Montagnes d'espoir, le blog d'Annelise

Vivre ses passions

0

Don d’organes : comment sont attribués les greffons ?

Chaque jour en France, 40 personnes s’inscrivent en liste d’attente pour une greffe d’organe. Cette transplantation peut leur sauver la vie. Encore faut-il qu’un organe soit disponible. Tout est géré par l’Agence de biomédecine.

Il faut une organisation millimétrée pour qu’un poumon, un cœur ou un rein, prélevé sur une personne décédée, parvienne en temps et en heure au bloc opératoire – parfois à des centaines de kilomètres – où l’attend un patient. Tout est géré depuis le Pôle national de répartition des greffons, installé à Agence de Biomedecine à Saint-Denis (93).

Trois personnes y assurent une permanence 24 heures sur 24. Le nez sur leur écran d’ordinateur, elles surveillent les alertes. Dans la pièce d’à côté, un lit et une petite cuisine leur permettent de prendre un peu de repos.

Un logiciel hiérarchise les priorités

Au mur, un grand tableau met en regard les donneurs du jour et les receveurs en attente, avec les caractéristiques médicales des uns et des autres. Aucun nom n’apparaît, seuls des numéros de dossier sont inscrits avec des renseignements de base : âge, sexe, groupe sanguin…

Un bébé de six mois attend un cœur. Cette dame qui vient de décéder à Dunkerque ne va pas pouvoir le sauver. En revanche, son foie partira probablement à Marseille. C’est le logiciel Cristal qui établit les correspondances et hiérarchise les priorités. Son algorithme tient compte de la compatibilité et du degré d’urgence. Tout est transparent. Les critères d’attribution des greffons sont publiés au Journal officiel.

Quand un poumon prend l’avion

Pour transporter les organes, l’Agence de la biomédecine a passé des conventions avec des avionneurs et la SNCF. Il n’est pas rare qu’un rein, soigneusement conservé dans une sorte de glacière, prenne le TGV ou qu’un poumon voyage sur Air France aux côtés du pilote.
Il faut faire vite car le délai d’ischémie, le temps pendant lequel l’organe n’est plus connecté à la circulation sanguine, est court : 4 heures maximum pour un cœur, 6 heures pour un poumon, 10 à 12 heures pour un foie, 36 heures pour un rein. Dans les cas d’extrême urgence, une escorte policière est demandée pour accompagner l’organe jusqu’à l’hôpital où un patient, déjà installé au bloc opératoire, l’attend.

Lorsqu’un organe ne trouve pas preneur en France, il est proposé à l’étranger. Une plateforme européenne fonctionne ainsi depuis deux ans. Récemment, un cœur a quitté Paris pour la Lituanie. Le timing était très serré, mais l’opération a réussi.

Chaque année, le 22 juin est dédié aux donneurs d’organes, en signe de reconnaissance. C’est aussi l’occasion de réfléchir à cette démarche et d’en parler à ses proches.

Pour en savoir plus : www.dondorganes.fr

Article tiré du Santé Magasine Auteur: Sylvie Dellus
Publié le 22.06.2016

annelise • 25 juin 2016


Previous Post

Next Post

Laisser un commentaire

Your email address will not be published / Required fields are marked *