Montagnes d'espoir, le blog d'Annelise

Vivre ses passions

0

Des vers marins,donneurs de sang universel

Des vers marins issus de nos côtes disposent d’une hémoglobine dont l’usage s’avère révolutionnaire. Un site pilote d’élevage s’installe sur l’île de Noirmoutier.
25245-161123174307466-01-630x0
L’arénciole marina, avenir de la médecine ?
( ©Ferme Marine. Hémarina) –

Franck Zal, ancien chercheur du CNRS, fondateur de la société Hemarina a trouvé sur les plages une source d’hémoglobine universelle dont les applications ont un potentiel révolutionnaire : satisfaire les besoins en sang, préserver les greffons, ou encore faire évoluer l’industrie pharmaceutique.

Cette source, c’est l’arénicole, un petit ver de 5 à 15 cm qui prolifère sur les côtes atlantiques. C’est lui qui est à l’origine des petits tortillons de sable que l’on remarque parfois sur les plages.

Donneur universel

Tout est parti des recherches de Franck Zal sur cet animal.
Le docteur en biologie marine s’était interrogé sur les capacités de cette espèce vieille de 450 millions d’années à respirer à marée haute comme à marée basse.

C’est ainsi qu’il découvre les atouts de ce ver : son hémoglobine ne possède par de type sanguin, ce qui en fait un donneur universel.

Les propriétés oxygénantes de son sang seraient par ailleurs bien supérieures à celles du sang humain.

Le chercheur rédige une thèse sur le sujet et réfléchit aux applications qu’il pourrait tirer de ces découvertes. Il fonde en 2007 sa société, Hemarina, à Morlaix, et met en profit ce « sang universel » tiré des arénicoles.

De la greffe aux pansements

La greffe d’organes est ainsi le premier bénéficiaire de cette hémoglobine, utilisé comme transporteur d’oxygène universel.

Autre application développée par la société : la mise au point d’un sang universel en poudre.

L’arénicole permet également la mise au point de pansements oxygénants permettant de soigner des pieds diabétiques et d’en éviter l’amputation.

Et Franck Zal l’assure :

« Et il y a plein d’autres applications possibles. »

Un élevage à développer

Reste désormais à élever ces fameux vers dans bonnes conditions pour profiter pleinement de leurs capacités.

C’est le but de cette ferme d’élevage installée sur l’île de Noirmoutier, à L’Epine.
85740 L’Épine
24/11/2016 à 18:43 par Franck Hermel Du Courrier Vendéen.

annelise • 28 novembre 2016


Previous Post

Next Post

Laisser un commentaire

Your email address will not be published / Required fields are marked *