRE avec Romain Duris

« La Populaire » est le nom d’une machine à écrire qui marqua les années 1950 et dont toutes les secrétaires utilisaient en tapant dessus de toutes leurs forces. Il existait même à cette époque des championnats nationaux et mondiaux de vitesse dactylographique. C’est le sujet du film, une secrétaire provinciale qui vient d’être embauchée va être entraînée par son patron pour devenir la « championne du monde de vitesse dactylographique ».  Elle ira jusqu’à apprendre le piano pour améliorer ses performances.

Alors moi j’ai fait l’inverse, j’ai commencé par apprendre le piano, de 11 à 18 ans, puis je suis devenue secrétaire, mais j’ai toujours pensé que ça m’avait aidé… J’en ai la preuve maintenant !

Le sujet du film est traité de façon humoristique, c’est très réussi et c’est sympa de se retrouver dans l’ambiance des années 50 avec les voitures de l’époque…

Ceci dit, étant dans le domaine du secrétariat, heureusement que les machines ont évolué. De cette « Populaire », on est passé aux machines à boule et traitement de texte avec disquettes, puis les ordinateurs, ce qui a révolutionné la vie des secrétaires… Croyez moi, quand vous aviez une page à retaper parce qu’une erreur s’était engouffrée dans le texte, et qu’aucune sauvegarde n’existait, c’était un peu galère ! Mais c’est de l’histoire ancienne, vive le progrès !

PARIS : la Grande Roue 15/12/12

"Paris"

 

Voir la capitale sous un autre angle : voilà le programme de ce jour. Deux tours dans la grande roue de Paris, placée sur la Concorde, où l’on domine tous les quartiers de Paris de 60 m de haut. C’est un spectacle fabuleux que de dominer les plus beaux monuments de Paris.

Quelques vues de Paris depuis la roue :

Les Champs Elysées avec au fond l’arc de triomphe et la Défense, le Sacré Coeur, le Jardin des Tuileries et la Tour Eiffel

"Paris"

"Paris"

"Paris"

"Paris"

"Paris"

"Paris"

 

Un sapin de 35 m a été également importé de Moselle où il a fallu 2 jours en convoi exceptionnel pour atteindre la capitale.

 

Puis balade sur les Champs Elysées où ont été installés des petits chalets de Noël, où l’on trouve tant des produits du terroir à consommer que des produits artisanaux dans différents domaines. Cette année, une patinoire a été installée en extérieur avec des chalets animés avec des grosses peluches.

Et le rond point des Champs Elysées est toujours très bien illuminé. C’est vrai que la plus belle avenue du monde porte encore mieux son nom à cette époque !!

"Paris"

Course du Coeur Paris – Les Arcs en mars 2012

"Course du Coeur"

La Course du Coeur consiste à relier Paris à Bourg Saint Maurice – Les Arcs 1800 en relais de course à pied par équipe. Il y a 12 équipes de 12 coureurs, dont une équipe de personnes transplantées tous organes, qui doivent parcourir 750 km, en courant en relais jour et nuit, pendant 4 jours.

Sur les conseils d’amis transplantés, que je fréquentais lors de mes compétitions nationales, je me suis engagée dans cette course… mais en tant que bénévole ! Je serai donc Commissaire de course.

Le Commissaire de course est chargé de flécher les étapes en suivant un Road-book, afin que les coureurs ne se perdent pas, ni l’ensemble de l’organisation…

Voici mon groupe de commissaires (les Commissaires B) ; il y avait 3 groupes de commissaires, de 10 personnes chacun.

"Course du Coeur"

Le but de cette course est la sensibilisation au don d’organes en traversant les villes et villages. Les enfants des écoles ont souvent travaillé sur le sujet avec leurs institutrices et attendent avec impatience le passage des coureurs et bien sûr l’équipe des transplantés reçoit toujours un immense succès. Ils prouvent que malgré la maladie, on peut se lancer des défis et que la greffe « ça marche ».

Il y a aussi les villes-étapes où la commune organise une petite réception avec discours pour parler toujours de l’importance du don d’organes.

Le classement final de la course n’a que peu d’importance, c’est toujours l’équipe des transplantés qui gagne parce qu’ils font vivre leurs rêves !

Camping-car : des vacances en toute liberté

"Camping car"

Avoir un camping-car était le rêve de mon mari que nous devions concrétiser normalement à l’âge de la retraite. Mais l’envie était trop forte et l’occasion s’est présentée plus tôt.

Nous faisons donc l’acquisition d’un camping-car d’occasion, un peu âgé, mais bien suffisant pour débuter et savoir si ce genre de vacances allait nous convenir.

On y avait déjà un peu goûté en louant un camping-car en 1998 pour notre voyage de noces pour sillonner la Bretagne. L’expérience nous avait beaucoup plu !

On a vite apprécié le fait d’être totalement indépendant, autonome, de s’arrêter où l’on veut (ou presque !), quand on veut, bref de jouer un peu aux aventuriers !

Nos premières vacances en camping-car, en 3 semaines, on faisait    3 000 kilomètres. On sillonnait la France de bas en haut, de droite à gauche, on n’avait pas d’itinéraire, on allait là où il faisait beau, là où on avait des amis à voir, bref… une vie de nomades !

Autant Paps n’appréciait pas parce qu’il l’a connu tardivement, il avait 8 ans, il était angoissé pendant la route, ne savait pas où se mettre, autant Dalton était très à l’aise. Il faut dire qu’il a fait son premier voyage à l’âge de 3 mois, il circule là dedans pendant qu’on roule comme s’il était à la maison !

On peut dire qu’on l’a bien fait rouler, été comme hiver, et on n’a pas dit notre dernier mot, même si on a décidé de le mettre un peu au repos pour l’instant, ayant acheté une petite maison à la campagne… !

Bonnes vacances à tous quel que soit votre mode de vacances choisi !