Le Blog d'Annelise

Montagnes d'espoir, le blog d'Annelise

0

L’essentiel….simple et percutant…

images– Entre 2 et 3 millions de personnes en France sont concernées par une maladie rénale. La plupart l’ignorent. Ces maladies rénales entraînent essentiellement deux risques : l’augmentation de la morbidité cardiovasculaire et le risque – spécifique – de développer une insuffisance rénale terminale

– Plus de 70 000 personnes sont aujourd’hui traitées en France pour une insuffisance rénale terminale, 55% d’entre elles sont dialysées et 45% transplantéesimages

– La greffe de rein est le meilleur traitement de l’insuffisance rénale terminale, pour les patients qui peuvent en bénéficier : elle améliore très sensiblement l’espérance de vie et la qualité de vie par rapport à la dialyse

– Environ 12 000 patients ont attendu un rein en 2011, 3 000 d’entre eux ont effectivement été transplantés dans l’année

– Le coût moyen d’une année de suivi de greffe s’élève à 20k€ au-delà de la première année, contre environ 80k€ pour une année de dialyse

– Le coût global de la prise en charge des patients souffrant d’insuffisance rénale terminale s’élève à 4 Mds d’euros par an, plus de 80% de cette somme étant consacrée à la dialyse

– Les 3 000 greffes de rein réalisées chaque année en France font économiser à l’assurance maladie 90 millions d’euros, soit, en cumulant sur dix ans, près de 1,7 milliards d’euros

Carte de donneurs disponible, demandez la moi :)

Carte de donneurs disponible, demandez la moi 🙂

– 60% des 5023 greffes d’organes réalisées en 2012 sont des transplantations rénales (3044)

– 64 124 greffes rénales ont été enregistrées en France depuis 1959.
Le nombre estimé de personnes vivant actuellement grâce à un greffon rénal est de 32 365 (au 31 décembre 2011)

La pénurie n’est pas une fatalité !

– La transplantation rénale à partir d’un donneur vivant ne représente que 12% des reins greffés dans notre pays, contre 38% au Royaume Uni, 23% en Allemagne, 45% en Suède ou 37% aux USA

– En France, les prélèvements sur donneurs décédés suite à un arrêt cardiaque (DDAC) restent très peu développés, en diminution en 2012 (53 donneurs contre 58 en 2011)

– Le potentiel est pourtant important : ces prélèvements sur DDAC représentent 50% des greffons rénaux aux Pays bas, 45% au Royaume-Uni, 19% en Belgique et 10% en Espagne (jusqu’à 40 % à Madrid)…

annelise • 21 juillet 2013


Previous Post

Next Post

Laisser un commentaire

Your email address will not be published / Required fields are marked *