Montagnes d'espoir, le blog d'Annelise

Vivre ses passions

0

Prélèvement d’organes : l’impact du vieillissement des donneurs

Article tiré du Journal International du Médecine du 30 Juillet 2014

carac_photo_1Paris, le mercredi 30 juillet 2014 – L’Agence de biomédecine vient de publier son rapport médical et scientifique qui concerne en grande partie les prélèvements et greffes d’organe en France. L’année 2013 est marquée par une légère progression de l’activité de prélèvement, avec un taux de prélèvement en hausse et qui atteint 25,5 par million d’habitants. Cette évolution est liée à un recensement des donneurs potentiels un peu meilleur (son taux est passé de 50,4 par million d’habitants à 50,7 en 2013) et à un taux de refus en légère diminution, même s’il demeure à un niveau élevé (32,9 % vs 33,8 %) et connaît de très fortes disparités territoriales (il varie entre 20,4 % en Franche-Comté et 52,6 % en Martinique tandis que des différences marquées pour une même région s’observent d’une année sur l’autre).

Des donneurs dont l’âge moyen est passé de 38 à 56,6 ans en 15 ans

Parmi les éléments marquants cette année, qui confirment une tendance déjà ancrée de longue date, figure une augmentation constante de la moyenne d’âge des donneurs. Aujourd’hui, l’âge moyen des « donneurs décédés de mort encéphalique prélevés d’au moins un organe est de 56,6 ans » contre 38 ans en 1998. Par ailleurs, la part des donneurs prélevés de plus de 60 ans atteint désormais 47,3 %, tandis que le nombre de donneurs de plus de 65 ans a été multiplié par un facteur 28 entre 1998 et 2013. Cette évolution qui est le fruit de l’augmentation de l’espérance de vie, de la diminution des accidents sur la route et surtout de la détermination de nouveaux critères n’est pas sans conséquences sur l’activité de prélèvement et de greffes. L’Agence de biomédecine relève notamment que ce vieillissement de la population des donneurs entraîne une « baisse du nombre d’organes greffés » par sujet, passé de 3,10 en 2012 à 3,04 en 2013.

Des organes prélevés non utilisés

En fonction des organes, l’âge pèse d’un poids différent. Pour le cœur et le poumon, il demeure un critère important de non prélèvement. Il ne l’est plus en ce qui concerne le rein et le foie. Néanmoins, ce critère est souvent évoqué pour justifier l’absence de transplantation de l’organe prélevé. Ainsi, on constate une progression importante du nombre de reins prélevés et non greffés, dont le taux a augmenté de 2 % en un an. On observe en outre une augmentation du recours à la mise sous machine à perfusion des reins, ce qui n’est pas sans être problématique, en raison d’un accès non généralisé et complexe à ces dispositifs. D’une manière générale, l’Agence de biomédecine insiste sur le fait que « l’âge du donneur est un facteur pronostique important de la survie post-greffe du greffon, le prélèvement et la greffe des différentes organes sont donc impactés par ce facteur de manière plus ou moins forte ».

Le vieillissement des donneurs annule l’effet positif du recul du taux d’opposition

L’Agence souligne enfin que 25 donneurs de plus que lors des années précédentes ont été récusés en raison d’antécédents. « Cette progression (…) probablement à associée à l’augmentation de l’âge moyen et des comorbidités induites, réduit l’effet bénéfique de la baisse du taux d’opposition » déplore l’Agence de biomédecine. Au-delà de ces constatations, il est difficile pour l’Agence de biomédecine de tirer des conclusions et de prendre des mesures directement liées à cet état de fait. Elle préfère se concentrer sur des orientations plus générales, indiquant que : « Les pistes d’amélioration prévues en 2014 reposent sur les actions visant à la diminution des disparités interrégionales, notamment pour l’amélioration du recensement des donneurs et la baisse du taux d’opposition exprimée par les proches. D’autres actions telles que le soutien aux équipes impliquées dans l’activité de prélèvement à partir de donneur décédé après arrêt circulatoire, le développement des machines à perfusion pour les reins (en réduisant les contraintes logistiques) et pour les autres organes (poumons, foie), ainsi que l’amélioration et la poursuite de la progression de l’activité à partir de donneurs vivants (y compris le don croisé), constituent les chantiers de l’Agence de la biomédecine pour 2014 ».

Aurélie Haroche

annelise • 31 juillet 2014


Previous Post

Next Post

Laisser un commentaire

Your email address will not be published / Required fields are marked *